Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Marianne s’intéresse à TV Libertés, « Fox News à la française »
Marianne s’intéresse à TV Libertés, «  Fox News à la française »

3 mai 2016

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Marianne s’intéresse à TV Libertés, « Fox News à la française »

Marianne s’intéresse à TV Libertés, « Fox News à la française »

Marianne s’intéresse à TV Libertés, « Fox News à la française »

À l’image de celles de ses confrères, les ventes de Marianne ont fortement chuté ces dernières années (même si elles remontent depuis quelques mois). Aussi quand l’hebdo s’intéresse à un nouveau média en pleine ascension, forcément, le ton est amer.

Dans un arti­cle pub­lié ven­dre­di 29 avril 2016, Louis Hausalter s’in­téresse à cette « webtélé des ultra-réacs qui se rêve en “Fox News à la française” ». Pour ce jour­nal­iste, TV Lib­ertés (www.tvlibertes.com) est ain­si un média dont le traite­ment de l’ac­tu­al­ité est « très par­ti­c­uli­er », com­prenez : très à droite. Les déc­la­ra­tions du prési­dent hon­grois, Vik­tor Orban, sont saluées, l’idéolo­gie de Nuit Debout est mise en cause et cri­tiquée, et la poli­tique migra­toire est fustigée. Cela ne peut être que suspect.

Ain­si, TVL est, aux yeux du jour­nal­iste de Mar­i­anne, une « sorte de mini-BFM 100% réac, qui dis­pense sur le web sa vision revue et cor­rigée de l’ac­tu­al­ité », pen­dant que les médias tra­di­tion­nels, eux, ren­dent une copie par­faite­ment neu­tre et objec­tive, bien sûr.… Et de s’é­ton­ner que la webtélé soit dev­enue, en quelques mois seule­ment, la tête de proue de la « réin­fos­phère », une « nébuleuse de sites ancrés à l’ex­trême droite qui s’est fait une spé­cial­ité de con­tester “les médias de pro­pa­gande, sub­ven­tion­nés ou dirigés par des oli­gar­ques financiers”, dix­it (Jean-Yves) Le Gallou ».

Si Mar­tial Bild, directeur de la rédac­tion et des pro­grammes, explique que TV Lib­ertés n’est la chaîne « d’au­cun par­ti poli­tique » mais entend don­ner la parole à « toutes les droites » et pro­mou­voir « la défense de l’e­sprit français et de la civil­i­sa­tion européenne », Mar­i­anne regarde cette chaîne, fondée par trois anciens du Front Nation­al, avec une grande méfi­ance. « J’aimerais avoir Nico­las Sarkozy et François Fil­lon, mais je ne suis pas deman­deur d’Alain Jup­pé », pré­cise Mar­tial Bild. Et Mar­i­anne d’en tir­er les con­clu­sions qui s’im­posent : « Toutes les droites, donc, mais plutôt quand elles sont bien à droite… » D’ailleurs, Gilbert Col­lard, député Rassem­ble­ment Bleu Marine du Gard, n’y ani­me-t-il pas une émis­sion lit­téraire ? « C’est le seul espace où j’ai trou­vé le moyen de par­ler de lit­téra­ture. Mais si France Inter me donne une chronique, je prends tout de suite ! », s’ex­plique l’avocat.

Quoi qu’il en soit, l’heb­do­madaire ne peut que con­stater la réus­site de la « pre­mière chaîne de réin­for­ma­tion de France », comme elle se définit elle-même. Avec une chaîne Youtube dynamique, dont cer­taines vidéos dépassent les 100 000 vues, TV Lib­ertés a démar­ré fort. Côté finance­ment, la chaîne a un statut d’as­so­ci­a­tion et fonc­tionne sur la base du finance­ment par­tic­i­patif. Ain­si, comme l’ex­plique Jean-Yves Le Gal­lou, l’un des fon­da­teurs de TVL, le mod­èle économique repose sur « une mul­ti­tude de petits et de moyens dona­teurs ». Et ça marche ! « Nous avons con­stru­it un deux­ième stu­dio. Nous souhaitons main­tenant aller sur les câblo-opéra­teurs. L’idée, c’est d’être la petite Fox News à la française, toutes pro­por­tions gardées évidem­ment », com­mente Mar­tial Bild.

En somme, une rai­son de plus de hériss­er le poil de Mar­i­anne, qui peine à ven­dre ses pages mal­gré le sérieux et l’ob­jec­tiv­ité qui dis­tinguent l’heb­do­madaire sub­ven­tion­né des petits médias « ultra-réacs »…

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.