Accueil | Actualités | Médias | Marine Le Pen accuse les médias de « surveiller » ses candidats
Pub­lié le 31 octobre 2013 | Éti­quettes : , ,

Marine Le Pen accuse les médias de « surveiller » ses candidats

Invitée du « 12-12 dimanche » sur France 3 dimanche dernier, Marine Le Pen a accusé certains médias de « surveiller » les candidats du Front National.

La présidente frontiste a en effet affirmé que « les médias s'amus(aient) à surveiller des candidats du Front national qui ne sont pas, il est vrai, des professionnels de la politique, qui sont des mères de famille, des chômeurs, des fonctionnaires, des chefs d'entreprises (...) des gens qui sont les représentants des Français qui ne se sentent pas représentés par les autres » partis. Elle visait particulièrement les quotidiens La Voix du Nord et Nord Éclair accusés d’avoir « surveillé le logement » d’une candidate FN et d’avoir écrit que « ses volets étaient fermés de nuit comme de jour ».

« Ils ont passé la nuit devant le domicile de la candidate du FN. Croyez-vous que c'est raisonnable et sérieux ? », a demandé Marine Le Pen. Pour celle-ci, ce traitement « démontre la volonté des médias de venir peut-être en soutien d'une classe politique en train de s'effondrer ».

La Voix du Nord a répondu à ces accusations en affirmant que ses journalistes avaient simplement cherché à rencontrer Virginie Rosez, la candidate de Neuville, qui selon le journal ne s’était pas présenté à la presse et n’avait pas donné suite à plusieurs demandes d’entretien. « Nous avons donc cherché à la rencontrer, y compris à son domicile. Sur place, plusieurs sources nous ont indiqué que ses volets étaient souvent fermés de jour comme de nuit. Le FN, aujourd’hui, laisse croire que nous avons "planqué" devant son domicile jour et nuit. C’est évidemment faux », s’est justifié le quotidien.

Crédit photo : Regis Noyon via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux