Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Externalisation et départs volontaires chez Mondadori France, vente à la découpe chez Lagardère

20 avril 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | Externalisation et départs volontaires chez Mondadori France, vente à la découpe chez Lagardère

Externalisation et départs volontaires chez Mondadori France, vente à la découpe chez Lagardère

Une motion de défiance a été adoptée mi-mars par les salariés des magazines scientifiques Mondadori France (Science et vie, Les Hors Série de Science & Vie, Les Cahiers de Science & Vie, Science et Vie Junior, Les Dossiers Hors Série de Science et Vie Junior, Science & Vie Découvertes) rachetés à Excelsior publications en 2003.

Selon la motion adop­tée par 38 des 42 salariés présents, « les salariés présents esti­ment ne plus faire con­fi­ance à M. Vin­cent Cousin dans ses fonc­tions d’édi­teur pour assur­er l’in­tégrité des rédac­tions et la qual­ité des mag­a­zines du pôle Sci­ence ». Un plan de départs volon­taires a été présen­té en jan­vi­er dernier : il se traduirait par 35 sup­pres­sions de postes, portées aux deux tiers par les rédac­tions, et 5 créa­tions de postes, sur une masse salar­i­ale totale de 700 employés du groupe.

Autre prob­lème, dénon­cé par les sig­nataires de la motion, l’ex­ter­nal­i­sa­tion des Cahiers de Sci­ence et Vie : « la direc­tion a déjà décidé, et engagé, l’ex­ter­nal­i­sa­tion des cinq postes de la rédac­tion des Cahiers de Sci­ence & Vie. Dès avril, la réal­i­sa­tion du mag­a­zine sera con­fiée à une société spé­cial­isée dans le secteur d’ac­tiv­ité du con­seil pour les affaires et autres con­seils de ges­tion ».

Selon l’en­tre­prise, il s’ag­it de « ratio­nalis­er » les coûts de fonc­tion­nement dans les « titres les plus touchés en ter­mes économiques » après une chute de 3,9 % du chiffre d’af­faires en 2016 et de 8 % sur les neuf pre­miers mois de 2017.

Vers des discussions avec Lagardère et Marie-Claire ?

En revanche, ce plan ne sem­ble pas avoir de rela­tions avec les rumeurs autour d’une alliance entre les titres de Mon­dadori France, Lagardère Active et Marie-Claire, qui selon le titre d’in­for­ma­tions ital­ien Milano Finan­za tra­vailleraient à un pro­jet d’al­liance sur le marché français. Au début de l’an­née 2018, le titre du groupe de médias Mon­dadori a bon­di de 6% à la bourse de Milan après la paru­tion d’in­for­ma­tions en ce sens dans la presse économique locale.

Selon les esti­ma­tions de Medioban­ca Secu­ri­ties, un tel groupe, côté à la Bourse de Paris, ferait un chiffre d’af­faires de 1 mil­liard d’eu­ros – 400 mil­lions venant de Lagardère et 300 cha­cun pour Mon­dadori et Marie-Claire. Cepen­dant selon les Echos la famille d’Ar­naud de Con­tades qui détient 58% de Marie-Claire a cessé les dis­cus­sions avec les deux autres pro­tag­o­nistes ce print­emps, tout en ne s’op­posant pas à une ces­sion par Lagardère des 42% du cap­i­tal qu’il détient si «cela  ne sac­ri­fie pas nos con­di­tions actuelles ».

Lagardère Active prêt à une vente à la découpe ?

Lagardère de son côté se réor­gan­ise en cinq pôles pour retrou­ver de la « flex­i­bil­ité stratégique ». Autrement dit pou­voir céder une par­tie de ses activ­ités. Près de 600 salariés ont voté mi-mars une motion de défi­ance con­tre ces pro­jets : « nous, salariés de Lagardère Active, réu­nis en assem­blée générale, tenons à man­i­fester notre défi­ance à l’é­gard de la direc­tion de Lagardère Active et de la direc­tion du groupe Lagardère. Nous ne leur faisons aucune con­fi­ance pour préserv­er l’avenir de nos activ­ités ni négoci­er leur vente avec un quel­conque souci social (il ne reste plus de jour­nal­istes à Be, à Pariscope, Auto Moto ou Mon jardin, Ma mai­son, par exem­ple, titres ven­dus en 2015) ».

Dans un cour­ri­er obtenu par l’AFP, les cinq pôles seraient : presse (Elle, Télé 7 jours, France Dimanche, Ici Paris, Pub­lic, Webuzz), News (JDD, Paris Match, Europe 1, Vir­gin radio et RFM), télévi­sion (Gul­li, Mez­zo…), Lagardère Stu­dios pour la pro­duc­tion et un pôle réu­nis­sant les activ­ités pure­ment numériques et le BtoB (Doc­tis­si­mo…). Tout pour­rait être cédé à terme sauf le pôle News qui à plusieurs repris­es a été recon­nu comme stratégique. Comme l’a remar­qué Chal­lenges (15/02/2018) l’hebdomadaire féminin Elle n’est plus dans le périmètre sanc­tu­ar­isé du groupe. Selon le Figaro en revanche, la pro­duc­tion audio­vi­suelle devrait être con­servée. Les ces­sions pour­raient être achevées d’i­ci fin 2018, pour un mon­tant estimé entre 400 et 700 mil­lions d’eu­ros… le tout prob­a­ble­ment pour main­tenir sta­ble un div­i­dende élevé.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.