Accueil | Actualités | Médias | Le Financial Times confirme l’intox de Libération et Arte
Pub­lié le 20 décembre 2016 | Éti­quettes :

Le Financial Times confirme l’intox de Libération et Arte

L’Ojim a déjà publié plusieurs articles sur les rubriques de redresseurs de torts qui sous couvert de « désintoxication » ou de « décodage » intoxiquent ou recodent toujours dans le même sens, celui de la défense du désordre établi. Notre papier du 16 décembre démontait par le menu une fausse « désintox » de Libération du 8 décembre 2016.

Remarquons que le 14 décembre Arte avait repris l’article de Libération.

Pour enfoncer le clou, le 15 décembre, le Financial Times, peu susceptible d’accointance avec les sites qui dénoncent la propagande médiatique sur les clandestins, publie un article avec le titre suivant « les douanes européennes accusent des organisations humanitaires de collusion avec les passeurs de migrants ».

L’article indique que Frontex, l’organisation de contrôle des frontières extérieures de l’Europe, a constaté que lors des opérations de sauvetage en haute mer des indications ont été données par des ONG à des migrants - avant le départ de la terre ferme - sur la direction précise à suivre pour atteindre les bateaux des dites ONG.

Dans un récent rapport, ajoute le Financial Times, l’agence Frontex a indiqué que « les réseaux mafieux ont été vus embarquer des migrants directement sur un bateau d’une ONG ». Ce que confirme de nombreuses sources : certaines ONG organisent directement ou indirectement l’embarquement des clandestins, leur fournissent le processus à suivre, les numéros de téléphone à appeler en donnant leur coordonnées GPS pour être récupérés par la marine italienne, facilitant le travail des passeurs ! Une traversée sûre avec quasi garantie de bonne fin pourra être facturée plus cher. Ces accusations sont réfutées dans le quotidien d’informations économiques par des représentants d’ONG qui y voient le signe de la volonté des autorités européennes de freiner l’immigration illégale.

Aurons-nous droit, après les informations communiquées par l’Ojim et par le quotidien britannique, à une investigation un peu plus fouillée de Libération et Arte sur le sujet ? Une désintox de la désintox en quelque sorte…

Voir aussi : [Dossier] les Décodeurs, bienvenue au Ministère de la Vérité

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This