Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Collecte de fonds de la dernière chance : Le Média à la peine

19 novembre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Collecte de fonds de la dernière chance : Le Média à la peine

Collecte de fonds de la dernière chance : Le Média à la peine

Ce sera peut-être bientôt la fin de la télé « indépendante » proche de la France Insoumise Le Média, dont les bisbilles internes ont donné lieu à un feuilleton journalistico-politique palpitant cet été (lire aussi ici), aggravé encore par les perquisitions chez Sophia Chikirou et Mélenchon. À huit jours de la fin de l’appel à la générosité du public, il manque les deux tiers de la somme (90.000 €) que Le Média recherche. Encore s’agit il du minimum, puisque le budget mensuel estimé est de 90.000 €.

Point financier numéro 1

Le point financier numéro 1 le 15 octo­bre 2018 fait état de 30.000 € col­lec­tés depuis la ren­trée, avec des dons de 3 à 600 €. Il fait aus­si le deuil de la page Face­book (90.000 suiveurs) en faisant com­pren­dre que les clés ont été gardées par l’ancienne direc­tion.

Un socio répond, lap­idaire : « Vous avez détru­it tout seuls comme des grands le Média donc à titre per­son­nel j’ai arrêté ma con­tri­bu­tion. Je ne fer­rais aucun effort pour vous, cette direc­tion ne mérite pas d’être en place, les choix fait par cette dernière sur la grille des pro­grammes est aus­si pau­vre que le Tiers-Monde sans compter que ces points financiers ressem­blent plus à un avis de décès. Sur l’his­toire de cette page face­book vous baratinez tout le monde, vous avez décidé de la sup­primer parce que beau­coup de per­son­nes expri­maient publique­ment leur mécon­tente­ment vis à vis de la nou­velle direc­tion ».

YouTubeurs sceptiques

Cer­taines réac­tions de YouTubeurs sont plus cri­tiques : « 10 briques de plus par mois ???? aha­ha­ha­hah Il a fal­lu atten­dre aus­si longtemps pour que vous com­men­ciez les vidéos humoris­tiques ? Non mais sérieux la moitié de vos con­tribu­teurs vous ont lâchés 3 mois après votre créa­tion. […] Les émis­sions sont nulles a chi­er. Ça tran­spire le mil­i­tan­tisme jusqu’à inter­roger de faux témoins. Et le pire c’est qu’avec même pas 1% de vos moyens on peut faire 100 fois mieux que vous… Com­mencez par avouer vos erreurs, et com­mencez par dire ce que vous faites du fric. On ne peut pas fonc­tion­ner comme une bureau­cratie sovié­tique sur YouTube, ça ne marche pas 🙂 », s’exclame J’suispacontentTV, fort de ses 148.000 abon­nés. Un autre est plus lap­idaire : « 90K [euros] par mois pour met­tre des vidéos sur YouTube? Elle vous coûte cher la maitresse à Jean Luc. Il y a des tonnes de chaines sur YouTube — bien plus pros que la vôtre — qui non seule­ment ne deman­dent aucun cen­times mais déga­gent des béné­fices ».

D’autres cri­tiquent le manque de trans­parence sur le fonc­tion­nement financier : « Dites-moi pour quoi vous avez besoin d’au­tant, avec une liste claire des dépens­es. D’ailleurs, le compte à rebours bouge mais pas le comp­teur d’ar­gent man­quant. Il manque 90 000 € par mois pour quel type de dépense ? Com­bi­en avez-vous déjà par mois ? Com­ment le dépensez-vous ? Ce sont mes inter­ro­ga­tions. J’ai soutenu finan­cière­ment pen­dant bien­tôt un an mais sans la trans­parence atten­due, je vais me retir­er », aver­tit un socio.

Deuxième point financier peu suivi

Le dernier point financier pub­lié sur Le Média ne pas­sionne pas les foules : la vidéo n’est même pas réper­toriée. Le présen­ta­teur peut bien se gar­garis­er des « 600 nou­veaux socios, plus de 1560 dons », dont cette fois il ne donne même plus la moyenne : le noir des tenues des trois jour­nal­istes donne le ton d’un enter­re­ment annon­cé. Ni fleurs ni couronnes.

Des 90.000 € recher­chés, 29.000 ont été col­lec­tés, soit 32%. À huit jours de la fin de l’opération, le pari sem­ble inten­able alors que le rythme de la col­lecte s’est tassé net­te­ment. Bizarrement la somme annon­cée comme réelle­ment col­lec­tée est plus impor­tante : lors du point financier n°3, le 19 octo­bre 2018 , Vir­ginia Cresci explique « nous avons reçu plus de 1000 dons en un mois, avec en moyenne 73 € par dons », soit 73.000 € col­lec­tés au moins : la dif­férence est peut-être allée éponger des dettes

Le pre­mier point financier avait fait 7923 vues et 78 com­men­taires. Le dernier, 569 vues et 14 j’aime. Le Média est en train de mourir dans l’indifférence, coulé par les siens.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : la première audience a eu lieu

La première audience s’est déroulée le 7 octobre 2020 au nouveau Palais de Justice de Paris devant la 17ème chambre qui suit les délits de presse. Notre avocat Maître Benoît Derieux a choisi de plaider la nullité pour vice de forme. Si l’avocat de la partie adverse était présent, Monsieur Ramzi Khiroun ne s’est pas présenté. Compte-rendu dans notre article du 12 octobre.

Derniers portraits ajoutés

Éric Brunet

PORTRAIT — Né en juil­let 1964 à Chi­non (Indre et Loire) d’un père ingénieur à EDF et d’une mère compt­able, Éric Brunet est un chroniqueur, ani­ma­teur radio et essay­iste français con­nu pour son engage­ment à droite et son sou­tien incon­di­tion­nel à Nico­las Sarkozy.

Salhia Brakhlia

PORTRAIT — Sal­hia Brakhlia a apporté, avec suc­cès, les méth­odes con­tro­ver­sées du Petit Jour­nal sur BFMTV. Le mélange détonne.

Caroline Monnot

PORTRAIT — Car­o­line Mon­not est une jour­nal­iste aimant se représen­ter sur les réseaux soci­aux avec une tête d’autruche, libre à cha­cun d’en faire sa pro­pre inter­pré­ta­tion. Elle tra­vaille au jour­nal Le Monde depuis 25 ans, chef adjointe du ser­vice poli­tique, elle se con­cen­tre prin­ci­pale­ment sur les rad­i­cal­ités poli­tiques.

Tristan Mendès France

PORTRAIT — Petit-fils de Pierre Mendès France et neveu de Frantz Fanon, l’homme pense marcher dans les pas du pre­mier, pas peu fier d’avoir hérité d’un cos­tume trop grand pour lui.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.