Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La nuit de la Saint Sylvestre relativement calme, comédie médiatique en 3 actes

4 janvier 2021

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | La nuit de la Saint Sylvestre relativement calme, comédie médiatique en 3 actes

La nuit de la Saint Sylvestre relativement calme, comédie médiatique en 3 actes

Le jour de l’an est en France non seulement le moment de récupérer des agapes de la veille, mais aussi de faire le bilan de la nuit de la Saint Sylvestre. Cette année comme les précédentes, la couverture médiatique des événements survenus à l’occasion du passage à la nouvelle année a été marquée par une extrême frilosité. Retour sur une comédie en 3 actes édifiante.

Acte 1 : La mobilisation des forces de l’ordre

En ce matin de la Saint Sylvestre, le min­istre de l’intérieur dis­pense des élé­ments de lan­gage qui seront rapi­de­ment repris par de nom­breux médias. Dans un com­mis­sari­at, Gérald Dar­manin remer­cie sur son compte Twit­ter les « 132 000 policiers, gen­darmes et per­son­nels de la sécu­rité civile mobil­isés ce soir pour la Saint-Sylvestre pour pro­téger les Français et faire respecter le cou­vre-feu partout sur le ter­ri­toire de la République ».

De très nom­breux titres de la presse écrite et chaines de télévi­sion repren­nent à leur compte la présen­ta­tion de cette mobilisation :

« Les forces de l’ordre mobil­isées, un soir de réveil­lon stricte­ment con­trôlé » selon Le Dauphiné.

« Nou­v­el An: 100 000 forces de l’or­dre mobil­isées en France » pour BFMTV et Le Point.

Une mobil­i­sa­tion que soulig­nent égale­ment La Presse de la Manche, Le Monde, etc.

Un brin d’originalité pour RTL : « les forces de l’or­dre sur le qui-vive pour une fête sous cou­vre-feu ».

Une infor­ma­tion d’importance est fréquem­ment soulignée dans les arti­cles : cette mobil­i­sa­tion s’inscrit dans le cadre d’un cou­vre-feu qui inter­dit les déplace­ments entre 20 heures et 6 heures du matin. Les con­di­tions sem­blent donc réu­nies pour que le réveil­lon 2020 se passe sans incident.

Acte 2 : Une Saint Sylvestre « relativement calme »

Le temps est au bilan le 1er jan­vi­er 2021. À 19 heures, les sites d’information de plusieurs médias sont très ras­sur­ants sur les évène­ments de la Saint Sylvestre.

Le Parisien évoque un « calme inédit dans les Yve­lines » avec notam­ment seule­ment six voitures brulées dans le départe­ment ain­si qu’une rave par­ty clan­des­tine à Lieu­ron, près de Rennes.

BFMTV men­tionne que des fêtes clan­des­tines ont été organ­isées en Bre­tagne et « un impor­tant incendie dans une con­ces­sion BMW avec 40 véhicules brulés » dans les Yve­lines, ce qui vient con­tredire la bilan fait par Le ParisienLe Monde se con­tente de présen­ter la « rave par­ty sauvage ».

RTL évoque comme les autres médias la fête sauvage en Bre­tagne et égale­ment la « tête arrachée » d’un jeune homme par un morti­er d’artifice en Alsace.

Europe 1 résume la sit­u­a­tion : un réveil­lon « glob­ale­ment calme » mal­gré des incidents.

BFMTV est plus pru­dent et attribue le con­stat d’un réveil­lon « glob­ale­ment calme » à l’entourage du min­istre de l’intérieur.

Ces élé­ments de lan­gage qual­i­fi­ant le réveil­lon de « glob­ale­ment calme » sont repris pour évo­quer des sit­u­a­tions locales par L’Alsace, Le Dauphiné, Actu.fr Occ­i­tanie, La Voix du Nord, etc…

La rave par­ty à Lieu­ron sem­ble avoir focal­isé l’attention de nom­breux médias, au détri­ment d’une vision plus large des événe­ments de la nuit.

Acte 3 : L’information est ailleurs

Les nou­velles étaient donc plutôt ras­sur­antes dans les médias de grand chemin en ce pre­mier jan­vi­er. De quoi débuter l’année avec un peu plus de légèreté après une année 2020 par­ti­c­ulière­ment plombante.

Mais c’était sans compter sur les éter­nels Cas­san­dres qui refusent de voir la réal­ité avec des lunettes ros­es et qui élar­gis­sent le cadre de la cou­ver­ture des événe­ments de la Saint Sylvestre.

Par­mi les lanceurs d’alerte, on peut men­tion­ner le site Police et réal­ités et surtout Fdes­ouche qui a con­sacré une rubrique aux vio­lences urbaines lors de la nuit de la Saint Sylvestre. Une rubrique qui n’a cessé d’être ali­men­tée par des infor­ma­tions au fil des heures de ce pre­mier jour de l’année.

On y a apprend que la nuit « glob­ale­ment calme » a été mar­quée par de très nom­breux incendies de voitures, des agres­sions con­tre les forces de l’ordre, des feux de poubelles, et autres réjouis­sances, à Amiens, Angers, Belleu (02), Bor­deaux, Bru­ay-la-Buis­sière, Calais, Car­cas­sonne, Chalons-sur-Saône, Fréjus, Saint-Raphaël, Houilles, Laon, la Ver­rière, Le Mans, les Mureaux, Lyon, Mantes-la-Ville, Mont­béliard, Montluçon, Mont­pel­li­er, Mul­house, Nan­cy, Nantes, Nar­bonne, Nice, Nîmes, Orange, Out­reau, Plaisir, Poitiers, Reims, Rennes, Saint Quentin, Sar­reguem­ines, Sartrou­ville, Stras­bourg, Trappes, Tomblaine (54), Toulon, Toulouse, Valentigney, Vannes, Ver­sailles, Villers-Cot­terêts, etc.

Beau­coup moins exhaus­tif que Fdes­ouche, Le Figaro men­tionne que « des heurts ont éclaté dans plusieurs aggloméra­tions », « 25 policiers et gen­darmes ont été blessés » et 660 per­son­nes interpellées.

Dans ce con­texte, l’inaction du gou­verne­ment face à la rave par­ty organ­isée près de Rennes qui en ce 2 jan­vi­er se pour­suiv­ait encore, en dépit d’une « cel­lule de crise » mobil­isée pour l’occasion, inspire à Romain Chal­land sur Twit­ter cette sor­tie pleine de piquant :

Plus glob­ale­ment, la lec­ture des dif­férents arti­cles men­tion­nés par le site Fdes­ouche per­met d’avoir une vision d’ensemble et de con­stater que, en dépit de la « mobil­i­sa­tion des forces de l’ordre », la sit­u­a­tion lors de la Saint Saint-Sylvestre était tout sauf « glob­ale­ment calme ». Au con­traire, la sit­u­a­tion appa­rait avec un peu de recul et de tra­vail comme totale­ment chao­tique dans de nom­breuses villes français­es. Pour le seul départe­ment des Yve­lines, alors que le Parisien par­le d’un « calme inédit », les exac­tions des voy­ous ont con­cerné les villes de la Ver­rière, les Mureaux, Plaisir Sartrou­ville, Trappes et Ver­sailles. Excusez du peu !

Un syn­di­cat polici­er résume la sit­u­a­tion sur Twit­ter :

En ce pre­mier de l’an, les médias de grand chemin sont encore là pour nous per­me­t­tre de débuter l’année avec des lunettes ros­es. Encore une bonne année en perspective…Les teu­fards con­tin­u­ent à teufer à Lieu­ron, les voy­ous con­tin­u­ent leurs exac­tions noc­turnes, les sim­ples citoyens con­tin­u­ent à être ver­bal­isés pour un léger retard à ren­tr­er chez eux après le cou­vre-feu. Rien de spé­cial, circulez.

Derniers portraits ajoutés

Jean-Pierre Pernaut

PORTRAIT — Il est le jour­nal­iste le plus détesté de la bobocratie médi­a­tique parisi­enne (Les Inrocks, Libéra­tion, etc…) mais son « Jour­nal de 13 heures » est le plus suivi du PAF (près de 7 mil­lions de per­son­nes quotidiennement).

Jean-Michel Décugis

Jean-Michel Décugis est surtout con­nu pour ses bévues jour­nal­is­tiques, ali­men­tant en infox/fake news les médias pour lesquels il travaille.

Claude Perdriel

PORTRAIT — Claude Per­driel, décrit partout comme un amoureux de la presse, est surtout un homme d’af­faires con­va­in­cu de ses idéaux de gauche pour lesquels il a bâti un empire d’in­flu­ence grâce à l’ar­gent des sani­broyeurs qu’il a inventé.

Laurence Haïm

PORTRAITS — Née le 14 novem­bre 1966 à Paris, Lau­rence Haïm est jour­nal­iste poli­tique à l’in­ter­na­tion­al. En 2017, elle devient pour quelques mois porte-parole de La République en Marche.

Samuel Gontier

Jour­nal­iste chez Téléra­ma, blogueur et désor­mais auteur, Samuel Gon­tier s’applique con­scien­cieuse­ment à dénich­er le “faschisme” (pronon­ci­a­tion a l’Italienne), l’Islamophobie et le racisme, SURTOUT là où ils ne sont pas.