Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La Revue des deux mondes, la dépensière danseuse de Ladreit de Lacharrière

26 août 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La Revue des deux mondes, la dépensière danseuse de Ladreit de Lacharrière

La Revue des deux mondes, la dépensière danseuse de Ladreit de Lacharrière

L’Observatoire a déjà consacré une infographie (en cours d’actualisation) au groupe Fimalac de Marc Ladreit de Lacharrière. Ce dernier représente un exemple assez emblématique de milliardaire libéral libertaire, consacrant une partie de sa fortune aux causes encourageant l’immigration, une sorte de petit Soros français.

Diversité quand tu nous tiens

Ladre­it de Lachar­rière peut s’enorgueillir d’avoir con­tribué plus qu’un autre au « vivre ensem­ble » imposé comme un mantra moral aux européens. Fon­da­teur de SOS racisme, ami de Jamel Deb­bouze, de Yam­i­na Ben­guigui (fon­da­tion Elemi­ah pour favoris­er la représen­ta­tion de sujets issus de l’immigration dans la télévi­sion et au ciné­ma), de Mar­tine Aubry (Fon­da­tion Agir con­tre l’exclusion), financier du Bondy blog, ce ser­i­al entre­pre­neur est devenu un acteur de pre­mier plan du numérique en France via Webe­dia (Allo ciné, Purepeo­ple, jeuxvideo.com etc).

Et la Revue des deux mondes ?

Alors pourquoi racheter en 1991une revue créée en 1829, ayant un passé pres­tigieux (elle a pub­lié Le Spleen de Baude­laire et a eu Balzac, Dumas, Sand et Mérimée par­mi ses auteurs), mais viel­lis­sante. Sinon pour se don­ner un petit air tra­di­tion­nel avec un ver­nis lit­téraire. La revue longtemps dirigée par Michel Crépu s’est vue impos­er un nou­veau cap­i­taine à la barre en 2015 : Valérie Toran­ian, anci­enne direc­trice de … Elle, plus habituée aux arti­cles sur les régimes amaigris­sants et les pub­lic­ités pour cos­mé­tiques qu’à la lit­téra­ture. Elle a l’avantage d’être à la ville la com­pagne de Franz Olivi­er Gies­bert, et ceci explique sans doute cela.

La revue (source Libéra­tion) aurait per­du plus de 4 mil­lions d’euros entre 2004 et 2014, encore 693K€ en 2015, de nou­veau 446K€ en 2016 et enfin 734K€ en 2017. Mieux pour 2017, les pertes sont supérieures au chiffre d’affaires. Il est vrai que les ventes sont ridicules. Pour qui veut bien lire les chiffres, La Let­tre A du 22 août 2018 annonce 1800 abon­nés, 2300 exem­plaires en kiosques, et 500 exem­plaires en librairie. Un bon chiffre toute­fois, la masse salar­i­ale a triplé à la suite du trans­fert du salaire de la direc­trice sup­porté anci­en­nement par Fimalac et main­tenant dans les charges de la revue. Quand on aime on ne compte pas.

Voir aussi

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.