Accueil | Actualités | Médias | Libération condamné pour avoir diffamé Philippe Péninque
Pub­lié le 10 juin 2014 | Éti­quettes :

Libération condamné pour avoir diffamé Philippe Péninque

Le journal Libération a été condamné ce vendredi pour diffamation pour avoir lié, sans preuve, un conseiller de Marine Le Pen à l'affaire Elf.

Dans un article publié le 7 avril 2013, Libé avait écrit que Philippe Péninque avait aidé Jérôme Cahuzac à ouvrir son compte en Suisse en 1992, ce qui ne constitue aucune infraction. Mais le quotidien avait également affirmé que l'avocat avait, dans une autre affaire, « contribué à fournir un faux passeport à Alfred Sirven », l'homme qui avait géré les caisses noires du groupe pétrolier Elf.

Le parquet a constaté qu'aucune preuve n'a été apportée par Libération pour appuyer ces accusations. « Je ne connais pas M. Sirven. Je n'ai jamais été, ni de près, ni de loin, entendu dans l'affaire Sirven », s'est défendu M. Péninque. Pour le tribunal, « une telle imputation (...) est incontestablement attentatoire à l'honneur et à la considération » de ce dernier « en ce qu'elle lui prête un comportement tant répréhensible moralement que constitutif d'une infraction pénale ».

Également, selon le tribunal, « aucune enquête sérieuse n'a été menée » sur ces faits et « le journaliste n'a fait preuve d'aucune prudence dans l'expression de son affirmation ».

Libération a donc été condamné à 800 euros d'amende et à verser 3 000 euros de dommages à l'intéressé.

Voir notre infographie de Libérationainsi que notre dossier : 40 ans de Libération, des maos aux bobos

Crédit photo : litakiel via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This