Accueil | Actualités | Médias | Insoumis : Canal FI oui, Le Média plutôt non
Pub­lié le 1 décembre 2018 | Éti­quettes : ,

Insoumis : Canal FI oui, Le Média plutôt non

La saga des médias Insoumis n’en finit pas. Après Le Média, qui a gratifié ses spectateurs, associés – et les autres – d’un feuilleton aux airs de règlement de comptes à Ok Corral et qui n’a collecté qu’un tiers des 90.000 euros nécessaires à sa survie, Canal FI, qui existait déjà vient d’être rénové et inauguré en grande pompe.

Ce dernier est lancé en plein mouvement social des Gilets Jaunes par la France Insoumise, qui affiche clairement la couleur cette fois – Le Média avait été critiqué pour avoir promis l’indépendance alors qu’il était dirigé par la directrice de communication (et compagne) de Jean-Luc Mélenchon.

Voix partisane ou indépendante

France Inter résume : « Un média est indépendant ou ne l’est pas. L’entre-deux n’est pas tenable. Canal FI est partisan. Point. [...] Du point de vue éditorial, aussi, Canal FI simplifie le débat. Le site est dédié à : nos idées, nos élus, nos candidats, nos amis et surtout aux vidéos de Mélenchon lui-même ».

Et Mélenchon a enfoncé le clou : « Canal Fi est l’expression de l’information vue par la France insoumise, du point de vue de ses centres d’intérêt. On est lié à la France Insoumise, on n’est pas objectif, on est sur une orientation ». Et de conclure : « Avec Canal FI il n’y a pas d’arnaque », sous-entendu à l’indépendance. Peu sympathique pour Aude Lancelin et les derniers des mohicans du Média.

Sur Canal FI il y aura des interventions vidéo de Mélenchon, des documentaires, des interventions des députés Insoumis jusque là dispersées un peu partout, des reportages de blogueurs proches du mouvement – bref, beaucoup de contenu pour un prix modique. Loin du tonneau des Danaïdes du Média, qui a besoin d’au moins 90.000 € par moisA. À la tête de Canal FI, une ancienne du Média justement… et proche de sa première directrice Sophia Chikirou, Laura Papachristou.

Un Canal FI pour mieux clouer le cercueil du Média ?

Selon L’Express, l’avenir du Média s’annonce tout sauf radieux. Crise interne, appel de fonds raté, crédibilité en berne, fragilisation par les perquisitions récentes chez Jean-Luc Mélenchon et ses proches, départs en série… selon Aude Lancelin, 700 nouveaux socios sont arrivés – mais beaucoup sont partis depuis le début de l’été – et les revenus mensuels auraient « augmenté de 30.000 € ». Or, il en faut 90.000.

Aude Lancelin veut pourtant y croire : « On a eu des retours encourageants sur la nouvelle saison et les nouveaux programmes lancés. La ligne éditoriale est plus cohérente, l'indépendance journalistique nettement plus garantie depuis que Sophia Chikirou a jeté l'éponge en démissionnant cet été de l'entreprise de presse. Sa position rendait les choses compliquées, car en tant qu'ancienne communicante de la FI, le soupçon était sans cesse présent », confie-t-elle à L’Express, non sans oublier de tacler l’ancienne direction.

C’est que Le Média est un peu devenu Lancelin TV – c’est la seule personnalité médiatique d’envergure encore présente, et le départ de Jacques Cotta a bien montré que ce qui ne lui plaît pas ne passe pas la censure.

Avec onze journalistes permanents (et pas tous à temps plein) seulement – dont bon nombre ont cependant un pied ailleurs – le Média a aussi changé de braquet et abandonné ses ambitions. Ainsi qu’une partie non négligeable de son public. Sans aménité France Inter a fait les comptes, outre l’exploitation des gratuités du web par Canal FI, ce dernier a aussi abandonné toute ambition de « singer un média généraliste ». Comme l’avait fait le Média avec son JT : «  Résultat déplorable, beaucoup trop amateur », tacle Sonia Devillers. Canal FI n’aura pas de rédaction – mais des vidéos filmées avec des smartphones par les militants eux-mêmes.

Pour ou contre le système

Aude Lancelin a répondu à France Inter. En l’accusant (à juste titre) de faire partie du système : « le système préfère un site de propagande revendiqué à une proposition médiatique comme @LeMediaTV, réellement indépendante et qui le challenge. Le monde est en ordre ». Néanmoins des militants s’interrogent : bien que la France Insoumise dispose de ressources, elle s’est bien gardée de voler au secours du Média.

C’est un militant Insoumis qui donne le mot de la fin : « Le problème avec Le Media c'est qu'avec leurs histoires de cet été, chaque fois que je tweete un truc venant d'eux on se fiche de moi. Ils ont perdu en crédibilité ». Difficile dans ces conditions de parler d’avenir.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This