Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le New York Times mettra une majuscule à “Black”

31 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le New York Times mettra une majuscule à “Black”

Le New York Times mettra une majuscule à “Black”

[Pre­mière dif­fu­sion le 9 juil­let 2020]

Après Libération, très actif pour promouvoir le racisme anti-Blancs, c’est le New York Times qui en rajoute une couche. Depuis la mort de George Floyd, le monde médiatique est en roue libre, c’est la course perpétuelle pour chercher la manière de s’excuser au mieux du racisme, du colonialisme et autres événements passés. Leur nouvelle trouvaille se trouve dans la manière d’écrire les termes de “white” et de “Black”. Le média américain a tranché, la majuscule sera désormais réservée aux Noirs (sic).

Pour lutter contre le racisme, promotion du communautarisme noir

white” sera donc écrit sans majus­cule par le New York Times, alors que “Black” en pren­dra tou­jours une. Le média se jus­ti­fie et explique que cette cap­i­tal­i­sa­tion per­me­t­tra “de mieux trans­met­tre des élé­ments d’histoire et d’identité com­munes, et reflète notre objec­tif d’être respectueux de toutes les per­son­nes et com­mu­nautés que nous cou­vrons”. En somme, il faut aider une iden­tité basée sur le fait d’être noir à émerg­er, en leur met­tant une majus­cule au même titre que les ter­mes de “Lati­nos”, “Amérin­di­ens”, etc. Pour lut­ter con­tre le racisme, rien de mieux que de déter­min­er une hiérar­chie entre elles, en les clas­sant dans les avec (les Noirs) et dans les sans (les Blancs) majus­cules.

Le jour­nal ajoute para­doxale­ment, “De plus, les groupes de haine et les ten­ants de la supré­matie blanche ont longtemps favorisé le style des majus­cules, ce qui en soi est une rai­son de l’éviter.” Pour copi­er les supré­macistes noirs, en revanche, cela ne pose pas de prob­lème. Pour cet évi­dent ce deux poids, deux mesures le jour­nal explique :

Bien qu’il y ait une ques­tion évi­dente de par­al­lélisme, il n’y a pas eu de mou­ve­ment com­pa­ra­ble vers l’adoption général­isée d’un nou­veau style pour ‘blanc’ et on a moins l’impression que ‘blanc’ décrit une his­toire et une cul­ture com­munes (sic).”

Quand il s’agit de par­ler colo­nial­isme et racisme, en revanche, les Blancs se met­tent soudaine­ment à avoir une his­toire com­mune.

Des médias français qui semblent peu choqués par les dérives de leurs confrères

Du côté des autres médias, seuls Causeur et Valeurs Actuelles sem­blent préoc­cupés par cette dérive de leurs con­frères, ni Le Figaro (hormis dans le Vox), ni Le Monde ne daig­nent l’évoquer. Côté Libéra­tion, le sujet est abor­dé mais il ne sem­ble pas du tout cho­quer, au con­traire, il est banal­isé.

Libéra­tion évoque “il y a près d’un siè­cle, le soci­o­logue améri­cain William Edward Burghardt Du Bois, qui, dans une let­tre envoyée aux médias, leur avait demandé de cap­i­talis­er le terme ”Negro”, alors util­isé de façon com­mune, esti­mant que la minus­cule était “un signe d’irrespect et de racisme”. Ils rap­pel­lent aus­si qu’en 1930, “le New York Times avait adop­té cette forme, esti­mant que c’était un acte de recon­nais­sance et de respect pour ceux qui ont passé des généra­tions en minus­cule”.

Tout va bien alors, même s’ils rap­pel­lent qu’en tant que média français, eux, met­tent une majus­cule aux deux ter­mes, selon la règle gram­mat­i­cale des nation­al­ités. Libéra­tion serait donc capa­ble de faire face aux injonc­tions du poli­tique­ment cor­rect ? Nous ver­rons si la fièvre du “N” majus­cule à “Noirs” et du “b” minus­cule à “blancs”, les gagne d’ici peu.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.