Accueil | Actualités | Médias | Le docu de Caroline Fourest contesté par Pascal Boniface
Pub­lié le 13 février 2013 | Éti­quettes : , , ,

Le docu de Caroline Fourest contesté par Pascal Boniface

Suite à la diffusion, mardi 5 février, sur France 5, du premier volet de la série documentaire réalisée par Caroline Fourest, « Les Obsédés du complot », Pascal Boniface s’étonne, sur un blog du Nouvel Observateur, de l’espace publicitaire consacré à ce documentaire en période de restriction budgétaire. « Les Obsédés du complot » n’a du reste réuni que 1,9% de part d’audience.

Plus grave, l’auteur attaque le fond du documentaire de Fourest qui, d’après lui, « dénonce les effets sans réfléchir sur les causes ». Selon Boniface, les théories du complot qui envahissent le Net sont « la contrepartie des multiples manipulations de l’information de la part des gouvernants, des services, des officines » et « dénoncer les théoriciens du complot qui crient haro sur les médias permet de faire l’économie d’une véritable réflexion sur le système médiatique ». L’auteur souligne également que les théories du complot dénoncées par Caroline Fourest sont toujours centrées sur ceux « qui mettent en cause les politiques américaine et israélienne ». Pourquoi Fourest ne réfléchit-elle pas à la théorie du complot qui accuse le journaliste Charles Enderlin d’avoir mis en scène la mort du petit Mohamed Al Durah lors de la deuxième Intifada de septembre 2000 ? s’interroge l’auteur.

L’article en forme de boomerang montre au final que Caroline Fourest, en dénonçant les réseaux « indigéno-ramadano-bonifacien » (Indigènes de la République, Tarik Ramadan et Pascal Boniface lui-même), cède elle-même à la théorie du complot qu’elle dénonce par ailleurs. Du grand art.

Pascale Boniface avait déjà critiqué Caroline Fourest dans son livre Les intellectuels faussaires. Le triomphe médiatique des experts en mensonge (Jean-Claude Gawséwitch, 2011) où il la qualifiait de « serial-menteuse », exemples à l’appui.

Crédit photo : capture vidéo France 5

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

23% récolté
Nous avons récolté 450€ sur 2.000€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux

Téléchargez l’application

L'Ojim sur iTunes Store