Accueil | Actualités | Médias | Canal+ : audience en berne pour le « Grand Journal »
Pub­lié le 2 septembre 2014 | Éti­quettes : , , ,

Canal+ : audience en berne pour le « Grand Journal »

L'inquiétude règne dans les couloirs de Canal. L’émission phare de la chaîne, celle qu’elle a toujours considéré comme une valeur sûre, peine désormais à attirer le public : le « Grand Journal ».

Présenté par Antoine de Caunes, le talk-show affiche pour cette saison des audiences particulièrement faibles, surprenant tous les spécialistes. Alors que le « Grand Journal » est le seul talk-show proposé à cette heure, la semaine dernière, il a à peine dépassé le million de téléspectateurs.

Pourtant, l'année passée encore, il atteignait les 1,3 million de téléspectateurs sans grande peine. Et même 1,4 million il y a deux ans. Or, lundi dernier, moins de 760 000 personnes regardaient l'émission… De quoi inquiéter sérieusement les producteurs du rendez-vous le plus cher de la télévision française : en 2011, Rodolphe Belmer, PDG de Canal avait révélé dans le Le Monde, que l'émission coûtait 120 000 euros par jour.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux