Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Vanity Fair français est arrivé : 93 pages de publicité
Publié le 

27 juin 2013

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le Vanity Fair français est arrivé : 93 pages de publicité

Le Vanity Fair français est arrivé : 93 pages de publicité

Hier, mercredi 26 juin, la référence de la presse magazine américaine, Vanity Fair, a fait son arrivée dans les kiosques français.

Ce nou­veau venu, dont Michel Denisot est le directeur de la rédac­tion, inquiète beau­coup ses con­cur­rents. Le marché pub­lic­i­taire lié aux mag­a­zines de mode est en effet l’un des seuls qui se main­ti­enne, et ce poids lourd pour­rait bien s’attribuer la part du lion. À titre d’exemple, le numéro de lance­ment, ven­du 2 euros, com­porte déjà 93 pages de pub­lic­ité. Selon cer­taines sources, les espaces seraient réservés jusqu’en décem­bre.

« Le marché s’af­fole parce qu’il voit débar­quer un con­cur­rent de poids dans une con­jonc­ture dif­fi­cile. (…) C’est une mar­que mon­di­ale, et cette dimen­sion est très impor­tante dans l’e­sprit des investis­seurs », déclare au Monde, Luciano Bosio, con­sul­tant médias. « Les annon­ceurs du luxe y sont allés sans même voir le pro­duit ! », souligne Véronique Pri­ou, direc­trice de l’achat presse chez Viva­ki. Les recettes pub­lic­i­taires peu­vent en effet représen­ter jusqu’à 80 % du chiffre d’af­faires selon les plans de Condé Nast, l’éditeur du mag­a­zine.

En par­al­lèle, quelques inter­ro­ga­tions pla­nent au-dessus du choix de Michel Denisot à la tête de la rédac­tion. Celui-ci qui a fait per­dre de la vitesse au « Grand Jour­nal » est-il l’homme de la sit­u­a­tion ?

Le pre­mier numéro est tiré à 400 000 exem­plaires. L’ob­jec­tif de vente cette année est de 85 000 numéros et à terme de 100 000.

Voir aussi : La presse magazine est-elle en bonne santé ?

Crédit pho­to : mon­tage Ojim (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision