Accueil | Actualités | Médias | Morano trisomique : Charlie Hebdo fait scandale
Pub­lié le 9 octobre 2015 | Éti­quettes :

Morano trisomique : Charlie Hebdo fait scandale

Toujours porté par le vent des « Je suis Charlie », quoiqu'aujourd'hui largement atténué, le dessinateur Riss a cru drôle de représenter Nadine Morano grimée en « fille trisomique cachée de De Gaulle ».

Souhaitant faire écho aux récentes déclarations de la députée européenne sur « la race blanche », inspirées des propos du général quelques décennies plus tôt, Charlie Hebdo s'est sans doute trouvé génial, hilarant et subversif. Comme toujours ? Pas sûr...

Très vite, les réactions ont fusé sur les réseaux sociaux, et tout particulièrement celle de Caroline Boudet, mère d'une enfant atteinte de trisomie 21 ayant livré au début de l'été un témoignage poignant qui avait fait le tour du monde.

Cette fois-ci, la mère de famille est à nouveau sortie de son silence pour rappeler à l'ordre un journal qu'elle « respecte » pourtant et lisait « bien avant que toute la France devienne "Charlie" ». Depuis la naissance de sa fille, elle affirme se battre « pour que sa condition cesse d'être une insulte de cour d'école ».

« Et aujourd'hui, Charlie, tu crois faire du mal à Nadine Morano, en la qualifiant de "fille trisomique de De Gaulle". Tu sais quoi Charlie, c'est raté. Tu fais du mal à tous les proches de personnes trisomiques. Laisse-moi te dire quelque chose : l'intelligence, c'est l'ouverture d'esprit, l'acceptation de l'autre. La bêtise, c'est le racisme, c'est l'intolérance, c'est Morano. La bêtise, ce n'est pas la trisomie », écrit Mme Boudet.

Si elle affirme qu'elle « soutient » toujours son hebdomadaire, elle s'estime « blessée » par cette couverture qui, de plus, est selon elle « ratée ».

Outre cette sortie, largement reprise dans les médias, une autre est passée inaperçue, ou presque : celle de l'avocat Régis de Castelnau. Sur sa page Facebook, celui-ci a tenu à rappeler l'autre message contenu dans le dessin de Riss, à savoir la référence à Anne de Gaulle, fille du général atteinte de trisomie 21. Une fille qui « n'était pas cachée » pour le coup.

« Anne est née le 1er janvier 1928. Ses parents ont toujours refusé de la placer dans un établissement spécialisé et s’en sont occupés jusqu’à son décès », raconte M. de Castelnau avant de citer un passage des mémoires du grand Charles : « Cette enfant était aussi une grâce, elle m’a aidé à dépasser tous les échecs et tous les hommes, à voir plus haut. »

Et celui-ci de poursuivre le récit : « Le 6 février 1948, Anne âgée de 20 ans mourut d’une pneumonie dans les bras de son père. Elle fut inhumée le 8 février au cimetière de Colombey. Après s'être recueilli devant la tombe qu'on venait de refermer de Gaulle dit à sa femme : "Venez, maintenant elle est comme les autres." »

Conclusion de l'avocat ? « Monsieur Riss vous êtes un gros con. » Être con n'étant pas (encore) considéré comme une maladie génétique, nul doute que le dessinateur prendra cette déclaration pour ce qu'elle est : un constat.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This