Accueil | Actualités | Médias | Le malaise s’amplifie au sein du groupe M6
Pub­lié le 21 juillet 2014 | Éti­quettes : , ,

Le malaise s’amplifie au sein du groupe M6

Dans une enquête fournie, Télérama dresse la bilan de la situation humaine au sein du groupe M6. Arrêts maladie, burn-out, départs en cascade... les malaises s'accumulent et s'aggravent au sein de la rédaction, sans que la direction ne semble lever le petit doigt.

En moins d'un an, le médecin du travail a signé deux inaptitudes « pour danger immédiat » concernant deux salariés en situation de souffrance aiguë. Ce même médecin succède d'ailleurs à un autre, qui avait pris sa démission, « essoré par la situation ». Les causes de cette crise sont nombreuses – multiplication des concurrents, crise de la publicité, programmes à bout de souffle... –, mais le moins que l'on puisse dire est que la direction ne fait pas grand chose pour arranger la situation.

Nicolas de Tavernost, réputé pingre, préfère ce qu'il appelle les « optimisations » plutôt que les plans sociaux. Sauf que ces « optimisations » se traduisent par un travail en flux tendu assez éprouvant : départs non remplacés, rythmes de tournage intensifiés, équipes réduites, objectifs des commerciaux renforcés... Les 1 861 employés du groupe sont en surchauffe, ce qui conduit à un climat explosif.

« Ceux qui peuvent se sauver partent ailleurs. Nombre de ceux qui restent vacillent », écrit Télérama. Tout récemment, trois nouvelles démissions ont eu lieu : Jean Bernard Schmidt, directeur de rédaction, salarié de M6 depuis huit ans, une rédactrice en chef adjointe de « Capital », et une reporter. « Les situations de souffrance sont niées, quand elles ne sont pas étouffées », confirme un syndicaliste.

Si les salariés de M6 sont longtemps restés fidèles et silencieux, certaines voix commencent à s'élever, timidement. La contestation fait son chemin, même si au sein du groupe, « les contre-poids à la direction semblent faibles »...

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This