Accueil | Actualités | Médias | Noir et blanc : les couleurs interdites
Pub­lié le 17 mars 2016 | Éti­quettes : , , ,

Noir et blanc : les couleurs interdites

Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions a le droit de dire qu’il y a trop « d’hommes blancs de plus de 50 ans » sur les écrans français.

En revanche, le journal 20 Minutes, lui, n’a pas le droit de titrer « 14 civils tués dont 4 blancs », suite à l’attentat du Grand Bassam en Côte d’Ivoire ! C’est du moins ce que pense le magazine Les Inrocks.

Il s’agissait, en réalité, de la reprise, sans guillemet il est vrai, d’une citation du ministre de l’intérieur ivorien. Mais, explique Les Inrocks, « réalisant son erreur, l’équipe de 20Minutes.fr a ensuite changé le titre du même papier. Au lieu de rajouter les guillemets pour montrer que leur titre précédent était une citation, les journalistes ont préféré modifier complètement la titraille (et l’URL du papier), lui préférant… “Attaque en Côte d’Ivoire : le récit d’une journée noire“.

« Journée noire » ! De quoi aggraver son cas pour Les Inrocks, qui évoque, sans rire, « deux titres particulièrement gênants ». Ou comment Les Inrocks deviennent les arbitres des élégances… (ou les censeurs, au choix).

Le magazine ne risque pas de manquer de travail, tant l’expression est régulièrement utilisée dans toute la presse, aussi bien par Le Figaro, Ouest France, i>Télé, que Challenges, ou Le Point

Malgré cette pression, 20Minutes.fr n’a pas changé son titre.

Source : Les Inrocks

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This