Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Le Parisien révèle le coût des émissions et le salaire des chroniqueurs
Le Parisien révèle le coût des émissions et le salaire des chroniqueurs

16 juillet 2015

Temps de lecture : < 1 minute

Accueil | Veille médias | Le Parisien révèle le coût des émissions et le salaire des chroniqueurs

Le Parisien révèle le coût des émissions et le salaire des chroniqueurs

Le Parisien révèle le coût des émissions et le salaire des chroniqueurs

Dans son édition du jeudi 16 juillet, Le Parisien révèle les coûts des émissions phare du PAF ainsi que les salaires des chroniqueurs qui y participent.

En tête de classe­ment, « On n’est pas couché » sur France 2 coûterait, par émis­sion, 190 000 euros. Les chroniqueurs de la sai­son passée, Léa Salamé et Aymer­ic Caron, gag­naient 1 500 euros brut par numéro, soit 6 000 euros par mois. Vient ensuite l’émis­sion de Thier­ry Ardis­son sur Canal+, « Salut les ter­riens », qui coûte 180 000 euros, puis « Le Grand Jour­nal » avec 120 000 euros par numéro.

Con­cer­nant les revenus des chroniqueurs de l’émis­sion phare de la chaîne cryp­tée, ils oscilleraient selon que l’on s’ap­pelle Mathilde Serell (5 500 euros brut par mois) ou Jean-Michel Aphatie (15 000 euros brut par mois).

« La nou­velle édi­tion », tou­jours sur Canal+, arrive en qua­trième posi­tion avec un coût (très inférieur aux précé­dents) de 49 000 euros, suivi de près par « C à vous » sur France 5 (40 000 euros par numéro et 350 à 500 euros brut par chroniqueur) et « Touche pas à mon poste », présen­tée par Cyril Hanouna sur D8.

Pour cette dernière, les chroniqueurs tels que Valérie Benaïm, Éno­ra Mala­gré ou encore Thier­ry More­au gag­n­eraient 300 et 600 euros brut par émission.

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Cyril Hanouna

PORTRAIT — Incar­na­tion de la « télé-poubelle », Cyril Hanouna truste les suc­cès et les places dans le Paysage Audio­vi­suel Français (PAF) en tant que pro­duc­teur, ani­ma­teur sur D8 avec « Touche pas à mon poste » et de radio à Europe 1 ou acteur de cinéma.

Christian Terras

PORTRAIT — C’est un homme qui appa­rait régulière­ment dans les médias quand il s’agit de faire le procès de l’Église catholique. Présen­té comme « théolo­gien », ou comme un « grand spé­cial­iste du catholi­cisme », il est con­sid­éré comme un inter­locu­teur val­able et objectif.

Mélissa Theuriau

PORTRAIT. Incar­na­tion vivante de la mix­ité heureuse et bour­geoise, cette grande prêtresse de la tolérance offi­cie depuis l’île-Saint-Louis, loin des car­cass­es de voitures brûlées et des vapeurs de haschich.

Audrey Pulvar

PORTRAIT — Audrey Pul­var est née le 21 févri­er 1972 à Fort-de-France (Mar­tinique). Son père, Marc Pul­var, est le fon­da­teur du Mou­ve­ment indépen­dan­tiste mar­tini­quais et secré­taire de la cen­trale syn­di­cale des tra­vailleurs mar­tini­quais (CSTM).

Luc Bronner

Né le 14 mai 1974 à Gap, fils de médecins général­istes, il gagne une pre­mière recon­nais­sance en dres­sant  un por­trait infor­mé et sans con­ces­sions des ban­lieues français­es, à une époque où peu de jour­nal­istes s’y risquaient.