Accueil | Actualités | Médias | Le Vanity Fair français est arrivé : 93 pages de publicité
Pub­lié le 27 juin 2013 | Éti­quettes : , ,

Le Vanity Fair français est arrivé : 93 pages de publicité

Hier, mercredi 26 juin, la référence de la presse magazine américaine, Vanity Fair, a fait son arrivée dans les kiosques français.

Ce nouveau venu, dont Michel Denisot est le directeur de la rédaction, inquiète beaucoup ses concurrents. Le marché publicitaire lié aux magazines de mode est en effet l’un des seuls qui se maintienne, et ce poids lourd pourrait bien s’attribuer la part du lion. À titre d’exemple, le numéro de lancement, vendu 2 euros, comporte déjà 93 pages de publicité. Selon certaines sources, les espaces seraient réservés jusqu'en décembre.

« Le marché s'affole parce qu'il voit débarquer un concurrent de poids dans une conjoncture difficile. (…) C'est une marque mondiale, et cette dimension est très importante dans l'esprit des investisseurs », déclare au Monde, Luciano Bosio, consultant médias. « Les annonceurs du luxe y sont allés sans même voir le produit ! », souligne Véronique Priou, directrice de l'achat presse chez Vivaki. Les recettes publicitaires peuvent en effet représenter jusqu'à 80 % du chiffre d'affaires selon les plans de Condé Nast, l’éditeur du magazine.

En parallèle, quelques interrogations planent au-dessus du choix de Michel Denisot à la tête de la rédaction. Celui-ci qui a fait perdre de la vitesse au « Grand Journal » est-il l’homme de la situation ?

Le premier numéro est tiré à 400 000 exemplaires. L'objectif de vente cette année est de 85 000 numéros et à terme de 100 000.

Voir aussi : La presse magazine est-elle en bonne santé ?

Crédit photo : montage Ojim (cc)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux