Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Marc Ladreit de Lacharrière condamné pour emploi fictif de Pénélope Fillon

13 décembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Marc Ladreit de Lacharrière condamné pour emploi fictif de Pénélope Fillon

Marc Ladreit de Lacharrière condamné pour emploi fictif de Pénélope Fillon

Dans le cadre d’une procédure de plaider-coupable (CRPC) le propriétaire de La Revue des Deux Mondes a été condamné à huit mois avec sursis et 375.000 € d’amende – il avait été mis en examen pour abus de biens sociaux ; la femme de François Fillon avait été employée en 2012–2013 pour rédiger des notes de lecture dont deux seulement avaient été publiées par la revue littéraire et politique La Revue des deux mondes, la danseuse du milliardaire. Une danseuse qui lui coûte cher, en 2017 les dépenses de la société éditrice ont été supérieures aux recettes. Mais l’ami Marc a des poches profondes.

Un empire médiatique

Autour de Fimalac, Marc Ladre­it de Lachar­rière a con­sti­tué un petit empire média cen­tré sur le web (Webe­dia, Ter­rafem­i­na, Jeuxvideo.com…) et La Revue des Deux Mon­des où Péne­lope Fil­lon émargeait à 3900 € nets men­su­els. Le même homme d’affaires a fait en 2013 un prêt de 50.000 € sans intérêts et non déclaré à François Fil­lon, qui l’a rem­boursé depuis. Fimalac aurait aus­si demandé à trois repris­es des mis­sions ponctuelles à François Fil­lon, fac­turées quelques dizaines de mil­liers d’euros. Sa vieille ami­tié avec François Fil­lon n’a pas résisté à la men­ace de prison ferme qui aurait pu peser sur lui s’il n’avait eu recours à la procé­dure de plaider-coupable. Sa con­damna­tion ne sera pas inscrite à son casi­er judiciaire.

Un petit Soros à la française

Se con­sid­érant comme un des fon­da­teurs de SOS Racisme, il est égale­ment un des financiers de la Fon­da­tion con­tre l’exclusion (de Mar­tine Aubry) et un de ceux qui ont financé le Bondy Blog (alliance du grand cap­i­tal, de la presse bien pen­sante et d’un bout de ban­lieue), machine de guerre médi­a­tique pour la pro­mo­tion des « diver­sités ». Pré­cisons que Marc n’est pas égoïste : les hommes blancs de plus de cinquante ans dont il est un digne représen­tant n’appartiennent à aucune diver­sité présente et encore moins à venir.

Voir aussi

Marc Ladre­it de Lacharrière

Crédit pho­to : ADMICAL via Flickr (cc)

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.