Accueil | Actualités | Médias | Le tourisme de masse présenté comme un fléau, l’immigration de masse passée sous silence
Pub­lié le 31 août 2019 | Éti­quettes : , , , ,

Le tourisme de masse présenté comme un fléau, l’immigration de masse passée sous silence

Vous l’avez sûrement remarqué, de nombreuses villes françaises ont été investies cet été par des étrangers. Le sujet revient avec une plus grande intensité dans les médias pendant la période estivale : les étrangers en nombre, ce sont… les touristes. Le tourisme de masse est fortement pointé du doigt dans nombre de titres de la presse écrite et de sites d’information. On y trouve des articles qui font le constat des multiples gènes occasionnées par le trop grand nombre de touristes. D’autres sont consacrés aux mesures, souvent présentées comme indispensables, visant à limiter le tourisme de masse.

Le constat : des touristes trop nombreux

Parmi les titres qui y consacrent un article, L'Humanité estime que Marseille est « dans les mâchoires du tourisme de masse ». Pour Paris Match, le tourisme est « la grande menace ».

Hausse des loyers, hausse du prix de l’immobilier, surpopulation dans les rues, « muséification » des centres villes, pollution, saleté : les griefs ne manquent pas contre cette population souvent étrangère qui vient investir les centres villes et autres lieux touristiques.

La riposte s’organise

Sous la pression de l’opinion et des médias, les autorités ne restent pas inertes face à ce phénomène : France Info nous apprend que « des villes font payer l’entrée pour limiter les flux de visiteurs ». Selon Le Figaro, à Etretat, « la municipalité tente de réguler les effets néfastes d’un tourisme hors de contrôle ». RFI nous présente des villes « submergées » par les touristes qui mettent en place des mesures pour en limiter l’afflux : péages, limitation des locations, etc.

Dans Les Echos, on apprend que « l’Europe se mobilise contre le surtourisme ». Le journal présente plusieurs mesures prises dans différents pays pour « privilégier la qualité sur la quantité ».

Le Point nous demande gravement dans un sondage le 26 août « Faut-il endiguer le tourisme de masse ? ».

Mais pas sur un autre front

On ne peut qu’être frappé par l’absence de questionnement des médias sur un autre phénomène migratoire, tout aussi visible dans plusieurs villes françaises et au moins aussi important : l’immigration légale et illégale. Pourtant, celle-ci augmente considérablement en France ces dernières années. Cela se vérifie dans les chiffres des demandes d’asile, dans le nombre de titres de séjour délivrés, dans le nombre de mineurs étrangers arrivant sur le territoire en recherche d’une prise en charge, dans le nombre d’entrées de clandestins, etc.

Cela se vérifie également dans les campements illégaux qui ne sont jamais abordés de façon globale, afin d’amener les pouvoirs publics à y mettre un terme, mais ponctuelle. Des campements que l’on peut trouver à Calais, Paris, Strasbourg, Reims, Nantes, Rennes, Bordeaux, Nice, Toulouse, Grenoble, Lyon, etc. Ceci en dépit de l’augmentation continue du nombre de places d’hébergement et d’incessantes « mises à l’abri ».

Imagine-t-on un jour Le Point faire un sondage : « Faut-il endiguer l’immigration de masse ? » et mettre la pression sur les autorités pour prendre enfin les mesures qui s’imposent ? On peut rêver…ou changer de journal, de radio ou de chaine de télévision ?

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Share This