Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Bobards d’Or 2023, France 2 et Darmanin en vedette

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

21 février 2023

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Bobards d’Or 2023, France 2 et Darmanin en vedette

Bobards d’Or 2023, France 2 et Darmanin en vedette

Temps de lecture : 5 minutes

Les Bobards d’Or, XIVèmes du nom ont été remis le 13 février 2023 à Paris. Comme nous n’y assistions pas, nous nous permettons d’emprunter à notre confrère Boulevard Voltaire la plume virevoltante de François Bousquet, rédacteur en chef de la revue Éléments et gérant de la Nouvelle Librairie. Certains intertitres sont de notre rédaction.

Un festival, mieux qu’à Cannes

Les Bobards d’Or, c’est un peu les anti-Sept d’or — la longévité en plus. La qua­torz­ième céré­monie a tenu toutes ses promess­es. Beau­coup de monde, des nom­inés vrai­ment affreux, des lau­réats encore plus épou­vanta­bles. Bref, une dis­tri­b­u­tion royale. Comme elle n’était pas dif­fusée sur France Télévi­sions, mieux valait être sur place. À la baguette, Jean-Yves Le Gal­lou, homme-orchestre, assisté pour l’occasion par le youtubeur Greg Tal­i­b­ian, l’Arménien le plus drôle de France ; Valentin Schirmer, jeune pousse de la mati­nale de Radio Cour­toisie ; Mar­tial Bild, directeur de TV Lib­ertés ; et Michel Geof­froy, plume de la fon­da­tion Polémia, organ­isatrice de l’événement.

La tradition des tranchées

Les Bobards d’Or renouent avec une tra­di­tion née dans les tranchées, celle des bombes et bobards de guerre. La tra­di­tion était per­due, pas les bobards qui l’avaient vu naître. Il impor­tait de la ressus­citer, tant le pilon­nage médi­a­tique est plus fourni qu’au Chemin des Dames. Fondez une Société des hon­nêtes gens, dis­ait le philosophe Alain, tous les voleurs en seront. Décrétez pareille­ment la lib­erté de la presse, vous ver­rez affluer tous les censeurs.

Le miroir déformant de certains journalistes

Je me suis tou­jours demandé, étant moi-même jour­nal­iste, com­ment cer­tains de mes con­frères – hyp­ocrite lecteur, mon sem­blable, mon con­frère – pou­vaient se regarder dans une glace. C’est qu’il n’y a pas de glace, rien qu’un miroir défor­mant. Des neu­ro­logues ont, du reste, mon­tré que l’accoutumance aux men­songes est sci­en­tifique­ment attesté (les études ne por­taient pour­tant pas sur des jour­nal­istes). La répéti­tion accroît les com­porte­ments mal­hon­nêtes. C’est la mis­sion des Bobards d’Or de les épingler.

Le bobard faux missile russe

Curieuse­ment, les récip­i­endaires ne se pressent pas pour venir récupér­er leur prix. On leur remet donc par con­tu­mace, comme à des délin­quants en fuite, une petite stat­uette aux traits de Pinoc­chio. Quand Pinoc­chio ment, son nez s’allonge comme une flûte au milieu du vis­age. Ce qui n’est pas le cas des scri­bouil­lards sévis­sant dans les médias cen­traux. Eux sont les flûtistes. C’est, du reste, en leur qual­ité de joueurs de pipeau qu’ils sont distingués.

Vox pop­uli, vox Dei. Le pub­lic a choisi de couron­ner, par­mi la dizaine de bobards sélec­tion­nés par le jury, trois d’entre eux.

Le Bobard d’or revient à France 2 qui, en son JT du 10 août 2022, a fâcheuse­ment con­fon­du une chem­inée au tubage bran­lant avec un mis­sile russe qui n’aurait pas explosé, le tout près de la cen­trale de Zapor­i­jia. Mais le tubage était un trucage. « À ce compte-là, s’est amusé Mar­tial Bild, le château de Cham­bord avec ses 282 chem­inées est une base de lance-mis­siles. » Certes vétuste, mais indémodable.

Un bobard pour l’ensemble de la classe politico-médiatique

Le Bobard d’argent a été décerné à l’ensemble de la classe politi­co-médi­a­tique pour la non-affaire Gré­goire de Four­nas et son badin « Qu’ils retour­nent en Afrique ! » On sait com­bi­en l’accusation de racisme est impa­ra­ble, surtout quand elle est imag­i­naire. Mais c’est comme si le député RN de la Gironde avait mis l’incendie au Reich­stag dans le cos­tume du Ku Klux Klan. Les députés de la NUPES étaient prêts à le couler par grand fond en Méditer­ranée comme un cuirassé allemand.

Philippe Val bobard Carambar

J’avoue avoir une faib­lesse pour le Bobard de bronze signé Philippe Val – il a un tableau de chas­se aus­si épais que son oppor­tunisme. Les bobards, c’est par­fois comme les Caram­bar™. Il arrive qu’il y ait une blague à l’intérieur, mais qui ne fait pas rire, un peu comme un sketch de Philippe Val. Écoutez bien celui qui lui vaut son prix : « Au début, le SIDA s’est propagé prin­ci­pale­ment par les routiers, c’est pas de leur faute évidem­ment, mais ils tra­versent les fron­tières. » Pas comme la bêtise, n’est-ce pas. C’est beau comme un poster de Loana dans la cab­ine d’un 38-tonnes lancé à toute vitesse.

Un Gérald d’or à l’unanimité

Dans sa mag­na­nim­ité, le jury a remis un « Gérald d’or » à Dar­manin pour l’ensemble de son œuvre. En matière de sécu­rité, Dar­manin, c’est le pre­mier flop de France. À côté, le gen­darme de Saint-Tropez, c’est la police sci­en­tifique ; et le com­mis­saire Navar­ro, Mai­gret sans la pipe, sans la pluie et sans la blan­quette de veau, comme dirait Gabrielle Cluzel.

L’an prochain sur France Télévisions ?

Ques­tion inci­dente : qui gardera les gar­di­ens ? C’est le grand dilemme de Pla­ton dans sa République. Même chose pour la véri­fi­ca­tion des faits, qui est aux « démoc­ra­ties » ce que le Goskon­trol était à l’Union sovié­tique : un dis­posi­tif assur­ant la con­for­mité idéologique. Qui donc « fact-check­era » les fact-checkeurs ? Qu’on me par­donne, mais c’est la dés­in­for­ma­tion qui empeste le glo­bish, pas moi. Le pro­pre de tous ces angli­cismes, c’est de ren­vers­er la charge de la preuve : ils dis­pensent les médias cen­traux d’avoir à établir la vérac­ité de leurs allé­ga­tions. Ren­dons grâce aux Bobards d’Or de s’en charg­er. C’est mieux qu’un détecteur de men­songes. Inutile de dire qu’on attend la prochaine édi­tion avec impa­tience. En direct sur France Télévi­sions ?

François Bous­quet
revue-elements.com

Source : bvoltaire.fr