Accueil | Actualités | Médias | Médias communautaires : ça ne marche pas si bien…
Pub­lié le 3 octobre 2013 | Éti­quettes : , , , ,

Médias communautaires : ça ne marche pas si bien…

« À la trappe les lesbiennes ». C'est le constat désabusé, que fait Léa Lejeune, journaliste à Libération, dans un long papier publié par Slate au sujet des médias homosexuels féminins.

« Alors que le débat sur le mariage pour tous […] occupait la une des médias, elles [les lesbiennes] se sont fait discrètes. Au même moment, le site Têtue a disparu plus subrepticement » ! Au printemps dernier, un plan de licenciement, suite au rachat du journal communautaire par Jean-Jacques Augier, avait sacrément raboté la rédaction de Têtu, dont les activités web avaient été confiées à son concurrent yagg.com.

« Au passage, regrette Léa Lejeune, la version du site adressée aux lesbiennes a été transformée en un onglet discret du nouveau site perdu au milieu d'onglets très gay-centrés ». Et la journaliste de regretter le bon vieux temps où « Têtue, bien installé dans le milieu lesbien depuis 2004, avait du succès »...

Aujourd'hui, Léa Lejeune est « inquiète » de ce « vide ». Non, seulement, il n'y a pas de médias spécialisés pour les lesbiennes, mais pire, les lesbiennes sont également absentes des médias généralistes. Pour l'expliquer, Léa Lejeune est donc allée interroger Marlène Coulomb-Gully. Selon ce « professeur en sciences de la communication, spécialiste du genre et experte au Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes », la cause de ce « vide » est très simple : « les femmes sont beaucoup moins présentes à l'écran que dans la réalité. Les gays, en tant qu'éléments d'une minorité, sont moins sollicités. À ces deux titres, on fait moins appel aux lesbiennes pour témoigner ou expertiser ». En bref, minorité dans la minorité, les lesbiennes n'intéressent personne !

Et surtout pas les publicitaires ! « Le lectorat est petit et la population homosexuelle difficile à mesurer » concède Léa Lejeune. Résultat, pas de recettes publicitaires, pourtant indispensables à la presse écrite pour survivre. Quant à la « manne publicitaire communautaire », elle ne suffirait pas…

Pourtant, au mois de mai dernier, une association de journalistes LGBT a été lancée. Dans sa déclaration de création, ce nouveau lobby affichait, notamment, comme objectif de « contribuer à la visibilité des personnes LGBT dans l’espace public », lesbiennes comprises... Aujourd'hui, « le collectif espère pousser des journalistes à traiter plus de sujets homos, mais aussi à « faire intervenir des couples de femmes pour témoigner dans les articles de société quel que soit le thème ».

Alors Léa, plus d’inquiétude ?

Source et capture d'écran : Slate

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This