Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
L’ambiance de travail cauchemardesque du groupe Mondadori

27 octobre 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | L’ambiance de travail cauchemardesque du groupe Mondadori

L’ambiance de travail cauchemardesque du groupe Mondadori

27 octobre 2017

L’ambiance de travail cauchemardesque du groupe Mondadori (Grazia, Closer, Biba, Téléstar, Top Santé, Modes & Travaux, etc…) : quand le CHSCT (Comité d’hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail) commande une étude sur « l’environnement psychosocial », bref, l’ambiance au travail suite à des restructurations difficiles et que la direction tente de bloquer l’étude à coups de procédures judiciaires, c’est mauvais signe. Et ça n’a pas raté : le rendu de l’étude demandée il y a un an – retardée de neuf mois après diverses procédures dont une saisine de la cour de Cassation – et réalisée par le cabinet Actysens Conseil cet été montre carrément qu’il y a quelque chose de pourri au royaume de Berlusconi.

Les réor­gan­i­sa­tions qui ont mis le feu aux poudres sont celles de l’an­née 2016. A l’au­tomne encore, la direc­tion a imposé « le regroupe­ment géo­graphique par métiers des jour­nal­istes des rédac­tions de Top San­té, Vital, Vital Food, Modes & Travaux, L’Ami des jardins et Pleine Vie, ain­si que la créa­tion d’une “con­tent fac­to­ry”, c’est-à-dire une usine à con­tenus chargée de fournir à ces rédac­tions des sujets pour leurs rubriques mineures », résumait alors le SNJ. Les salariés ont fait grève en décem­bre, obtenu la sus­pen­sion de la réor­gan­i­sa­tion – et un plan de départ volon­taire de 30 postes début 2017. Mon­dadori France, qui comp­tait 1000 salariés en 2013 et n’est plus qu’à un peu plus de 700 aujour­d’hui, réalise 330 mil­lions d’€ de chiffres d’af­faires par an.

Pour l’é­tude, 440 per­son­nes ont accep­té de répon­dre au ques­tion­naire et 58 à un entre­tien indi­vidu­el. Elles tra­vail­lent au sein du groupe, qui édite les mag­a­zines Grazia, Clos­er, Biba, Télés­tar, Nous deux, Auto­plus, Le Chas­seur Français, etc… Le mal-être des salariés sem­ble cara­biné d’après Le Canard Enchaîné qui en cite les bonnes feuilles : « idées sui­cidaires, références à des vio­lences ver­bales (insultes, cris aux postes de tra­vail) et à des pul­sions agres­sives dirigées envers d’autres salariés et qui s’ex­pri­ment par­fois en mal­trai­tant le matériel ».

Un quart des salariés qui ont accep­té l’en­tre­tien indi­vidu­el ont pleuré pen­dant celui-ci. D’autres ont par­lé « burn-out », décrit leur tra­vail ain­si : « on nous demande de fab­ri­quer des arti­cles comme des yaourts », et pointé le manque de recon­nais­sance de leurs chefs : « si tu n’es pas con­tent, tu peux te cass­er », « vous êtes déjà allés au Pôle emploi des jour­nal­istes », etc.

Le SNJ-CGT fait son pro­pre résumé. L’é­tude démon­tre « l’appréhension très lim­itée par la direc­tion des RPS aux­quels sont exposés les salariés de Mon­dadori France », autrement dit que la direc­tion ne se rend pas compte que l’am­biance au tra­vail est pour­rie, « les con­séquences lour­des des réor­gan­i­sa­tions suc­ces­sives, l’absence d’intérêt de la hiérar­chie pour le tra­vail réel des salariés, la fréquence des vio­lences psy­chologiques dans l’entreprise, des risques impor­tants de “burn-out”, les canaux d’alerte sont défi­cients ou nég­ligés ».

La réac­tion de la direc­tion au ren­du de l’é­tude, le 6 octo­bre, en présence d’un inspecteur du Tra­vail, n’a pas dénoté : un respon­s­able a com­men­té une opéra­tion de dérati­sa­tion prévue dans les locaux dans un mail des­tiné à une col­lègue cadre et envoyé par erreur à tout le per­son­nel : « je suis out­rée que Mon­dadori s’at­taque si lâche­ment à ces petites bêtes si char­mantes. Je vous envoie dès ce soir la ligue de défense des rongeurs et sai­sis le CHSR (comité hygiène et sécu­rité des rongeurs) ».

La bonne blague a causé dès le 9 octo­bre une let­tre de protes­ta­tion inter­syn­di­cale (CGC, CGT, SNJ, FO, CFDT) et le vote de deux motions le 12 octo­bre par 400 salariés sur 700. Une pour pro­test­er con­tre « cette atti­tude [qui] con­stitue un déni des risques psy­choso­ci­aux avérés dans l’en­tre­prise », une autre pour pro­test­er con­tre la réduc­tion des indem­nités de licen­ciement « par deux ou par trois » suite aux propo­si­tions du syn­di­cat des édi­teurs de la presse magazine.

Cepen­dant le ven­dre­di 13 octo­bre Carmine Per­na, directeur général de Mon­dadori France, a recadré les choses et dévoilé son plan pour amélior­er l’am­biance au tra­vail. Cara­biné lui aus­si : « groupes de parole dans le cadre de réor­gan­i­sa­tions, médi­a­tion en cas de con­flits rela­tion­nels, coach­ing man­agér­i­al, dis­posi­tif d’alerte à la Médecine du tra­vail, hot­line psy­chologique, infir­mière à la dis­po­si­tion des salariés, cam­pagne bien-être, assis­tante sociale… ». Mam­ma mia !

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés