Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les réformes, oui, mais pas pour la presse écrite !
Publié le 

25 septembre 2013

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les réformes, oui, mais pas pour la presse écrite !

Les réformes, oui, mais pas pour la presse écrite !

Bakchich.info ironise dans un papier publié le 19 septembre sur le silence de « la presse dominante » concernant « l’accablant document » publié par la Cour des comptes la veille.

« Depuis quelques années, la règle, en de tels cas, est que les avis de cette vénérable insti­tu­tion font l’objet d’un battage médi­a­tique de niveau 9, où les jour­nal­istes comme il faut man­quent de mots assez dithyra­m­biques pour dire leur admi­ra­tion. Le plus sou­vent, même : ces ora­cles font l’objet – con­sécra­tion suprême – de gros titres à la une du Monde », se moque le pure play­er mar­qué à gauche qui note que « soudain, la presse écrite domine son envie de réforme ».

En effet, il y est ques­tion des aides de l’É­tat et, remar­que Bakchich, « les jour­naux et mag­a­zines véri­ta­ble­ment spé­cial­isés dans la fusti­ga­tion des dilap­i­da­tions de l’État sont par­mi ceux qui reçoivent les dona­tions les plus généreuses ». On y apprend par exem­ple que Le Figaro a béné­fi­cié entre 2009 et 2011 d’une aide à la dif­fu­sion de 16,49 cen­times par exem­plaires soit quand même 16,7 mil­lions d’eu­ros. Idem pour Le Monde, L’Ex­press et Le Point, tous deux très forts en gueule quand il s’ag­it d’ex­iger la réforme de l’É­tat, devant se con­tenter de respec­tive­ment 6,2 mil­lions et 4,5 mil­lions.

Autre point soulevé par la Cour des comptes, celui des aides « ayant pour objec­tif prin­ci­pal de soutenir des titres qui ont des ressources pub­lic­i­taires lim­itées, soit de manière volon­taire dans un souci de préser­va­tion de leur indépen­dance, soit de façon subie » et qui ne sont pas pondérées « en fonc­tion du pour­cent­age plus ou moins élevé de ressources pub­lic­i­taires (entre 0 et 25 %) ». Ain­si, Libé, L’Hu­ma et La Croix reçoivent qua­si­ment le même mon­tant alors que la pub­lic­ité représente respec­tive­ment 22,5%, 11,3% et 7,3% de leurs ressources totales.

Enfin, con­state la Cour des comptes, « mal­gré le sou­tien mas­sif de l’État », la « crise de la presse » n’en finit pas de « s’aggraver ». Bref, il devient urgent et oppor­tun d’en­vis­ager une « réforme de la gou­ver­nance des aides publiques à la presse ». Mais ne comptez pas sur « l’éditocratie main­stream », comme l’écrit Bakchich.info, pour en par­ler !

Crédit pho­to : TouN via Wiki­me­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision