Accueil | Actualités | Médias | Médias : Vaste plan de licenciement à Têtu
Pub­lié le 24 mars 2013 | Éti­quettes : , ,

Médias : Vaste plan de licenciement à Têtu

Le magazine avait échappé à la crise grâce au portefeuille sans fond de Pierre Bergé. Mais depuis son rachat par Jean-Jacques Augier, Têtu se retrouve face à la réalité.

Ainsi, malgré une diffusion en hausse avec 40 000 tirages, le magazine gay et lesbien va se séparer de 15 salariés, soit 40 % de l’effectif, a annoncé son propriétaire. Les activités web de Têtu vont quant à elles être revendues à un concurrent : yagg.com.

Dans un communiqué, la rédaction a fait part de son inquiétude. Elle « s'émeut très vivement de la disparition programmée du premier site d'informations homos francophone. Une disparition d'autant plus alarmante qu'elle intervient au moment des débats sur le mariage pour tous, dont on ne peut que constater qu'ils ont ravivé une certaine homophobie. »

Avec ce plan social drastique, Jean-Jacques Augier souhaite que son magazine retrouve l’équilibre en 2014 après avoir toujours perdu de l’argent depuis sa création, dont 2,3 millions de pertes l’année dernière.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux