Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Le Point, toujours en pertes, avec du mieux
Le Point, toujours en pertes, avec du mieux

5 juillet 2020

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Le Point, toujours en pertes, avec du mieux

Le Point, toujours en pertes, avec du mieux

Le Point, toujours en pertes, avec du mieux

La presse magazine va mal, comme le prouvent les difficultés de Point de vue et la cessation de parution papier de Grazia, mais certains hebdomadaires vont franchement bien comme Valeurs Actuelles, en forte progression dans les ventes en kiosque comme pour les abonnements en numérique, ou moins mal comme Le Point.

De moindres pertes en 2020 ?

Le jour­nal de François Pin­ault avait per­du 11M€ en 2019 et espérait être proche de l’équilibre en 2020 ; crise du Covid aidant les pertes seraient inférieures à 10M€ cette année (source Let­tre A) avec des per­spec­tives d’équilibre en 2021, au prix de quelques économies à la clé.

Artémis, la société de tête de la famille Pin­ault, pro­prié­taire du jour­nal, avait assai­ni les comptes en 2019 et recap­i­tal­isé la société éditrice qui devrait béné­fici­er par ailleurs du prêt garan­ti par l’État (PGE).

Une diffusion quasi stable et le numérique en forme

Le jour­nal con­tin­ue de dif­fuser près de 300.000 exem­plaires chaque semaine (chiffres avant le Covid) et sa dif­fu­sion numérique a explosé à 40.000 abon­nements. Le posi­tion­nement plus « droiti­er » du jour­nal sur la Turquie, les man­i­fes­ta­tions anti-blanc de repen­tance ou les agi­ta­tions de la famille de voy­ous Tra­oré, expliquent sans doute une par­tie de ce suc­cès, tran­chant avec le poli­tique­ment cor­rect de L’Ex­press.

Voir aussi

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Samuel Étienne

PORTRAIT — Samuel Éti­enne, idole des vieux, dragueur de jeunes. Hyper­ac­t­if au som­meil léger, l’homme est passé par de mul­ti­ples cas­es de l’audiovisuel privé et pub­lic, fort d’un sourire ravageur et d’une plas­tique qui lui val­ut le statut de « bombe du mois » dans Têtu en 1994. Pili­er de France 3, il est séduit par Twitch où ses revues de presse rassem­blent des dizaines de mil­liers de « viewers ».

Laurent Solly

PORTRAIT — Énar­que au nez creux et au réseau ten­tac­u­laire, Lau­rent Sol­ly incar­ne plus qu’aucun autre la muta­tion numérique mon­di­al­iste de la haute administration.

Nicolas Demorand

PORTRAIT — Nico­las Demor­and a débuté sa car­rière comme enseignant en lycée pro­fes­sion­nel (Cer­gy) et en class­es pré­para­toires, avant de choisir la voie du jour­nal­isme, en com­mençant comme cri­tique gas­tronomique au Gault&Millau et comme pigiste aux Inrockuptibles.

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.