Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Financial Times confirme l’intox de Libération et Arte

20 décembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le Financial Times confirme l’intox de Libération et Arte

Le Financial Times confirme l’intox de Libération et Arte

L’Ojim a déjà publié plusieurs articles sur les rubriques de redresseurs de torts qui sous couvert de « désintoxication » ou de « décodage » intoxiquent ou recodent toujours dans le même sens, celui de la défense du désordre établi. Notre papier du 16 décembre démontait par le menu une fausse « désintox » de Libération du 8 décembre 2016.

Remar­quons que le 14 décem­bre Arte avait repris l’article de Libéra­tion.

Pour enfon­cer le clou, le 15 décem­bre, le Finan­cial Times, peu sus­cep­ti­ble d’accointance avec les sites qui dénon­cent la pro­pa­gande médi­a­tique sur les clan­des­tins, pub­lie un arti­cle avec le titre suiv­ant « les douanes européennes accusent des organ­i­sa­tions human­i­taires de col­lu­sion avec les passeurs de migrants ».

L’article indique que Fron­tex, l’organisation de con­trôle des fron­tières extérieures de l’Europe, a con­staté que lors des opéra­tions de sauve­tage en haute mer des indi­ca­tions ont été don­nées par des ONG à des migrants — avant le départ de la terre ferme — sur la direc­tion pré­cise à suiv­re pour attein­dre les bateaux des dites ONG.

Dans un récent rap­port, ajoute le Finan­cial Times, l’agence Fron­tex a indiqué que « les réseaux mafieux ont été vus embar­quer des migrants directe­ment sur un bateau d’une ONG ». Ce que con­firme de nom­breuses sources : cer­taines ONG organ­isent directe­ment ou indi­recte­ment l’embarquement des clan­des­tins, leur four­nissent le proces­sus à suiv­re, les numéros de télé­phone à appel­er en don­nant leur coor­don­nées GPS pour être récupérés par la marine ital­i­enne, facil­i­tant le tra­vail des passeurs ! Une tra­ver­sée sûre avec qua­si garantie de bonne fin pour­ra être fac­turée plus cher. Ces accu­sa­tions sont réfutées dans le quo­ti­di­en d’informations économiques par des représen­tants d’ONG qui y voient le signe de la volon­té des autorités européennes de frein­er l’immigration illé­gale.

Aurons-nous droit, après les infor­ma­tions com­mu­niquées par l’Ojim et par le quo­ti­di­en bri­tan­nique, à une inves­ti­ga­tion un peu plus fouil­lée de Libéra­tion et Arte sur le sujet ? Une dés­in­tox de la dés­in­tox en quelque sorte…

Voir aussi : [Dossier] les Décodeurs, bienvenue au Ministère de la Vérité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.