Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
miLibris : Altice se désengage, Cafeyn (LeKiosk) se renforce

25 juin 2020

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | miLibris : Altice se désengage, Cafeyn (LeKiosk) se renforce

miLibris : Altice se désengage, Cafeyn (LeKiosk) se renforce

Après la vente de L’Express pour un euro symbolique à son partenaire Alain Weill, après l’annonce de la création d’une « fondation indépendante » pour Libération, chacun aura compris que SFR et sa société faîtière Altice de Patrick Drahi veulent mettre fin à leurs investissements coûteux dans les médias. La vente de miLibris vient confirmer le mouvement.

miLibris ça sert à quoi ?

C’est une plate­forme de solu­tions logi­cielles per­me­t­tant aux édi­teurs de numéris­er, enrichir, dis­tribuer et moné­tis­er leurs con­tenus. Le quo­ti­di­en Le Figaro peut être lu en ligne à tra­vers cette tech­nolo­gie comme bien d’autres titres. SFR Presse util­i­sait cette tech­nolo­gie pour pro­pos­er son bou­quet de presse, tout d’abord inclus dans les abon­nements puis pro­posé en sup­plé­ment après les protes­ta­tions des clients qui y voy­aient une vente forcée.

LeKiosk alias Cafeyn

Exis­tant depuis 2006, le groupe Cafeyn qui pro­pose le même type de solu­tions en France, au Roy­aume-Uni, en Ital­ie, à Mada­gas­car, une par­tie des Caraïbes, se voit ren­for­cé par cette acqui­si­tion sur le marché français et s’implante en Amérique du nord via le Cana­da. La plate­forme par sa solu­tion LeKiosk revendique 1,5M d’utilisateurs (hors SFR). Les util­isa­teurs de la solu­tion SFR seront automa­tique­ment trans­férés sur l’offre Cafeyn qui pour­ra être enrichie ultérieure­ment. L’opération se ferait sans licen­ciements, les salariés miLib­ris rejoignant ceux de Cafeyn qui ambi­tionne de devenir le numéro 1 dans son secteur en Europe.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.