Accueil | Actualités | Médias | Le Financial Times a réussi le numérique
Pub­lié le 1 août 2014 | Éti­quettes :

Le Financial Times a réussi le numérique

Toute la presse écrite recherche la martingale : comment trouver un équilibre éditorial et financier entre le numérique et le papier ?

Le vénérable Financial Times semble avoir relevé le défi. Dès le début 2013 le FT comptait plus d’abonnés numérique que papier. Cette tendance s’est encore accélérée puisqu’à mi 2014 plus des deux tiers des abonnés du FT – près de 700.000 au total – viennent du numérique. Encore plus significatif les revenus du numérique (55%) dépassent ceux de l’édition papier.

Une transition qui ne s’est pas fait sans casse : trente-cinq postes de l’édition papier ont été supprimés. Dans le même temps dix postes ont été créés dans le numérique mais ce ne sont pas les mêmes journalistes et – on peut le supposer – ils ne sont pas rémunérés au même tarif. Le rédacteur en chef peut se féliciter d’être devenu « un service en réseau ». Une leçon pour la presse du continent ?

Crédit photo : ft.com

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.