Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
RT France en mode survie

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

31 mai 2022

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | RT France en mode survie

RT France en mode survie

Temps de lecture : 2 minutes

La chaîne russe est interdite (de manière scandaleuse, soulignons-le) depuis le 2 mars 2022 dans l’Union européenne, et tente de survivre en Afrique et en Suisse où elle est encore visible.

RT interdit mais pas partout

Si vous savez ce qu’est le mys­térieux VPN et com­ment l’utiliser vous pou­vez accéder à RT. Un VPN (en français, “réseau virtuel privé”) vous per­met de créer un lien direct entre des ordi­na­teurs dis­tants en-dehors des réseaux de com­mu­ni­ca­tion publics. Si les VPN se sont large­ment démoc­ra­tisés au cours des dernières années, cela reste un frein con­séquent pour l’ac­cès à l’in­for­ma­tion pour le grand public.

Par con­tre RT en français est acces­si­ble en clair et gra­tu­ite­ment en Suisse et en Afrique fran­coph­o­ne, un intérêt poli­tique évi­dent pour Moscou, en par­ti­c­uli­er pour le con­ti­nent africain.

Relance des émissions

RT ne s’est jamais vrai­ment arrêté et a con­tin­ué de pro­duire plus ou moins à bas bruit. Les salaires sont ver­sés régulière­ment. À la mi-mai de nou­velles émis­sions sont dif­fusées, dont une des­tinée spé­ci­fique­ment à l’Afrique. Les effec­tifs (source Let­tre A) sont passés de 176 salariés à 131 entre la fin des CDD et les départs. Mais un cer­tain nom­bre de jour­nal­istes se sont mis prudem­ment en arrêt mal­adie et d’autres souhait­eraient une rup­ture con­ven­tion­nelle. Une sit­u­a­tion d’entre-deux qui risque de se pro­longer tant que le con­flit rus­so-ukrainien ne sera pas engagé dans une phase de négo­ci­a­tions et de sta­bil­i­sa­tion… et que l’État russe sera en mesure de financer la chaîne.

Voir aus­si : Frédéric Tad­deï, portrait