Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Magazines Lagardère : les coulisses du deal
Magazines Lagardère : les coulisses du deal

3 avril 2014

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Magazines Lagardère : les coulisses du deal

Magazines Lagardère : les coulisses du deal

Magazines Lagardère : les coulisses du deal

L’entrée en négociations exclusives du tandem Reworld média / Rossel avec le groupe Lagardère mardi 2 avril ne doit rien au hasard. Voici les raisons affichées et les autres, plus officieuses, du choix de Denis Olivennes, PDG de Lagardère active.

D’i­ci l’été, au plus tard le 31 août, les acheteurs se partageront les dix mag­a­zines mis en vente en octo­bre 2013 par Lagardère active, la branche médias du groupe. À l’empire belge Rossel devraient revenir les mar­ques Pre­mière et Psy­cholo­gies mag­a­zine. Reworld media (Marie France) repren­dra les huit autres titres, Be, Auto moto, Union, Mai­son & travaux, Mon jardin ma mai­son, Le Jour­nal de la mai­son, Cam­pagne déco­ra­tion, Pariscope.

Leur offre a été choisie en pre­mier lieu parce qu’elle inspi­rait con­fi­ance indus­trielle­ment : elle était sen­si­ble­ment iden­tique aux plans social et financier à celle portée par l’ex DG de Lagardère active Didi­er Quil­lot. Dans les deux cas les 245 salariés seront (en principe) gardés et 15 mil­lions d’eu­ros seront ver­sés par Lagardère pour pay­er la clause de ces­sion et éponger l’équiv­a­lent de deux années de pertes (l’ensem­ble a réal­isé 50 mil­lions de CA et 2,5 mil­lions de pertes en 2013). La sur­face finan­cière de Rossel (500 mil­lions d’eu­ros de CA en 2013 et 250 mil­lions de fonds pro­pres) laisse à penser que le pre­mier groupe de presse inve­sti­ra dans ses nou­velles acqui­si­tions. Sec­on­do, vendeur et acheteur se con­nais­sent, tra­vail­lant déjà ensem­ble. Bernard de Was­seige, patron d’Édition Ven­ture, l’un des asso­ciés belges de Rossel dans l’opéra­tion, est déjà déten­teur des mar­ques Psy­cholo­gies et Elle out­re-Quiévrain. La fil­iale française de Rossel, La Voix du Nord, n’est pas en reste. Son quo­ti­di­en Le Cour­ri­er picard pro­pose une page heb­do­madaire issue de Psy­cholo­gies mag­a­zine. Enfin, La Voix du Nord dif­fuse de son côté (comme le reste de la PQR) le sup­plé­ment heb­do­madaire de Lagardère, Fem­i­na heb­do. En coulisse, la prox­im­ité entre Jacques Hardoin (PDG de La Voix du Nord) et Bruno Lesouëf, l’an­cien directeur des pub­li­ca­tions de Lagardère active, désor­mais con­seiller d’O­livennes, aurait égale­ment été déter­mi­nante dans l’accord.

Voir aussi  Message aux lecteurs et soutiens de l'Ojim

Reworld media n’a pas la même stature (40 mil­lions de CA annon­cé en 2013) et ne donne pas la même impres­sion de sérieux que le géant belge. Il traîne de sur­croît une répu­ta­tion désas­treuse après avoir mis en place deux plans de sauve­g­arde de l’emploi au sein du men­su­el Marie France (racheté en févri­er 2013) puis des mag­a­zines d’Ax­el Springer France (Vie pra­tique, Télé loisirs) acquis en août 2013. Un tiers des emplois ont été sup­primés dans chaque cas. Spé­cial­iste du brand con­tent et du jour­nal­isme low cost, Reworld media a mal­gré tout été retenu par Lagardère. Le groupe a pour­tant fait de la bonne ges­tion des con­séquences sociales de la vente une pri­or­ité. Out­re le fait qu’O­livennes con­sid­èr­erait les huit mag­a­zines cédés à Reworld medias acces­soires par rap­port aux majors Pre­mière et Psy­cholo­gies mag­a­zine, l’ar­chi­tec­ture cap­i­tal­is­tique de l’a­cheteur pour­rait con­stituer un début d’ex­pli­ca­tion. Reworld media a dans son tour de table (12%) deux sociétés d’in­vestisse­ment, Truf­fle Cap­i­tal et Idin­vest Part­ners. Idin­vest où le groupe Lagardère a investi 11 mil­lions d’eu­ros. Vous avez dit con­flit d’intérêt ?

Voir notre infographie du groupe Lagardère

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.