Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Manifestation des gilets jaunes du 16 novembre : un jeu d’ombres assumé pour les médias de grand chemin
Publié le 

19 novembre 2019

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Manifestation des gilets jaunes du 16 novembre : un jeu d’ombres assumé pour les médias de grand chemin

Manifestation des gilets jaunes du 16 novembre : un jeu d’ombres assumé pour les médias de grand chemin

Le jeu d’ombres, qui consiste à projeter sur l’écran la silhouette des personnages, est une technique prisée en photographie. Les médias de grand de chemin l’ont utilisée avec brio à l’occasion de la manifestation des gilets jaunes le 16 novembre à Paris.

Alors que les grands titres des médias nous ont grat­i­fié des habituels compte ren­dus (« une man­i­fes­ta­tion mar­quée par des vio­lences »), c’est une fois de plus dans les réseaux soci­aux que des ques­tions essen­tielles sur ces événe­ments ont été soulevées. Et c’est dans les médias de grand chemin que des ques­tions gênantes sont restées dans l’ombre.

Un rituel immuable

Le déroule­ment des man­i­fes­ta­tions des gilets jaunes à Paris ou en province sem­ble obéir à un rit­uel immuable. Il y a l’annonce par la Pré­fec­ture de Police des moyens mobil­isés pour « éviter les débor­de­ments ». Une annonce relayée large­ment et sans dis­tance cri­tique comme l’ont fait par exem­ple Yahoo actu­al­ités, BFMTV avec l’AFP, etc.

Les black blocs passent ensuite « à l’action » (il ne s’agit en effet pas d’une man­i­fes­ta­tion con­tre l’islamophobie) sous les caméras d’information en con­tin­ue. Le téléspec­ta­teur ne pour­ra que se scan­dalis­er des nom­breuses agres­sions physiques con­tre les forces de l’ordre et des nom­breux dégâts matériels. Les black bloc s’en sont don­nés à cœur joie le 16 novem­bre, notam­ment en van­dal­isant une stèle en hom­mage au Maréchal Juin, comme le relate CNews et en allant jusqu’à tra­quer des policiers réfugiés dans une laver­ie, comme nous l’apprend LCI. L’obstruction du tra­vail des pom­piers est un autre motif d’indignation.

De la cou­ver­ture médi­a­tique de la man­i­fes­ta­tion, on retien­dra essen­tielle­ment les vio­lences et le souhait général « que cela cesse », sans que l’on sache s’il l’on par­le des vio­lences ou des man­i­fes­ta­tions, tant les unes que les autres étant amal­gamées dans un élan de con­fu­sion et d’indignation.

L’anniversaire des gilets jaunes a été « vio­lent » selon France Info, il a été éclip­sé par les casseurs selon Le Parisien, on a assisté à une « flam­bée de vio­lence » pour le Cour­ri­er Picard, « Le Préfet de Police dénonce l’attitude scan­daleuse des man­i­fes­tants » titre RTL, « Les pom­piers cail­lassés et insultés à Paris lors de la man­i­fes­ta­tion des gilets jaunes » pour Le Figaro, etc.

A côté de cette représen­ta­tion assez uni­forme des événe­ments, les réseaux soci­aux soulèvent des ques­tions et dénon­cent la stratégie du com­man­de­ment de la Police prise en haut lieux.

Des inter­ro­ga­tions dont beau­coup de monde par­le, comme, com­ment un pays comme la France n’arrive- t‑il pas à garan­tir le calme lors des man­i­fes­ta­tions ? N’’y a t’il aucun moyen de neu­tralis­er les quelques cen­taines de casseurs qui sys­té­ma­tique­ment s’en pren­nent aux policiers et com­met­tent de nom­breuses dégra­da­tions, alors que ces actes de vio­lence sont annon­cés, voire pro­gram­més ?

Au final, le résul­tat est tou­jours le même, on retient de la man­i­fes­ta­tion les nom­breux inci­dents, ce qui aboutit à décourager cer­tains man­i­fes­tants mais aus­si à une demande d’ordre de l’opinion publique.

Les réseaux sociaux bruissent de questions et de doutes

C’est sur les réseaux soci­aux que des ques­tions large­ment partagées sont posées. Sur le compte « la mort vue de près », on s’interroge, « Impos­si­ble de pénétr­er dans une manif à Paris avec un Gilet Jaune sans se le faire con­fis­quer et pren­dre une prune à 135€ , mais 500 Black Blocs ont réus­si à pass­er sans prob­lème ».

Philippe Mur­er dif­fuse sur son compte un extrait d’une inter­view d’une syn­di­cal­iste de la Police. Elle y rap­pelle com­ment les con­signes étaient don­nées sous le man­dat de Nico­las Sarkozy pour neu­tralis­er les casseurs, en les arrê­tant préven­tive­ment. Une tech­nique qui sem­blait effi­cace.

« Les Black Blocs”, on les iden­ti­fie, on sait com­ment les stop­per avant l’en­trée dans les cortèges” . Philippe Mur­er com­mente : “Il y a un laiss­er faire” volon­taire La République per­verse tente de dis­créditer les Gilets Jaunes et met policiers & familles en dan­ger ».

En con­clu­sion, Patrick Mignon écrit dans un tweet ce que beau­coup pensent :

« Quelques cen­taines (pour être “large”) de #Black­Bloc et des quartiers sont à feu. Il n’y a man­i­feste­ment pas de volon­té de la part de l’exécutif de faire cess­er ces crimes et dél­its en don­nant les ordres néces­saires ».

Figure univoque

Ce que l’on retient de tout cela, c’est qu’à l’occasion de la man­i­fes­ta­tion organ­isée le jour du pre­mier anniver­saire du début du mou­ve­ment des gilets jaunes, les fig­ures du man­i­fes­tant, du polici­er et du black block ont été présen­tées dans les médias de grand chemin de façon uni­voque et sim­pliste. Ces fig­ures ressem­blent plus à des sil­hou­ettes pro­jetées sur une toile qu’à des per­son­nages avec toute leur épais­seur et surtout leur con­texte et leurs déter­mi­nants.

Le mou­ve­ment des gilets jaunes a peut-être été phago­cyté par l’extrême gauche. Il est aus­si peut-être devenu l’expression d’une société hyper indi­vid­u­al­iste. Mais la stratégie des forces de l’ordre ques­tionne de nom­breux citoyens, moins ou pas du tout les médias de grand de chemin. Dans le cas présent, seul le con­fine­ment des casseurs Place d’Italie, où des échafaudages de travaux et autres out­ils de chantier étaient présents, a fait débat.

Les doutes que beau­coup parta­gent néces­sit­eraient d’être véri­fiés factuelle­ment. C’est un véri­ta­ble tra­vail d’investigation qui est néces­saire à ce sujet et qui serait au moins aus­si intéres­sant que des images de vio­lence en con­tin­ue dont on peut ignor­er les ten­ants et les aboutis­sants. …En atten­dant la prochaine man­i­fes­ta­tion et les prochaines vio­lences.

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision