Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Mondadori/Reworld, Dassault et Pigasse gagnent, les journalistes perdent

3 octobre 2019

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Mondadori/Reworld, Dassault et Pigasse gagnent, les journalistes perdent

Mondadori/Reworld, Dassault et Pigasse gagnent, les journalistes perdent

D’un côté Mondadori France propriété de Berlusconi, de l’autre Reworld, groupe français dirigé par Pascal Chevalier et Gautier Normand. Le second groupe rachète le premier, les journalistes s’en vont, développement d’un nouveau type de presse, sans journalistes.

Fusion dans le monde magazine

Mon­dadori c’est entre autres Clos­er, Télé poche, Télé star, L’Auto jour­nal, Auto plus, Biba, Grazia, Nous deux, Le Chas­seur français, Dia­pa­son, Pho­to, Sci­ences et vie etc. C’est l’ensemble de ce pôle qui est ven­du à Reworld. Reworld c’est Marie-France, Télé Mag­a­zine, Gour­mand, Vie pra­tique, Be, Auto Moto, Mai­son & Travaux, Pariscope, Le Jour­nal de la Mai­son, Cam­pagne Déco­ra­tion, Mon Jardin Ma Mai­son, Union, Auto Moto. Et quelques autres.

Fuite des cerveaux

Lorsqu’un média est racheté les jour­nal­istes béné­fi­cient d’une clause de ces­sion qui leur per­met de par­tir dans des con­di­tions accept­a­bles. Ce sont plus de 200 jour­nal­istes (sur 330) qui vont quit­ter Mon­dadori, soit les trois-quarts des effec­tifs en CDI. La qua­si-total­ité voire la total­ité des jour­nal­istes de cer­tains titres s’en vont, ain­si chez Grazia, Top San­té, Pleine Vie, Nous Deux. Tous les respon­s­ables de pôles s’en vont, sans compter près de 80 pigistes

Dassault, Pigasse et Relax News

Cer­tains deman­deront : pourquoi ? Après tout un employeur chas­se l’autre et un change­ment peut réserv­er par­fois de bonnes sur­pris­es. À ceci près que Reworld a inven­té une nou­velle forme de presse, la presse sans jour­nal­istes. Le groupe fait appel à des agences de con­tenus qui font à la fois du pub­li-rédac­tion­nel, des arti­cles clé en main, du « brand con­tent » qui n’est autre que de la pub­lic­ité déguisée.

D’ailleurs chez Reworld il n’y a plus de « rédac­teurs en chef » mais des « directeurs de mar­ques », on n’est pas plus clair. Les con­tenus sont four­nis par exem­ple par Relax News qui entre salariés et pigistes dépasse allè­gre­ment les 200 per­son­nes, ne dépen­dant pas de la con­ven­tion col­lec­tive de la presse. Par­mi les pro­prié­taires de Relax News : les héri­tiers de Serge Das­sault et Matthieu Pigasse, comme quoi la droite ou la gauche se rejoignent volon­tiers pour défendre des intérêts bien com­pris. Bizarrement ni Le Figaro (pro­priété de la famille Das­sault) ni Le Monde (dont Matthieu Pigasse est le cogérant) ne par­lent des pro­prié­taires de Relax News. Sans doute un oubli.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.