Accueil | Actualités | Médias | Marc Ladreit de Lacharrière condamné pour emploi fictif de Pénélope Fillon
Pub­lié le 13 décembre 2018 | Éti­quettes : ,

Marc Ladreit de Lacharrière condamné pour emploi fictif de Pénélope Fillon

Dans le cadre d’une procédure de plaider-coupable (CRPC) le propriétaire de La Revue des Deux Mondes a été condamné à huit mois avec sursis et 375.000 € d’amende – il avait été mis en examen pour abus de biens sociaux ; la femme de François Fillon avait été employée en 2012-2013 pour rédiger des notes de lecture dont deux seulement avaient été publiées par la revue littéraire et politique La Revue des deux mondes, la danseuse du milliardaire. Une danseuse qui lui coûte cher, en 2017 les dépenses de la société éditrice ont été supérieures aux recettes. Mais l’ami Marc a des poches profondes.

Un empire médiatique

Autour de Fimalac, Marc Ladreit de Lacharrière a constitué un petit empire média centré sur le web (Webedia, Terrafemina, Jeuxvideo.com...) et La Revue des Deux Mondes où Pénelope Fillon émargeait à 3900 € nets mensuels. Le même homme d’affaires a fait en 2013 un prêt de 50.000 € sans intérêts et non déclaré à François Fillon, qui l’a remboursé depuis. Fimalac aurait aussi demandé à trois reprises des missions ponctuelles à François Fillon, facturées quelques dizaines de milliers d’euros. Sa vieille amitié avec François Fillon n’a pas résisté à la menace de prison ferme qui aurait pu peser sur lui s’il n’avait eu recours à la procédure de plaider-coupable. Sa condamnation ne sera pas inscrite à son casier judiciaire.

Un petit Soros à la française

Se considérant comme un des fondateurs de SOS Racisme, il est également un des financiers de la Fondation contre l’exclusion (de Martine Aubry) et un de ceux qui ont financé le Bondy Blog (alliance du grand capital, de la presse bien pensante et d’un bout de banlieue), machine de guerre médiatique pour la promotion des « diversités ». Précisons que Marc n’est pas égoïste : les hommes blancs de plus de cinquante ans dont il est un digne représentant n’appartiennent à aucune diversité présente et encore moins à venir.

Voir aussi

Marc Ladreit de Lacharrière

Crédit photo : ADMICAL via Flickr (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux