Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Cérémonie des Césars, Adieu les cons… du cinéma !
Cérémonie des Césars, Adieu les cons… du cinéma !

16 mars 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Cérémonie des Césars, Adieu les cons… du cinéma !

Cérémonie des Césars, Adieu les cons… du cinéma !

Cérémonie des Césars, Adieu les cons… du cinéma !

Largement battu par TF1 (Koh-Lantha) et même par le documentaire sur le chanteur Mike Brant sur France 3, la cérémonie des Césars se transforme au fil des ans en cérémonie mortifère du cinéma français, où plutôt de ce qu’il en reste.

Adieu les cons, titre prémonitoire

Pour sa 46e édi­tion, cette insti­tu­tion avait trou­vé refuge à l’Olympia – trans­for­mé pour l’occasion en une pitoy­able salle de cabaret qua­si déserte où les lumignons, style ceux de nos TGV, n’éclairaient pas davan­tage que des bou­gies. Une soirée lugubre, à l’image de notre cul­ture mise en pièces par l’entre soi délétère et bien-pen­sant des « fémin­istes », « racisés » et autres « militant.e.s » habil­lées par Vuit­ton ou Chanel quand ce n’est pas nues… Bref, une soirée où le ciné­ma n’a été qu’un pré­texte à une pâlotte AG de ter­mi­nale et clô­turée par le tri­om­phe d’un film au titre que l’on espère pré­moni­toire : « Adieu les cons ».

Noir, c’est noir…

Le média français offi­ciel, l’AFP, a don­né le tem­po dès 23h54, avant même la fin de cette « céré­monie macabre » : « Une inter­ven­tion désha­bil­lée sur scène pour crier la détresse du secteur cul­turel et deux acteurs noirs comme meilleurs espoirs. La 46e céré­monie des César a pris ven­dre­di un tour poli­tique en pleine pandémie. »

Sur un moteur de recherche pro­fes­sion­nel qui regroupe notam­ment la total­ité de la presse française, on rel­e­vait ven­dre­di 12, jour des Césars, 3 756 men­tions, same­di 1 866 et dimanche 905. Un silence gêné s’est emparé des médias, au point que Le Jour­nal du Dimanche du 14 n’a même pas évo­qué la céré­monie des Césars !

Quand même un bon orchestre et deux chanteurs

A retenir quand même : l’orchestre sur scène qui était un vrai plus, l’apparition très pro­fes­sion­nelle de Cather­ine Ringi­er mag­nifi­ant la superbe chan­son de Gilbert Bécaud « Je reviens te chercher », Alain Sou­chon en pleine forme à 76 ans tan­dis que Ben­jamin Bio­lay chante tou­jours aus­si faux, l’humour à trois balles sauvé par l’intervention de Valérie Lemerci­er et, enfin, la presta­tion pathé­tique de la troupe du Splen­did qui n’a pas eu un mot pour leurs cama­rades de jeu Ané­mone et Dominique Lavanant, ni pour le met­teur en scène Patrice Lecon­te aux­quels ils doivent pour­tant leur popularité !

Le catéchisme des beaux quartiers

Le ciné­ma est passé à la trappe au prof­it du catéchisme des beaux quartiers. Deux égarés dans ce bazar des Césars : deux très grands pro­fes­sion­nels du 7e art : le grand chef pho­to Philippe Rous­selot et le mon­teur Yann Dedet, venus présen­ter les nom­inés dans leur domaine, n’ont pas dit un seul mot. Au milieu de la log­or­rhée ver­bale de 3h30 que nous a infligée cette soirée, ce silence bergmanien en dit long…

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.