Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les petites manip’ anti-russes d’Euronews

5 juin 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les petites manip’ anti-russes d’Euronews

Les petites manip’ anti-russes d’Euronews

Dans un article traitant du vote d’une région italienne en faveur de la levée des sanctions contre Moscou, le service anglophone d’Euronews a cru bon d’insérer un tweet du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Sauf qu’il s’agis­sait en réal­ité d’un faux compte, et le pire c’est que tout indi­quait cette évi­dence. En effet, le pseu­do­nyme Twit­ter du pré­ten­du min­istre n’est autre que « @SovietSergey ». Et si cela n’é­tait pas assez, la courte présen­ta­tion du compte indique qu’il ne s’ag­it « PAS » du min­istre des Affaires étrangères de la Fédéra­tion de Russie. « Le grand pub­lic peut être par­don­né s’il tombe dans le pan­neau, mais il en est autrement pour les jour­nal­istes », note RT France, la fil­iale fran­coph­o­ne de la chaîne russe d’in­for­ma­tion RT, financée par le Krem­lin.

Ain­si, « plutôt que de sim­ple­ment rap­porter le choix démoc­ra­tique de la région de la Vénétie, Euronews a essayé de déshon­or­er les élus locaux en inté­grant les com­men­taires du faux Ser­gueï Lavrov ». Et de soulign­er : « C’est la deux­ième fois en une semaine qu’euronews a été pris en fla­grant délit de dif­fu­sion de grave dés­in­for­ma­tion sur la Russie. » En effet, il y a une semaine, dans un arti­cle trai­tant de l’Eu­ro­vi­sion, le cor­re­spon­dant d’Euronews Robert Hack­will a affir­mé que Staline avait déporté « plus de 2 mil­lions de Tatars de Crimée en 1944 ».

Aus­si dra­ma­tique que soit cet épisode bien réel, le nom­bre exact est de 200 000 dépor­ta­tions et non 2 mil­lions, ce qui fait tout de même une assez grosse dif­férence. Hack­will n’a pas hésité par ailleurs à ajouter que près d’un mil­lion de Tatars avaient péri durant la dépor­ta­tion, alors qu’ils seraient, selon l’a­gence RFE/RL, financée par le gou­verne­ment améri­cain, 7 889. Étrange­ment, le départe­ment rus­so­phone d’Euronews n’au­ra pas rap­porté cette grosse coquille au pub­lic russe aver­ti, annonçant lui 200 000 déportés. Seul le départe­ment anglo­phone n’a pas cru bon de rec­ti­fi­er.

« Je pen­sais qu’une telle poli­tique dans le départe­ment anglo­phone de la chaîne était dirigée con­tre la Russie. Mais il ne fait désor­mais aucun doute que cela se retourne con­tre Euronews elle-même, dis­crédi­tant les activ­ités de cette chaîne », a réa­gi Maria Zakharo­va, porte-parole de Sergeï Lavrov.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision