Accueil | Actualités | Médias | Hausse des tarifs postaux : l’État préserve la presse généraliste
Pub­lié le 21 décembre 2013 | Éti­quettes : , , , , ,

Hausse des tarifs postaux : l’État préserve la presse généraliste

Le ministère de la culture et de la communication a annoncé que la hausse des tarifs postaux serait limitée à 5% pour la presse d'information générale, au lieu des 8% initialement prévus.

Cette annonce fait suite à une rencontre entre les principaux représentants de la presse généraliste (Le Monde, Le Figaro, Les Échos, Le Nouvel Observateur, Le Point, etc.) et le président François Hollande, accompagné des ministres de la culture, Aurélie Filippetti, et du budget, Bernard Cazeneuve.

Dans un contexte économique général difficile, les patrons de presse confrontés à une érosion du lectorat, avaient fait part de leur inquiétude face à cette hausse qui grevait encore un peu plus les finances déjà chancelantes de leurs titres.

Finalement, le gouvernement a donc décidé de limiter la hausse prévue en prenant à sa charge les 9 millions de différentiel. Le surcoût de l'envoi postal ne représentera donc qu'environ 4 millions d'euros pour les éditeurs de presse généraliste.

Cette faveur accordée aux grands titres de la presse d'information générale ne fait pas que des heureux. Les éditeurs de presse spécialisée, soumis eux à une hausse de 11% alors qu'ils rencontrent sensiblement les mêmes problèmes que la presse généraliste, s'estiment ainsi légitimement lésés.

Crédit photo : happenstancephotos via Flickr (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This