Accueil | Actualités | Médias | Haziza voit des « quenelles » partout !
Pub­lié le 21 octobre 2013 | Éti­quettes : , , , , , ,

Haziza voit des « quenelles » partout !

Les « quenelles » de Dieudonné vont-ils rendre les journalistes fous ? Le 10 octobre dernier, le journaliste Frédéric Haziza estimait sur son compte Twitter qu’Éric Naulleau avait posé sur une photo « en faisant le signe de la quenelle, salut nazi inversé ».

En cause : une photo du Nouvel Obs où le présentateur pose aux côtés de son compère Éric Zemmour en se tenant le bras. Une position embarrassée, certes, mais qui n’a rien d’une « quenelle », ce geste inventé par l’humoriste Dieudonné en signe d’insoumission au pouvoir. Un geste qui agace de plus en plus à mesure qu’il se répand, jusque dans l’Armée, pour devenir un véritable phénomène de société.

Quoi qu’il en soit, Éric Naulleau n’a pas apprécié du tout cette reductio ad quenellum du journaliste de LCP et Radio J. Il a décidé de saisir la justice, comme le rapporte Renaud Revel sur son blog L’Express.

Une émission de France 4 revient sur le tweet déplacé
de Frédéric Haziza : cliquez ici

Crédit photo : capture d’écran LCP via Youtube (DR)

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux