Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Tucker Carlson et Fox News, c’est fini !

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

28 avril 2023

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Tucker Carlson et Fox News, c’est fini !

Tucker Carlson et Fox News, c’est fini !

Temps de lecture : 5 minutes

Le 24 avril, l’animateur de télévision conservateur Tucker Carlson et la chaîne Fox News ont décidé de mettre un terme à leur collaboration. Beaucoup d’encre coule depuis concernant les raisons et les conséquences de cette rupture, annoncée comme une séparation par consentement mutuel mais qui ressemble bien plus à un licenciement.

La star des milieux conservateurs

Tuck­er Carl­son est une per­son­nal­ité con­ser­va­trice mon­di­ale­ment con­nue. Aux États-Unis, il est incon­tourn­able dans le paysage médi­a­tique et poli­tique, mais son vis­age est aus­si fam­i­li­er en Europe, surtout depuis qu’il s’est ouverte­ment opposé à la « nar­ra­tion san­i­taire » offi­cielle et qu’il a exprimé de sérieux doutes sur le sou­tien apporté par Wash­ing­ton à Kiev, ou encore en rai­son de ses sor­ties de route con­cer­nant la ver­sion autorisée sur l’assaut du Capi­tole du 6 jan­vi­er 2021.

Fig­ure cen­trale de Fox News, il y ani­mait depuis 2016 Tuck­er Carl­son Tonight, l’émission la plus regardée aux États-Unis, en moyenne par 3,5 mil­lions de téléspec­ta­teurs, dont cer­tains extraits fai­saient régulière­ment le buzz sur les réseaux sociaux.

Rangé dans la caté­gorie des haineux et des com­plo­tistes par tous les clercs de la pen­sée dom­i­nante, Carl­son dis­po­sait jusqu’au ven­dre­di 21 avril, date de sa dernière émis­sion, d’une audi­ence et d’une sur­face médi­a­tique con­sid­érables pour quelqu’un ten­ant régulière­ment des pro­pos sor­tant des clous de la bien-pen­sance. Son départ fait l’effet d’une bombe et des dizaines de mil­lions d’Américains n’en pou­vant plus de la ter­reur des médias main­stream se retrou­vent ain­si orphelins.

Remous en bourse

L’annonce du départ de l’icône Carl­son a provo­qué une chute de cinq points de Fox Cor­po­ra­tion en bourse, alors qu’elle inter­vient suite à l’accord financier entre Fox et Domin­ion, cette fameuse entre­prise spé­cial­isée dans le matériel et et logi­ciels de vote électronique.

Cer­tains voient d’ailleurs dans cet accord à l’amiable la rai­son prin­ci­pale du départ de Carl­son. Ce dernier y est en effet pour beau­coup dans le dif­férend entre Fox et Domin­ion : dans un reportage de mars 2023 sur l’affaire du Capi­tole, Carl­son a remis sur la table la ques­tion de la trans­parence du vote élec­tron­ique aux élec­tions de 2020. Finale­ment, le procès pour diffama­tion n’aura pas lieu et la chaîne a accep­té de vers­er la bagatelle de 787 mil­lions de dol­lars à Domin­ion, quelques jours avant le départ de Carlson.

Rupert Murdoch a‑t-il viré Carlson ?

L’affaire Domin­ion a sans doute joué dans le limo­geage de Carl­son, mais le Los Ange­les Times avance d’autres raisons et évoque le rôle direct joué par le mag­nat de la presse Rupert Mur­doch, prési­dent de Fox News.

Le quo­ti­di­en cal­i­fornien affirme qu’il s’agit bien d’une déci­sion uni­latérale de la direc­tion de la chaîne, Mur­doch ayant réu­ni ses fidèles du comité directeur, et notam­ment son fils, pour décider du cas Carl­son. C’est pour­tant lui qui l’avait hissé au rang de star en 2017 à la place de Bil­ly O’Reilly. L’accord com­mun trou­vé entre Carl­son et Fox n’en serait donc pas un, il s’agirait bien d’un licen­ciement décidé par le clan Mur­doch, qui ne voulait plus assumer la charge représen­tée par le trublion Carlson.

Abby Grossberg en embuscade ?

D’autres sources avan­cent aus­si l’affaire opposant Carl­son à l’ancienne pro­duc­trice de Fox News, Abby Gross­berg. Carl­son et Gross­berg sont en effet en procès, la pro­duc­trice ayant attaqué l’animateur pour dis­crim­i­na­tion, affir­mant qu’elle avait fait l’objet de com­men­taires antisémites.

Limogée de la chaîne il y a un mois, elle aurait trou­vé sa vengeance en pous­sant au licen­ciement de Carl­son. C’est en tout cas ce que ses avo­cats affir­ment à demi-mot, expli­quant que le procès opposant leur cliente à l’animateur est un fac­teur clé pour com­pren­dre la déci­sion de la chaîne sur Carlson.

Selon Tan­vir Rah­man, un des avo­cats de Gross­berg, « le départ de Tuck­er Carl­son de Fox News est, en par­tie, un aveu du men­songe sys­témique, de l’in­tim­i­da­tion et de la con­spir­a­tion dont […] l’an­ci­enne pro­duc­trice Abby Gross­berg, fait état. »

Et si c’était encore plus simple ?

Il est évi­dent que ces raisons internes ne suff­isent pas à expli­quer le licen­ciement de Carl­son. En réal­ité, il se pour­rait bien que la star du paysage audio-visuel améri­cain soit allée trop loin. Carl­son ne se con­tente pas de taper sur le wok­isme ou d’interroger l’opportunité des inter­ven­tions US à l’étranger, et ain­si de met­tre aus­si en cause ceux qui lui sont plutôt favor­ables, les dirigeants poli­tiques répub­li­cains, il fait égale­ment preuve d’indiscipline quant à la ques­tion qui fâche le plus : l’agenda bio-sécu­ri­taire, que Don­ald Trump a aus­si con­tribué à met­tre en œuvre.

Ces derniers mois, Carl­son a en effet mul­ti­plié les émis­sions don­nant des bou­tons à la caste qui s’accroche à sa nar­ra­tion san­i­taire et guer­rière. Il sort ain­si net­te­ment du cli­vage conservateurs/progressistes pour aller sur un ter­rain bien plus glis­sant, celui régen­té par le Big Phar­ma et la Big Tech. Quelques jours avant son limo­geage, il a d’ailleurs don­né volon­tiers la parole à Robert F. Kennedy Jr., can­di­dat à l’investiture démoc­rate et leader de la colère anti-Covid aux États-Unis.

C’est sans doute la ligne que Carl­son n’aurait pas dû franchir. Avec un Ron DeSan­tis non moins covi­do-scep­tique prêt pour 2024 du côté répub­li­cain, les respon­s­ables des poli­tiques de con­fine­ment et autres par­ti­sans du sérum pour tous n’en ont pas fini de tran­spir­er. Carl­son a choisi son camp, et il vient d’en faire les frais. Mais le cen­sur­er con­duira inévitable­ment à le ren­dre encore plus libre et donc à le ren­dre encore plus intran­sigeant. En s’en séparant, la caste transpar­ti­sane au pou­voir a peut-être com­mis une grande erreur qu’elle risque un jour de pay­er cher.

https://twitter.com/RobertKennedyJr/status/1650550341027475479

Tucker Carlson n’a pas dit son dernier mot

Dans une vidéo pub­liée sur son compte Twit­ter le 27 avril, Carl­son s’est mon­tré très incisif et ne sem­ble pas vouloir aban­don­ner son com­bat con­tre les élites médi­a­tiques et poli­tiques qui lui ont tourné le dos. Lancera-t-il son pro­pre média ? S’engagera-t-il en poli­tique ? À suivre.

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés