Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La taxe Google verra-t-elle le jour ?
Publié le 

30 octobre 2012

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Sur le net | La taxe Google verra-t-elle le jour ?

La taxe Google verra-t-elle le jour ?

François Hol­lande a reçu le 29 octo­bre le Prési­dent de Google, Eric Schmidt. Selon un com­mu­niqué de l’Élysée le prési­dent souhaite « une adap­ta­tion de la fis­cal­ité afin de mieux appréhen­der le partage de la valeur ajoutée et le finance­ment de la créa­tion de con­tenus sur chaque ter­ri­toire ».

En clair Google perçoit plus d’un mil­liard d’euros sur son activ­ité en France et ne paie des impôts – grâce à une forme juridique très étudiée – que sur 41 mil­lions d’euros. De l’autre côté, les revenus inter­net de la presse écrite – les chiffres vari­ent large­ment – se situeraient entre 140 et 240 mil­lions d’euros seule­ment. La ten­ta­tion est grande de siphon­ner une par­tie des béné­fices de Google vers les créa­teurs de con­tenus comme une loi à l’étude en Alle­magne le prévoit. Google se défend bec et ongles et men­ace de déréférencer la presse française du moteur de recherche. Curieuse­ment, l’ensemble de la PQN (presse quo­ti­di­enne nationale) habituelle­ment par­ti­san du libre échange, hos­tile à tout pro­tec­tion­nisme assim­ilé au Front Nation­al, lib­er­tarien en un mot, retrou­ve les accents de Déroulède en par­lant de « sou­veraineté numérique » (Nico­las Demor­and dans Libéra­tion). Pour Lau­rent Jof­frin dans Le Nou­v­el Obser­va­teur, « assise sur sa puis­sance et sur ses cer­ti­tudes, Google se lance dans un chan­tage pur et sim­ple sur le gou­verne­ment élu et sur la représen­ta­tion nationale si celle-ci per­siste dans son inten­tion ».

Fleur Pel­lerin, min­istre déléguée à l’É­conomie numérique, prône de son côté « une dis­cus­sion apaisée ». Le chef de l’État donne trois mois aux par­ties (Google et presse, ce qui don­nera lieu à de vir­iles dis­cus­sions pour la répar­ti­tion ultérieure de la manne) pour trou­ver un accord faute de quoi une « lex Google » sera votée. Pour Mau­rice Bot­bol, prési­dent du Syn­di­cat de la presse indépen­dante d’in­for­ma­tion en ligne, « cette taxe serait évidem­ment une source de revenus à court terme mais nous pen­sons qu’à long terme cela va détru­ire la diver­sité de la presse ».

Au-delà des légitimes dis­cus­sions sur les intérêts financiers de la France sur des courants économiques nés d’ac­tiv­ités en France et ne générant que peu de revenus dans le pays, une ques­tion demeure. Ce « siphonage » est-il bien­venu pour la presse écrite la plus sub­ven­tion­née du monde ? Il faut au moins se pos­er la ques­tion.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision