Accueil | Actualités | Médias | Les petites manip’ anti-russes d’Euronews
Pub­lié le 5 juin 2016 | Éti­quettes : , ,

Les petites manip’ anti-russes d’Euronews

Dans un article traitant du vote d'une région italienne en faveur de la levée des sanctions contre Moscou, le service anglophone d'Euronews a cru bon d'insérer un tweet du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Sauf qu'il s'agissait en réalité d'un faux compte, et le pire c'est que tout indiquait cette évidence. En effet, le pseudonyme Twitter du prétendu ministre n'est autre que « @SovietSergey ». Et si cela n'était pas assez, la courte présentation du compte indique qu'il ne s'agit « PAS » du ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. « Le grand public peut être pardonné s’il tombe dans le panneau, mais il en est autrement pour les journalistes », note RT France, la filiale francophone de la chaîne russe d'information RT, financée par le Kremlin.

Ainsi, « plutôt que de simplement rapporter le choix démocratique de la région de la Vénétie, Euronews a essayé de déshonorer les élus locaux en intégrant les commentaires du faux Sergueï Lavrov ». Et de souligner : « C’est la deuxième fois en une semaine qu’euronews a été pris en flagrant délit de diffusion de grave désinformation sur la Russie. » En effet, il y a une semaine, dans un article traitant de l'Eurovision, le correspondant d'Euronews Robert Hackwill a affirmé que Staline avait déporté « plus de 2 millions de Tatars de Crimée en 1944 ».

Aussi dramatique que soit cet épisode bien réel, le nombre exact est de 200 000 déportations et non 2 millions, ce qui fait tout de même une assez grosse différence. Hackwill n'a pas hésité par ailleurs à ajouter que près d'un million de Tatars avaient péri durant la déportation, alors qu'ils seraient, selon l'agence RFE/RL, financée par le gouvernement américain, 7 889. Étrangement, le département russophone d'Euronews n'aura pas rapporté cette grosse coquille au public russe averti, annonçant lui 200 000 déportés. Seul le département anglophone n'a pas cru bon de rectifier.

« Je pensais qu’une telle politique dans le département anglophone de la chaîne était dirigée contre la Russie. Mais il ne fait désormais aucun doute que cela se retourne contre Euronews elle-même, discréditant les activités de cette chaîne », a réagi Maria Zakharova, porte-parole de Sergeï Lavrov.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.