Accueil | Actualités | Médias | « Le Grand 8 » : D8 boit la tasse

« Le Grand 8 » : D8 boit la tasse

Bien que surpayées, les « bourgeoises médiatiques » de D8 (Laurence Ferrari, Roselyne Bachelot, Audrey Pulvar, Élisabeth Bost et Hapsatou Sy) n'arrivent pas à attirer et, surtout, à fidéliser la femme au foyer. « Le Grand 8 », l’émission « 100% girl power » qui a fait, souvenez-vous, l'objet d'un matraquage publicitaire important lors du lancement de la chaîne branchouille, a rassemblé 150 000 téléspectateurs la première semaine (1,3% de part de marché), 101 000 la deuxième (1,2% de PDM), 90 000 la troisième (0,7% de PDM)... pour se stabiliser aux alentours des 60-70 000 (0,5-0,6% de PDM). C'est (beaucoup) moins bien que la série américaine Papa Schultz, pourtant multirediffusée et datant des années 60, que proposait il y a un an à la même période Direct 8. Et encore, on ne parle là que des 4 premiers jours de la semaine. Car le vendredi, Roselyne et Cie arrêtent de « faire semblant de ressembler à la femme au foyer », c'est jour de « Best Of » et « Le Grand 8 » ne rassemble en moyenne que 0,4% de PDM... On est loin des 4% visés par le Groupe Canal + en 2015 ! Mais celui-ci semble vouloir laisser du temps au programme (2 ans, a récemment révélé Roselyne Bachelot sur Europe 1) pour s'imposer et parie sur des modifications d'horaires. Débutant initialement à 12h20, il a commencé à 12h10 à partir du 5 novembre dernier et pourrait être avancé à 11h30, indique Voici, afin d'éviter une confrontation directe avec les jeux de mi-journée. La rediffusion de 16h avait, elle, été supprimée après 15 jours d'audiences catastrophiques.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This