Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mélange des genres : Direct Matin au service de l’empire Bolloré

5 octobre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mélange des genres : Direct Matin au service de l’empire Bolloré

Mélange des genres : Direct Matin au service de l’empire Bolloré

Les limites sont souvent très fines, et non moins souvent dépassées, entre la publicité et l’information. Surtout si l’actionnaire principal conçoit les médias quasi exclusivement comme un outil d’influence pour ses autres affaires, l’information étant moins prioritaire. Et comme illustration de la vision des médias selon Bolloré, son journal gratuit Direct Matin vient de se faire prendre en flagrant délit deux fois de suite.

Le 24 sep­tem­bre dernier, Direct Matin con­sacrait un grand arti­cle aux « têtes du Grand Jour­nal » sur Canal+. Une chaîne appar­tenant à Vin­cent Bol­loré soumise depuis le début de l’été à un grand ménage dont l’épisode le plus mar­quant a été la saga des Guig­nols, finale­ment sauvés, mais qui auront per­dus leur mor­dant en cours de route.

Aucune men­tion de ces péripéties dans l’article de Direct Matin. Au con­traire, il louait « la nou­velle équipe de l’émission [qui] s’im­pose sur Canal Plus » et « fait souf­fler un vent de fraîcheur ». Un tableau idyllique servi aux lecteurs qui ne sont pas cen­sés savoir que le vent qui souf­fle dans l’émission remanié n’est pas frais mais glacial. Car l’émis­sion est dev­enue aus­si chaleureuse et pop­u­laire que la ban­quise en Antarc­tique. Elle signe d’édi­tion en édi­tion ses pires scores de l’his­toire en plongeant main­tenant sous la barre des 3% d’au­di­ence alors qu’elle dépas­sait encore les 5% de part de marché l’an dernier, voire les 8% l’an­née précé­dente, ce qui à l’époque était déjà con­sid­éré comme cat­a­strophique eu égard au passé glo­rieux de l’émission…

Deux semaines avant, le 8 sep­tem­bre, Direct Matin avait encore apporté sa petite con­tri­bu­tion à la bonne san­té de la mai­son Bol­loré. Il pub­li­ait une inter­view de Yusof Bas­iron, directeur du con­seil malaisien de l’huile de palme, qui avait pour mis­sion de rétablir « la vérité sur ce pro­duit » dans les colonnes du jour­nal et sur son site web. Mais l’in­ter­view de ce sci­en­tifique et lob­by­iste n’est pas tout à fait dés­in­téressée : la com’ du Con­seil Malaisien de l’Huile de Palme est prise en charge par l’a­gence Havas qui appar­tient… à Bol­loré. Pour que la boucle soit bouclée, il reste à inviter le directeur du Con­seil Malaisien de l’Huile de Palme au « Grand Jour­nal » ou pourquoi pas, à lui créer une mar­i­on­nette chez les Guignols.

Voir aussi : le groupe Bolloré, infographie

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.