Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Libération : Quand la rubrique « Désintox » fait de l’intox

16 décembre 2016

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Libération : Quand la rubrique « Désintox » fait de l’intox

Libération : Quand la rubrique « Désintox » fait de l’intox

Le 8 décembre Libération publiait dans sa rubrique « Désintox » un article intitulé « Migrants : comment la fachosphère intoxique en recyclant les données publiques » signé par le journaliste Valentin Graff. En cause, un article paru sur le site Fdesouche et intitulé « La preuve que les ONG sont complices des passeurs ».

« Voilà, ni plus ni moins, ce que nous promet Fdes­ouche en relayant sur son site et sur Twit­ter, la vidéo d’une fon­da­tion néer­landaise, Gefi­ra (pour «Glob­al Analy­sis from the Euro­pean Per­spec­tive»), qui se présente comme un think-tank », écrivait le jour­nal­iste de Libéra­tion. « L’intox » de Fdes­ouche se référait à un arti­cle de la fon­da­tion néer­landaise Gefi­ra : « NGOs are smug­gling immi­grants into Europe on an indus­tri­al scale » (« Les ONG font pass­er les immi­grants en Europe à une échelle indus­trielle »). « Une obscure fon­da­tion néer­landaise », pour Libéra­tion qui pré­cise d’emblée que ce rap­port est non signé. Pour­tant, si aucun nom d’auteur n’est indiqué, il est bien revendiqué par la fon­da­tion Gefi­ra, une organ­i­sa­tion enreg­istrée aux Pays-Bas, comme étant le fruit de sa pro­pre enquête et de son pro­pre tra­vail de rédac­tion.

Après « l’intox » de Fdes­ouche et de Gefi­ra, voici donc la curieuse « dés­in­tox » de Libéra­tion :

L’étude de Gefi­ra est, à plusieurs égards, aus­si super­flue que fausse. Elle illus­tre surtout jusqu’à la car­i­ca­ture un des ressorts du com­plo­tisme con­sis­tant à faire croire qu’on révèle des choses même quand elles sont par­faite­ment publiques. Ce qui est le cas ici. Le mou­ve­ment des bateaux des ONG ? Plutôt que de s’ennuyer à pass­er deux mois à enquêter (sic) sur le site www.marinetraffic.com, les auteurs auraient pu souscrire gra­tu­ite­ment à un abon­nement d’essai d’un mois pour expédi­er en cinq min­utes leur enquête. Ils auraient pu jeter un œil sur les nom­breux reportages des pho­tographes embar­qués sur les navires de sauve­tage. Ils auraient pu aus­si se référ­er tout sim­ple­ment aux com­mu­niqués de presse des organ­i­sa­tions human­i­taires citées, par­mi lesquelles Médecins sans fron­tières (MSF), Save the chil­dren, MOAS, etc., qui revendiquent leur activ­ité de sauve­tage de migrants en mer Méditer­ranée.

La Désintox intoxique

Mais plutôt que de subir la dés­in­tox de Libéra­tion, il suff­i­sait de lire atten­tive­ment le rap­port de Gefi­ra. Si le jour­nal­iste avait pris la peine de cli­quer sur les liens con­tenus dans l’article incrim­iné, il se serait aperçu que la fon­da­tion néer­landaise avait égale­ment suivi les com­mu­niqués de presse et les reportages pub­liés par les ONG depuis leurs navires de sauve­tage, puisque la méth­ode d’enquête est détail­lée ici sur un exem­ple con­cret : « Caught in the act : NGOs deal in migrant smug­gling » (« Pris­es sur le fait : les ONG font du traf­ic de migrants »). En out­re, loin d’affirmer qu’il révélait des choses cachées, le texte de Gefi­ra mis en cause par Libéra­tion donne claire­ment ses sources dès le cha­peau de l’article : marinetraffic.com pour le suivi en temps réel des bateaux, et data.unhcr.org pour le nom­bre d’immigrants en sit­u­a­tion irrégulière débar­qués en Ital­ie.

Ce qui veut claire­ment dire que le nom­bre total d’immigrants indiqué par Gefi­ra (39192) n’est pas attribuable aux seules ONG suiv­ies du 1/10/2016 au 24/11/2016. Pour­tant, Libéra­tion écrit, tou­jours pour « dés­in­tox­i­quer » :

L’“enquête” de Gefi­ra est encore plus cocasse con­cer­nant le nom­bre d’arrivées (39 192 en moins de deux mois), que Gefi­ra attribue à l’activité des navires de ces ONG. “Nous avons compt­abil­isé le nom­bre d’arrivées de migrants africains”, écrit pom­peuse­ment le rédac­teur qui a en fait sim­ple­ment, et en un clic, accédé aux chiffres du Haut-com­mis­sari­at des Nations unies aux réfugiés (HCR) sur les arrivées quo­ti­di­ennes de migrants en Ital­ie (c’est ici).

L’arroseur arrosé

Or, il est écrit à la deux­ième ligne de l’article de Gefi­ra : « Using data from data.unhcr.org, we have kept track of the dai­ly arrivals of African immi­grants in Italy. » (« En util­isant les don­nées pub­liées sur data.unhcr.org, nous avons suivi les arrivées quo­ti­di­ennes d’immigrants africains en Ital­ie »).

Les fins lim­iers de Libéra­tion, qui ont com­pris de tra­vers les rap­ports de la fon­da­tion Gefi­ra, ont donc décroché leur télé­phone pour savoir com­bi­en d’immigrants avaient été trans­portés par huit des neufs ONG mis­es en cause, afin d’apporter la preuve du men­songe qu’ils croy­aient avoir relevé. Notons au pas­sage que les ONG con­cernées sont les suiv­antes : MOAS, Jugend Ret­tet, Sticht­ing Bootvlucht­ing, Médecins Sans Fron­tières, Save the Chil­dren, Proac­ti­va Open Arms, Sea-Watch.org, Sea-Eye et Life Boat.

« Cha­cune des huit ONG mis­es en cause », nous dit Libéra­tion. Hum hum. Non seule­ment ils ne savent pas lire, mais en plus ils ne savent pas compter et ils en ont oublié une ! Mais c’est mal­gré tout ici que nous obtenons la seule infor­ma­tion utile de cette pseu­do dés­in­tox, puisqu’elle vient com­pléter ce qu’on peut lire sur le site gefira.org : 8 ONG ont trans­porté à elles seules avec leur ser­vice de navette, en moins de deux mois, 14 954 immi­grants clan­des­tins (sur 39 192 en tout). Mer­ci donc au jour­nal Libéra­tion de nous con­firmer au pas­sage, même si ce n’était pas le but, le bien-fondé du titre de l’article de Gefi­ra accu­sant les ONG de faire pass­er les immi­grants en Europe à une échelle indus­trielle.

Frontex et les ONG organisent le travail des passeurs

Libéra­tion rap­pelle « à toutes fins utiles » à ses lecteurs « que les ONG agis­sent en coopéra­tion avec les gardes-côtes ital­iens et Fron­tex ». Voilà encore une piqûre de dés­in­tox tout à fait inutile, puisque Gefi­ra explique pré­cisé­ment sur son site que ce sont les gardes-côtes ital­iens qui, prévenus à l’avance par les passeurs, appel­lent les navires des ONG pour les ori­en­ter 10 ou 12h à l’avance vers la zone prévue pour l’organisation du « sauve­tage » en mer. Et ce n’est qu’une fois le dis­posi­tif en place que les passeurs libyens font par­tir les zodi­acs rem­plis à ras bord de clan­des­tins. C’est en tout cas l’accusation des enquê­teurs néer­landais à laque­lle Libéra­tion ne daigne pas répon­dre.

En d’autres ter­mes, la cure de dés­in­tox­i­ca­tion ne s’attaque pas à « l’intox » sup­posée de Fdes­ouche qui était résumée, rap­pelons-le, par le titre : « La preuve que les ONG sont com­plices des passeurs », elle la con­firme involon­taire­ment…

« Ce n’est pas en faisant mine d’apporter des infos cachées (qui sont en fait des infor­ma­tions publiques mal com­pris­es) qu’on éclaire un débat », nous explique gen­ti­ment Valentin Graff pour con­clure son texte. Mais ce n’est pas non plus en se con­tentant de sur­v­ol­er un arti­cle que l’on veut com­menter et en ne prenant pas la peine de cli­quer sur les liens ren­voy­ant aux expli­ca­tions qu’on éclaire le débat. Comme dis­ait Wil­son Churchill « je ne crois aux sta­tis­tiques que j’ai moi-même fal­si­fiées ». La rubrique Dés­in­tox ? Une belle intox !

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.