Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’Association des journalistes LGBT, du lobby à la dictature masquée

16 août 2018

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | L’Association des journalistes LGBT, du lobby à la dictature masquée

L’Association des journalistes LGBT, du lobby à la dictature masquée

Il y a un mois et demi, fin juin 2018, Vice News donnait tribune ouverte à Clémence Allezard, co-présidente de l’association des journalistes LGBT. Déjà connue pour avoir édité un « guide » au printemps 2014 à destination des médias, une entreprise de « rééducation » au service du politiquement correct que bien peu dans la presse mainstream ont eu le courage de critiquer, exception faite de Judith Waintraub pour Le Figaro. Il y avait pourtant de quoi – l’association encourageait ainsi les journalistes à militer ouvertement contre la Manif pour Tous, en se réclamant de l’entre-soi du journalisme.

Dans cette tri­bune, la co-prési­dente de l’association donne son avis sur la lib­erté d’opinion, à l’occasion de la pré­pa­ra­tion de la sec­onde céré­monie des OUT d’or, les prix décernés par l’association devant un gratin de per­son­nal­ités. « Toutes les opin­ions ne se valent pas : une opin­ion réac­tion­naire de LMPT ne vaut pas celle d’une con­cernée », estime Clé­mence Allezard. Qui exprime son mépris de la lib­erté d’opinion et nour­rit son mil­i­tan­tisme en prof­i­tant de l’argent du con­tribuable : à France Cul­ture où elle tra­vaille, elle « a signé plusieurs doc­u­men­taires et reportages sur le fémin­isme », relève Vice.

L’association des jour­nal­istes LGBT est née après la Manif pour Tous, en 2013, « à l’époque où LMPT squat­tait les médias. Un petit groupe de jour­nal­istes s’est alors retrou­vé pour alert­er les médias sur leur respon­s­abil­ité à l’égard de ces ques­tions », relève Éme­line Ametis, l’auteur de l’article chez Vice News, avec beau­coup de com­plai­sance.

Après son guide à des­ti­na­tion des médias en 2014, l’Association des jour­nal­istes LGBT a exploité plus encore la mine du poli­tique­ment cor­rect en faisant sign­er en 2015 une « charte con­tre l’homophobie » aux médias. Les sig­nataires sont : Le Monde, L’Equipe, Libéra­tion, Les Inrock­upt­ibles, Slate, Medi­a­part, Rue89, Alter­mon­des, Bas­ta!, Soci­ety, So Foot, Doolit­tle, Pédale!, Radio Nova, Ouï FM, Radio FG, Yagg, Têtu, Well Well Well, Jeanne Mag­a­zine, Hétéro­clite, Snatch, Styl­ist, NEON, Causette, Psy­cholo­gies, Clos­er, Alter­na­tives Economiques, AlterE­coPlus, Street­press, Brain Mag­a­zine, MadmoiZelle.com, Les Nou­velles News, Kon­bi­ni, Pure­me­dias, Purepeo­ple, Cit­i­zen Jazz, Voxeu­rop, Les Tam­bours, Yegg Mag­a­zine, Lemilie.org, error404.fr, 94.citoyens.com, Moth­er Shak­er, Pressen­za, Aficia.info, Pagtour.net, G One Radio, bellaciao.org, Man­i­festo XXI.

La personnalité politique de l’année pour l’association : une proche de Benoît Hamon

Quant aux Outs d’Or que l’association décerne, ils trahissent ses affinités poli­tiques. En 2017, celui de la meilleure enquête est décerné à La « dou­ble peine » des migrants homo­sex­uels, un reportage de Blaise Gauquelin, paru le 11 octo­bre 2016 dans Le Monde. Celui de la presse étrangère, au jour­nal libéral (pro-occi­den­tal et pour cause – il est financé par les néer­landais) Novaïa Gaze­ta qui révèle la per­sé­cu­tion des homo­sex­uels en Tchétchénie.

Celui de la per­son­nal­ité poli­tique, Chay­nesse Khi­rouni, qui coche plusieurs cas­es de l’idéal bobo : issue de la diver­sité, respon­s­able asso­cia­tive et social­iste puis fron­deuse – elle a été respon­s­able poli­tique dans la cam­pagne de Benoît Hamon. La rai­son offi­cielle invo­quée est son impli­ca­tion dans le change­ment facil­ité d’état civ­il pour les per­son­nes trans­sex­uelles.

Lors de la pre­mière édi­tion (2017), les prix étaient remis par Rose­lyne Bach­e­lot, Bam­bi, Lil­ian Thu­ram, Rokhaya Dial­lo, Claire Chaz­al, Christophe Beau­grand, Daph­né Bür­ki. Lors de la sec­onde (2018) s’étaient pressés par­mi les invités Jacques Toubon, le min­istre des Sports Lau­ra Fles­sel, la réal­isatrice Aman­dine Gay, la comé­di­enne Camille Cot­tin, la chanteuse Mar­i­anne James, le jour­nal­iste Augustin Trape­nard (Radio Nova, puis France Cul­ture, puis France Inter puis Canal+).

Une association en faveur du coming-out, mais dont les membres se cachent

En revanche, l’association, prompte à dis­tribuer ses OUT d’or, est moins pressée de faire la trans­parence sur ceux qui la com­posent. Elle n’est pour­tant riche que d’une trentaine de mem­bres, con­tre « une ving­taine » en 2013. On aura con­nu suc­cès plus ful­gu­rant… et plus mas­sif. Même si les adhé­sions sont ouvertes aus­si aux mil­i­tants LGBT, d’après les statuts : « Peu­vent adhér­er : les jour­nal­istes pro­fes­sion­nels, les per­son­nes exerçant une activ­ité jour­nal­is­tique dans le cadre de struc­tures mil­i­tantes, les per­son­nes tra­vail­lant dans la pro­duc­tion d’informations »

Alice Coffin, militante lesbienne… et enseignante à l’Institut catholique de Paris

Peu met­tent en avant leur appar­te­nance, par­mi les quelques-uns qui le font quand même, on trou­ve Alice Cof­fin, qui écrit pour le Huff­in­g­ton Post et est mem­bre et co-fon­da­trice de la Con­férence Européenne Les­bi­enne, du fonds fémin­iste et les­bi­en LIG (Les­bi­ennes d’In­térêt Général), et activiste au col­lec­tif fémin­iste La Barbe. En cou­ple avec la mil­i­tante les­bi­enne Alix Béranger, elle a fait des études de philoso­phie à la Sor­bonne, Sci­ences Po Bor­deaux et le CFJ, a été jour­nal­iste en charge des médias (2008–2015) et déléguée syn­di­cale SNJ (2011–2015) à 20 Min­utes.

Son pro­jet d’é­tude com­parée du “traite­ment médi­a­tique des ques­tions LGBT en France et aux États-Unis à l’aune du con­cept de neu­tral­ité” a été lau­réat de la bourse Ful­bright Spe­cial NGO Lead­ers 2017. Ce dernier pro­pose de faire un séjour de 1 à 6 mois aux États-Unis, dans une ONG ou une uni­ver­sité, et est co-financé par l’ambassade US en France et l’ex-fonds Carnegie. Les con­di­tions sont assez restric­tives, puisqu’il faut avoir exer­cé pen­dant au moins 5 ans à temps plein d’une ONG ou asso­ci­a­tion située en France et y con­duisant ses mis­sions, être de nation­al­ité française, niveau Bac +2 au moins, niveau d’anglais B2 et être offi­cielle­ment invité par une uni­ver­sité ou une ONG améri­caine.

Elle a préféré omet­tre de sa biogra­phie offi­cielle un autre pas­sage, pour­tant croustil­lant : en 2003, présente lors d’une con­férence au gym­nase Japy ani­mée par Pierre Cassen, cette jeune jour­nal­iste sta­giaire mem­bre de la Ligue des Femmes aurait crié dans un micro « pour les femmes, le voile c’est Nooon ! ». En 2017 elle est sig­nataire de la péti­tion de sou­tien à Rokhaya Dial­lo, en tant que « jour­nal­iste, mil­i­tante fémin­iste et les­bi­enne ». Cette même Rokhaya Dial­lo qui se dit « mil­i­tante antiraciste et fémin­iste » tout en défen­dant le voile au tra­vail, ou en trou­vant que « porter le voile n’est pas plus sex­iste que de porter des talons aigu­illes ».

Plus éton­nant, elle est chargée du cycle du mas­ter à… l’institut catholique de Paris depuis 2012. Le mas­ter s’intitule « médias et pou­voirs ». Tout en étant con­seil­lère média de l’European Les­bian Con­fer­ence (2016–2017), com­mu­ni­ty man­ag­er des groupes mil­i­tants LGBT Oui oui oui et la Barbe, groupe fémin­iste « ori­en­té vers l’action » qui « dénonce le mono­pole du pou­voir, du pres­tige et de l’argent par quelques mil­liers d’hommes blancs ».

Matthieu Magnaudeix, correspondant de Mediapart au « Trumpistan »

Il y a encore Matthieu Mag­naudeix, … cor­re­spon­dant aux Etats-Unis de Medi­a­part depuis octo­bre 2017. Né en 1980, diplômé d’histoire, de sci­ences poli­tiques à l’IEP de Bor­deaux et de l’ESJ à Lille, il a tra­vail­lé au bureau de l’AFP à Berlin, puis Libéra­tion, Chal­lenges (2005–2008) et enfin à Medi­a­part depuis 2008, chargé de l’économie jusqu’en 2012, de la poli­tique ensuite. Il se dit « cor­re­spon­dant de Medi­a­part au Trump­is­tan » et se réclame de l’association des jour­nal­istes LGBT. C’est aus­si le « jour­nal­iste gay » qui a traité Cyril Hanouna de « petit con », « décérébré », « mec au ric­tus ».

La jour­nal­iste Marie Labo­ry présen­tait la pre­mière édi­tion des Out d’Or ; elle est passée par France 2, France 3, Pink TV (2005–2008) et Arte, et se déclare ouverte­ment les­bi­enne. Elle est mem­bre de l’association des jour­nal­istes LGBT elle aus­si. On trou­ve aus­si Judith Sil­ber­feld, ex-rédac-chef adjointe du men­su­el LGBT Têtu (2000–2007), ex-rédac­trice en chef d’un autre média LGBT, Yagg (2008–2016) qu’elle a quit­té avant sa qua­si-fail­lite ; elle a épousé une de ses col­lab­o­ra­tri­ces, Béné­dicte Math­ieu en 2014.

Mais aus­si Charles Ronci­er, (bref) co-prési­dent de l’AJL en 2013 et rédac­teur en chef adjoint du VIH.org, un site com­mu­nau­taire spé­cial­isé sur le SIDA ; il est passé par Têtu (2002–2005), Yahoo (2005) et TV Ontario (2006). Sans oubli­er Maëlle le Corre, jour­nal­iste puis rédac-chef adjointe chez Yagg (2013–2016), chez Jeanne Mag­a­zine et Street­press en 2017, co-fon­da­trice du média com­mu­nau­taire Komi­tid. Ou encore Ingrid Ther­wath (Cour­ri­er Inter­na­tion­al depuis 2003), spé­cial­iste de l’Inde et enseignante à Sci­ences Po.

A la faveur d’un mémoire sur l’interdépendance de la presse com­mu­nau­taire LGBT et des médias main­stream appa­raît aus­si le nom de Flo­rien Bar­dou, « jour­nal­iste chargé du web à Libéra­tion » qui a « fait le choix, dès son mas­ter de jour­nal­isme à Toulouse, de se spé­cialis­er dans les ques­tions homo­sex­uelles après un stage dans la rédac­tion [de] Yagg. Il est ensuite devenu pigiste pour Têtu, Yagg, Slate [2014–2017] ou Trax [mais aus­si Kom­bi­ni en 2016, Street­press et l’Imprévu en 2015/16, Metro (2014–16)], avec tou­jours comme ligne direc­trice le traite­ment des sujets LGBT. Il représente une nou­velle généra­tion de jour­nal­istes pour qui il n’est pas incom­pat­i­ble d’être à la fois jour­nal­iste et mil­i­tant LGBT. Il est mem­bre de l’association des jour­nal­istes LGBT (AJL) ».

Dans la « jeune garde » Yan­nick Barbe, ex-ani­ma­teur de Fréquence Gaie Radio (1992–94), chroniqueur sur Paris Pre­mière (1994–98), ani­ma­teur sur Radio Nova (1998–2001), rédac-chef adjoint de Têtu (2001–2006), puis rédac-chef (2006–2007), cofon­da­teur de Yagg (2008–2013), à nou­veau directeur de la rédac­tion de Têtu (2013–15) et depuis passé dans l’événementiel, bref, un pili­er de la presse com­mu­nau­taire LGBT, cite aus­si « Maxime Donzel, qui tra­vaille chez Arte, Marie KIrschen » (page 24).

Le pre­mier est aus­si réal­isa­teur mil­i­tant passé par Radio Lib­er­taire et Yagg, la sec­onde a tra­vail­lé à Têtu (2006–2010) en par­al­lèle de ses études au CFJ, est briève­ment passée à l’Express avant de revenir à Têtu pour s’occuper de la ver­sion fémi­nine (2010–2013), a passé à Libéra­tion (2013) avant de lancer le mook les­bi­en bénév­ole Well well well et tra­vaille depuis 2015 pour Buz­zfeed.

Tout ce (petit) monde représente un triple entre-soi : le jour­nal­isme de con­nivence, le poli­tique­ment cor­rect et l’orientation sex­uelle priv­ilégiée aux dépens du vrai jour­nal­isme.

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision