Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Marianne s’intéresse à TV Libertés, «  Fox News à la française »

3 mai 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Marianne s’intéresse à TV Libertés, « Fox News à la française »

Marianne s’intéresse à TV Libertés, « Fox News à la française »

À l’image de celles de ses confrères, les ventes de Marianne ont fortement chuté ces dernières années (même si elles remontent depuis quelques mois). Aussi quand l’hebdo s’intéresse à un nouveau média en pleine ascension, forcément, le ton est amer.

Dans un arti­cle pub­lié ven­dre­di 29 avril 2016, Louis Hausalter s’in­téresse à cette « webtélé des ultra-réacs qui se rêve en “Fox News à la française” ». Pour ce jour­nal­iste, TV Lib­ertés (www.tvlibertes.com) est ain­si un média dont le traite­ment de l’ac­tu­al­ité est « très par­ti­c­uli­er », com­prenez : très à droite. Les déc­la­ra­tions du prési­dent hon­grois, Vik­tor Orban, sont saluées, l’idéolo­gie de Nuit Debout est mise en cause et cri­tiquée, et la poli­tique migra­toire est fustigée. Cela ne peut être que sus­pect.

Ain­si, TVL est, aux yeux du jour­nal­iste de Mar­i­anne, une « sorte de mini-BFM 100% réac, qui dis­pense sur le web sa vision revue et cor­rigée de l’ac­tu­al­ité », pen­dant que les médias tra­di­tion­nels, eux, ren­dent une copie par­faite­ment neu­tre et objec­tive, bien sûr.… Et de s’é­ton­ner que la webtélé soit dev­enue, en quelques mois seule­ment, la tête de proue de la « réin­fos­phère », une « nébuleuse de sites ancrés à l’ex­trême droite qui s’est fait une spé­cial­ité de con­tester “les médias de pro­pa­gande, sub­ven­tion­nés ou dirigés par des oli­gar­ques financiers”, dix­it (Jean-Yves) Le Gal­lou ».

Si Mar­tial Bild, directeur de la rédac­tion et des pro­grammes, explique que TV Lib­ertés n’est la chaîne « d’au­cun par­ti poli­tique » mais entend don­ner la parole à « toutes les droites » et pro­mou­voir « la défense de l’e­sprit français et de la civil­i­sa­tion européenne », Mar­i­anne regarde cette chaîne, fondée par trois anciens du Front Nation­al, avec une grande méfi­ance. « J’aimerais avoir Nico­las Sarkozy et François Fil­lon, mais je ne suis pas deman­deur d’Alain Jup­pé », pré­cise Mar­tial Bild. Et Mar­i­anne d’en tir­er les con­clu­sions qui s’im­posent : « Toutes les droites, donc, mais plutôt quand elles sont bien à droite… » D’ailleurs, Gilbert Col­lard, député Rassem­ble­ment Bleu Marine du Gard, n’y ani­me-t-il pas une émis­sion lit­téraire ? « C’est le seul espace où j’ai trou­vé le moyen de par­ler de lit­téra­ture. Mais si France Inter me donne une chronique, je prends tout de suite ! », s’ex­plique l’av­o­cat.

Quoi qu’il en soit, l’heb­do­madaire ne peut que con­stater la réus­site de la « pre­mière chaîne de réin­for­ma­tion de France », comme elle se définit elle-même. Avec une chaîne Youtube dynamique, dont cer­taines vidéos dépassent les 100 000 vues, TV Lib­ertés a démar­ré fort. Côté finance­ment, la chaîne a un statut d’as­so­ci­a­tion et fonc­tionne sur la base du finance­ment par­tic­i­patif. Ain­si, comme l’ex­plique Jean-Yves Le Gal­lou, l’un des fon­da­teurs de TVL, le mod­èle économique repose sur « une mul­ti­tude de petits et de moyens dona­teurs ». Et ça marche ! « Nous avons con­stru­it un deux­ième stu­dio. Nous souhaitons main­tenant aller sur les câblo-opéra­teurs. L’idée, c’est d’être la petite Fox News à la française, toutes pro­por­tions gardées évidem­ment », com­mente Mar­tial Bild.

En somme, une rai­son de plus de hériss­er le poil de Mar­i­anne, qui peine à ven­dre ses pages mal­gré le sérieux et l’ob­jec­tiv­ité qui dis­tinguent l’heb­do­madaire sub­ven­tion­né des petits médias « ultra-réacs »…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.