Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | La « fête à Obertone » chez Ruquier
La « fête à Obertone » chez Ruquier

4 mars 2013

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | La « fête à Obertone » chez Ruquier

La « fête à Obertone » chez Ruquier

La « fête à Obertone » chez Ruquier

Le journaliste Laurent Obertone était l’invité, samedi 2 mars, de l’émission de Ruquier, « On n’est pas couché » pour défendre son livre La France orange mécanique qui connaît actuellement un gros succès de librairie (3ème meilleure vente sur le site Amazon).

Sans sur­prise, il a eu le plateau entier con­tre lui, à l’exception de Nat­acha Polony, plus mesurée dans la cri­tique. Le chroniqueur Aymer­ic Caron était par­ti­c­ulière­ment remon­té con­tre l’auteur et le livre qu’il a qual­i­fié de « man­i­feste raciste bour­ré de haine ». Lau­rent Ruquier, minau­dant comme à son habi­tude, a admis quant à lui que le livre d’Obertone con­te­nait des faits avérés mais s’est ému de ce qu’on ne « con­nais­sait pas » l’auteur et que l’on ne savait pas par con­séquent si on pou­vait « lui faire con­fi­ance », à la dif­férence… d’un Edwy Plenel ! Le comique Mustapha El Atrassi, invité pour la pro­mo­tion de son prochain spec­ta­cle, s’est égale­ment mon­tré hos­tile au livre en rai­son du fait que celui-ci « stig­ma­ti­sait » les immi­grés, tout en recon­nais­sant qu’il ne l’avait pas lu. D’après le site fdes­ouche, un échange aurait été coupé au mon­tage dans lequel Aymer­ic Caron affir­mait à Ober­tone qu’Hitler se récla­mait du dar­win­isme comme lui…

La France Orange mécanique, paru aux édi­tions Ring le 17 jan­vi­er dernier, est en passe de devenir le suc­cès de l’année dans la caté­gorie essai. Le livre défend la thèse de l’ensauvagement de notre pays et de l’explosion de la crim­i­nal­ité, notam­ment du fait de l’immigration mas­sive. Après l’avoir ignoré, les médias ont com­mencé à s’y intéress­er lorsque Marine Le Pen s’est mise à en faire la pro­mo­tion. L’occasion était alors trop belle de réduire l’auteur à un « mil­i­tant poli­tique », ce que l’intéressé nie, se con­sid­érant comme « apoli­tique ». Le site Médi­a­part l’a ain­si accusé d’avoir ani­mé « un blog d’extrême-droite », mais Lau­rent Ober­tone nie égale­ment et attaque en diffama­tion. Enfin, selon le site NDF, la FNAC a récem­ment cen­suré son classe­ment des ventes de livres pour ne pas met­tre en avant le livre… Bref, un bel exem­ple de débat escamoté par les médias pour des raisons idéologiques, ces derniers préférant dia­bolis­er l’auteur plutôt que de dis­cuter ses argu­ments et ses affirmations.

Voir aussi  « Impartialité » des journalistes : le CSA répond à Marine Le Pen

Crédit pho­to : cap­ture vidéo France 2 via Yoututbe (DR)

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Élie Guckert

Né le 25 sep­tem­bre 1992 à Lax­ou, fils et petit-fils d’ingénieurs, Élie Guck­ert est le reje­ton d’une famille engagée à gauche dans un départe­ment, la Meuse, tra­di­tion­nelle­ment ancré à droite.

Natacha Polony

PORTRAIT — Nat­acha Polony est née le 15 avril 1975. D’origine polon­aise, elle enseigne de 1999 à 2000 dans un lycée d’Epinay-sur-Seine avant d’en démis­sion­ner. Elle n’a pas accep­té les réformes de Jack Lang trans­for­mant « l’enseignement de la lit­téra­ture en une démarche utilitariste ».

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.