Accueil | Actualités | Médias | Une nouvelle jeunesse pour le magazine Photo ?
Pub­lié le 14 novembre 2014 | Éti­quettes : ,

Une nouvelle jeunesse pour le magazine Photo ?

Photo, le mythique mensuel glamour centré sur l'art de la photographie, a trouvé cet été un repreneur ambitieux : l'homme d'affaires belge David Swaelens-Kane et sa compagne, l'Italienne Monika Bacardi, héritière des spiritueux du même nom.

Ensemble, ils entendent relancer le titre en grande pompe après l'avoir racheté à l'éditeur MagWeb, qui l'avait lui-même acheté en 2011 à Lagardère. « C'était une parenthèse. Nous, nous sommes là pour les cinquante prochaines années! », a prévenu David Swaelens-Kane.

Pour ce faire, il a tenu à conserver la même équipe éditoriale, dirigée depuis la naissance du magazine en 1967 par Éric Colmet-Daâge. C’est à l'occasion de l'édition 2014 de la foire internationale de la photo, « Paris Photo », qui se tient actuellement au Grand Palais (parisphoto.com/fr/paris), que la nouvelle version sera dévoilée. « Nous nous donnons un an pour faire évoluer la revue », a expliqué l'homme d'affaires, qui compte axer la mutation sur trois points capitaux : la montée en gamme, le glamour et le people. Pour lui, « c'est National Geographic qui rencontre Vogue et Vanity Fair. »

Avec un format plus petit et un grammage augmenté, « ce sera un magazine que l'on ne jette pas une fois fini, mais que l'on collectionne », assure M. Swaelens-Kane. Et grâce à cette nouvelle formule qui laissera plus de place au texte, l'homme d'affaires a l’ambition de doubler les ventes du mensuel d'ici trois ans.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This