Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Parisien révèle le coût des émissions et le salaire des chroniqueurs

16 juillet 2015

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le Parisien révèle le coût des émissions et le salaire des chroniqueurs

Le Parisien révèle le coût des émissions et le salaire des chroniqueurs

Dans son édition du jeudi 16 juillet, Le Parisien révèle les coûts des émissions phare du PAF ainsi que les salaires des chroniqueurs qui y participent.

En tête de classe­ment, « On n’est pas couché » sur France 2 coûterait, par émis­sion, 190 000 euros. Les chroniqueurs de la sai­son passée, Léa Salamé et Aymer­ic Caron, gag­naient 1 500 euros brut par numéro, soit 6 000 euros par mois. Vient ensuite l’émis­sion de Thier­ry Ardis­son sur Canal+, « Salut les ter­riens », qui coûte 180 000 euros, puis « Le Grand Jour­nal » avec 120 000 euros par numéro.

Con­cer­nant les revenus des chroniqueurs de l’émis­sion phare de la chaîne cryp­tée, ils oscilleraient selon que l’on s’ap­pelle Mathilde Serell (5 500 euros brut par mois) ou Jean-Michel Aphatie (15 000 euros brut par mois).

« La nou­velle édi­tion », tou­jours sur Canal+, arrive en qua­trième posi­tion avec un coût (très inférieur aux précé­dents) de 49 000 euros, suivi de près par « C à vous » sur France 5 (40 000 euros par numéro et 350 à 500 euros brut par chroniqueur) et « Touche pas à mon poste », présen­tée par Cyril Hanouna sur D8.

Pour cette dernière, les chroniqueurs tels que Valérie Benaïm, Éno­ra Mala­gré ou encore Thier­ry More­au gag­n­eraient 300 et 600 euros brut par émis­sion.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision