Accueil | Actualités | Médias | Le Financial Times a réussi le numérique
Pub­lié le 1 août 2014 | Éti­quettes :

Le Financial Times a réussi le numérique

Toute la presse écrite recherche la martingale : comment trouver un équilibre éditorial et financier entre le numérique et le papier ?

Le vénérable Financial Times semble avoir relevé le défi. Dès le début 2013 le FT comptait plus d’abonnés numérique que papier. Cette tendance s’est encore accélérée puisqu’à mi 2014 plus des deux tiers des abonnés du FT – près de 700.000 au total – viennent du numérique. Encore plus significatif les revenus du numérique (55%) dépassent ceux de l’édition papier.

Une transition qui ne s’est pas fait sans casse : trente-cinq postes de l’édition papier ont été supprimés. Dans le même temps dix postes ont été créés dans le numérique mais ce ne sont pas les mêmes journalistes et – on peut le supposer – ils ne sont pas rémunérés au même tarif. Le rédacteur en chef peut se féliciter d’être devenu « un service en réseau ». Une leçon pour la presse du continent ?

Crédit photo : ft.com

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This