Accueil | Actualités | Médias | Les Assises du journalisme s’exportent en Tunisie

Les Assises du journalisme s’exportent en Tunisie

Nos lecteurs connaissent les annuelles Assises du journalisme de Tours, où la ministre de la culture Françoise Nyssen a pu évoquer la future loi sur les fake news. Des assises où l’on propose un étrange jeu d’éducation aux médias à travers le voyage d’un migrant. Pour la première fois les Assises vont se décliner à l’étranger, plus précisément en Tunisie en novembre 2018.

Il s'agit d'une Biennale dont la première édition se tiendra à la Cité de la Culture de Tunis. Le deuxième rendez-vous est prévu en 2020 au même endroit. Les éditeurs, journalistes, organisations professionnelles de Tunisie s’associent pour réfléchir ensemble aux enjeux de la presse des deux côtés de la Méditerranée. Les débats se tiendront en français et en arabe.

La thématique retenue pour l’édition 2018, un journalisme utile pour les citoyens, semble assez bateau. Les organisateurs souhaitent mettre l’accent sur l’éducation aux médias. Souhaitons que cette louable entreprise ne soit pas l’occasion d’un déferlement de bourrage de crânes comme l’est l’éducation aux médias du CLEMI en France, l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This