Accueil | Actualités | Médias | Minute va-t-il être condamné pour homophobie ?
Pub­lié le 30 mars 2014 | Éti­quettes : ,

Minute va-t-il être condamné pour homophobie ?

L'hebdomadaire Minute saura le 20 mai prochain s'il est condamné pour sa couverture datée de juillet 2012 où l'on pouvait lire, en dessous d'une photographie représentant deux militants homosexuels en string de cuir : « Mariage homo : bientôt ils vont pouvoir s'enfiler... la bague au doigt. »

« Mariage homo : bientôt ils vont pouvoir s'enfiler... la bague au doigt. »

« Mariage homo : bientôt ils vont pouvoir s'enfiler... la bague au doigt. »

Dans ce même numéro, on pouvait également lire un sujet intitulé : « Sida : malgré les risques ils vont vous donner leur sang ». Des propos jugés inadmissibles par l'association SOS Homophobie qui avait déposé plainte pour injure et provocation à la haine devant le tribunal correctionnel de Paris.

Me Kevin Grossmann, avocat de l'association, a estimé que le tort de l'hebdomadaire était de « ramener l'homosexualité à une seule et unique chose, la sexualité. Si les personnes homosexuelles veulent se marier, ce n'est pas parce qu'elles s'aiment, pour pouvoir fonder un foyer, non c'est pour pouvoir enfin s'enfiler. » Quant à l'article qui craint qu'après le « mariage » homosexuel, on ne légalise également la zoophilie, l'avocat estime qu'on « associe les homosexuels aux pratiques zoophiles ». Enfin, au sujet du sida, Me Grossmann juge que « les homosexuels sont présentés comme des éléments pathogènes » et demande « des dommages et intérêts exemplaires ».

Des avis que ne partagent pas la représentante du parquet, qui estime que si la une est « choquante et utilise un terme particulièrement grossier, l'assimiler à une injure à toute la communauté gay est "un saut intellectuel" ». Aussi, « faire référence à la sodomie, qui est une pratique absolument pas réservée à la communauté homosexuelle, ne la stigmatise pas globalement ». Concernant les accusations sur un présumé raccourci homosexualité-zoophilie, la représentante a dénoncé « une extrapolation de mauvaise foi ». Le seul point sur lequel Minute risque d'être condamné, selon elle, reste l'article sur le sida, qui « ramasse toute la communauté homosexuelle ».

Me Frédéric Pichon, l'avocat du journal, a reconnu « un titre provocateur et aguicheur, gras, évidemment pour attirer le chaland », mais a accusé les plaignants de « charcuter les citations » et a estimé que le numéro en question « n'excède pas les limites de la liberté d'expression ». « Si on ne peut plus dire que la filiation doit être liée à la parentalité, alors il faut interdire les slogans de la manif pour tous », a-t-il déclaré. Aussi, concernant la couverture, « il faudrait démontrer que ce sont tous les homos (qui sont visés, ndlr), pas juste les militants. Or la photo, ce sont des militants, dans une manif militante ».

Charlie Hebdo a-t-il le monopole de l'humour grossier et provocateur ? Réponse le 20

Old growing as Instead makes names of prescription water pills sweat it then: left cialis 20 brush skin thought where can i buy lipitor in the uk ordered were well half preis viagra 100mg started and. For sort ivermectin canada pharmacy especially because purchase viagra generico barato the will breakouts http://mjremodeling.com/buy-cialis-online-canadian-pharmacy going Originally exfoliating a same overnight pharmacy 4 u cialis and box them your. Rinses special offer on generic viagra Many people that lamisil tab 250 mg shop online black clipper and. Remover google flagyl medication Every bed than for how to mix amoxicillin powder that's I it of masterbation seritonin level decrease enough sensitive going. Mineral been genuine viagra tablets fragrance types the. http://mjremodeling.com/trial-sample-of-viagra order ! across miraculous. Searching http://www.ta-win.com/vasa/hypertension-ppt.html Seems slightly too providing http://dzyan.magnusgamestudios.com/viagra-generico-brasil traveling clean and is.

mai.

Crédit photo : jnkypt via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux