Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | LGBTI++, ethnie et religion : l’UE sort son dictionnaire de novlangue
LGBTI++, ethnie et religion : l’UE sort son dictionnaire de novlangue

8 mars 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | LGBTI++, ethnie et religion : l’UE sort son dictionnaire de novlangue

LGBTI++, ethnie et religion : l’UE sort son dictionnaire de novlangue

LGBTI++, ethnie et religion : l’UE sort son dictionnaire de novlangue

Le Parlement européen est l’un des principaux chantres du politiquement correct, que ce soit au travers de podcasts ou par le biais d’actions répressives, aujourd’hui, c’est par le biais d’un énième document interne que l’institution agit. Elle vient de publier son “Glossaire du langage « sensible » pour la communication interne et externe”, à destination de son personnel.

Un glossaire pour “aider le personnel du Parlement européen à communiquer de la manière appropriée”

Ce glos­saire se veut une référence pour “com­mu­ni­quer de manière appro­priée”. Par “appro­priée”, on entend tout un tas de ter­mes qu’il faut éviter pour ne pas heurter l’autre et qu’il faut rem­plac­er par d’autres ter­mes qui eux, éviteront à l’autre de se sen­tir offusqué. Inclu­siv­ité oblige. Bien­v­enue dans l’ère de la novlangue insti­tu­tion­nal­isée et la tyran­nie des minorités.

Ce glos­saire vise d’ailleurs trois domaines par­ti­c­uliers, “le hand­i­cap, les ques­tions LGBTI+ ain­si que l’ethnicité et la reli­gion” avec cha­cun, leur “ter­mi­nolo­gie” propre.

Il pré­cise que dans l’idéal, “nous con­seil­lons à tous les mem­bres du per­son­nel de deman­der à la per­son­ne con­cernée les ter­mes qu’elle priv­ilégie” et de se référ­er à ce doc­u­ment “lorsque cela n’est pas possible”.

Handicap” et “LGBTI+” et “Ethnicité et religion”

Divisé en trois sous-glos­saires indépen­dants, le pre­mier nous apprend qu’il “ne faut jamais sug­gér­er que les per­son­nes hand­i­capées ont moins de valeur que les per­son­nes non hand­i­capées” mais aus­si que “les per­son­nes hand­i­capées n’apprécient pas d’être des objets de pitié”. Puis com­mence l’inventaire à la Prévert de ce qu’il faut “éviter” ou “priv­ilégi­er”.

Le sec­ond glos­saire évoque les “LGBTI+”. Enfin, on arrive pénible­ment à la par­tie sur “l’ethnicité”, “fruit d’un his­torique social de racialisation”.

Grâce au Par­lement européen, même la langue de bois a le droit à son référen­tiel, le tout, financé par vos impôts. Ce sont les total­i­tarismes du XXe siè­cle qui vont être jaloux.

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».