Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Haro sur Pascal Praud (et sur les punaises) !

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

11 octobre 2023

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Haro sur Pascal Praud (et sur les punaises) !

Haro sur Pascal Praud (et sur les punaises) !

Temps de lecture : 6 minutes

Le vendredi 29 septembre 2023, lors de l’émission de débats qu’il anime sur la chaîne de télévision CNews, Pascal Praud a posé une question qui a provoqué un tollé, tant au sein d’une partie des médias de grand chemin que du monde politique et du gouvernement.

Le jour­nal­iste devenu une sorte de poil-à-grat­ter, tant sur CNews que sur Europe 1, ques­tion­nait les caus­es de la pro­liféra­tion des punais­es de lit. Pas­cal Praud est ensuite revenu sur le même sujet dans son émis­sion d’Europe 1, « Pas­cal Praud et vous », le ven­dre­di 6 octo­bre 2023. À cette date, la polémique était dev­enue une ques­tion de salubrité publique.

Punaise, ma chère punaise, d’où viens-tu donc ?

Lors de l’émission « L’heure des pros », Pas­cal Praud a posé cette ques­tion : « Est-ce que l’on sait pourquoi il y a plus de punais­es de lit aujourd’hui ? ». Le débat por­tait sur la mul­ti­pli­ca­tion des punais­es des lit en France. Il est vrai que, d’après 20 Min­utes en date du 26 sep­tem­bre 2023, « Les punais­es de lit sèment la ter­reur en France. On en voit partout, dans les ciné­mas, à l’hôpital, dans les trains, créant une psy­chose liée au fait que ces sales bêtes sont par­ti­c­ulière­ment tenaces ». Dans le même arti­cle, l’entomologiste Léna Polin indique qu’elles ont tou­jours existé en France, même si elles avaient pra­tique­ment été éradiquées depuis les années 1950 mais « On bouge davan­tage, on voy­age plus, c’est comme cela que l’on importe ce type de par­a­site ».

L’information est impor­tante. C’est le lien entre le déplace­ment (« on importe ce type de par­a­site ») des punais­es de lit et les migra­tions, qui a induit le mau­vais procès fait à Pas­cal Praud après son émis­sion du 29 sep­tem­bre sur CNews.

Des punaises à Roissy… et ailleurs

En effet, le jour­nal­iste, qui n’a pas l’habitude d’avoir la langue dans sa poche, ce qui est devenu rare dans les médias actuels, a pour­suivi sa ques­tion : « Est-ce lié à l’hygiène ? ». Il s’adresse à Nico­las Roux de Bézieux, fon­da­teur et dirigeant d’une plate­forme qui est spé­cial­isée dans la lutte con­tre les nuis­i­bles tels que les punais­es de lit. Pas­cal Praud enchaîne :

« Je vais pos­er toutes les ques­tions : il y a beau­coup d’immigration en ce moment. Est-ce que c’est les per­son­nes qui n’ont pas les mêmes con­di­tions d’hygiène que ceux qui sont sur le sol de France qui les appor­tent parce qu’ils sont dans la rue, parce que peut-être n’ont-ils pas accès à tous les ser­vices comme les autres ? Est-ce lié à cela ? ».

La polémique démarre immé­di­ate­ment sur les réseaux soci­aux, si bien que Pas­cal Praud jus­ti­fiera sa ques­tion à la fin de l’émission :

« L’Association nationale d’assistance aux fron­tières pour les étrangers s’est retirée de la zone d’attente de Rois­sy, infestée par les punais­es de lit. Une sit­u­a­tion qui, selon elle, ne cesse de se dégrad­er » depuis février.

La chasse à la sorcière Praud est lancée

Des députés du groupe Renais­sance et du groupe LFI ont déclaré, le jour même de l’émission, saisir le régu­la­teur des médias, jugeant la ques­tion de Pas­cal Praud « raciste ». Sur X (ex-Twit­ter), le député LFI des Hauts-de-Seine Aurélien Sain­toul va même jusqu’à déclar­er : « Ces pro­pos sont d’un racisme évi­dent. La pré­ten­due pru­dence de Pas­cal Praud ne cache pas le sou­venir de Mau­r­ras qui affir­mait « l’effroyable ver­mine des Juifs d’Orient apporte les poux, la peste, le typhus. Igno­ble ».

En fin de journée, France Inter pub­li­ait un arti­cle sur son site. Selon ce média, la vraie ques­tion serait « Jusqu’où ira Pas­cal Praud pour faire le buzz ? » (le ven­dre­di 29 sep­tem­bre 2023, son nom a été dix fois plus men­tion­né que la vieille, selon Visibrain).

La jour­nal­iste Noémie Lair enchaîne en rap­pelant les faits et en insis­tant sur « l’indignation » provo­quée par Pas­cal Praud. Puis, elle pré­cise que « La min­istre chargée de la lutte con­tre les dis­crim­i­na­tions, Bérangère Couil­lard, indique sur le réseau social X (ex-Twit­ter) deman­der à la délé­ga­tion inter­min­istérielle à la lutte con­tre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT de saisir l’Arcom, après ces pro­pos qu’elle qual­i­fie de très choquants. Je n’accepterai jamais les dis­cours de haine dans les médias comme ailleurs. Il ne faut rien laiss­er pass­er ».  Pour les députés Renais­sance, les pro­pos de Pas­cal Praud con­stitueraient « un racisme rance qu’on espérait éradiqué », à la fois « décom­plexés » et « igno­bles ».

Pascal Praud bénéficie de soutiens du côté LR

Out­re le fait que son émis­sion est l’une des plus regardées de France, trai­tant de sujets que cer­tains de ses adver­saires recon­nais­sent comme néces­saires car proches des gens, ce qui vaut aus­si pour son émis­sion d’Europe 1, Pas­cal Praud a obtenu le sou­tien de poli­tiques, à l’image du séna­teur Stéphane Le Ruduli­er, indi­quant : « Stop à la dic­tature de la pen­sée. Pour rap­pel : la zone d’attente pour les per­son­nes migrantes de l’aéroport de Rois­sy est infestée par les punais­es de lit depuis des mois ». La séna­trice LR Valérie Boy­er pré­cise que le crime de Pas­cal Praud est sim­ple­ment d’« oser inter­roger les faits face à la pen­sée unique ».

Dans l’un des arti­cles qu’elle pub­lie du lun­di au jeu­di sur Causeur, Eliz­a­beth Lévy, évoque « un exem­ple arché­typ­al des procès en sor­cel­lerie dont la mul­ti­pli­ca­tion rend le débat impos­si­ble et le cli­mat irres­pirable ». Elle rap­pelle que Pas­cal Praud, en tant qu’animateur, n’a rien affir­mé mais qu’il a inter­rogé l’un de ses inter­locu­teurs. En somme, il a posé une ques­tion à un spé­cial­iste. Elle évoque un « lyn­chage », mon­trant sans peine com­bi­en la polémique tourne à une sorte de délire quand, par exem­ple, le député Renais­sance Christo­pher Weiss­berg com­pare CNews au « tor­chon col­lab­o­ra­tionniste » en déclarant « Je Suis Partout est de retour ». Selon elle, il n’est évidem­ment pas inter­dit de cri­ti­quer Pas­cal Praud. Cepen­dant, c’est bien de « lyn­chage » dont il s’agit « cer­taines ques­tions sont inter­dites », en par­ti­c­uli­er tout débat lié à l’immigration.

Retour de la question sur Europe 1

Finale­ment, le ven­dre­di 6 octo­bre 2023, Pas­cal Praud revient sur le sujet des punais­es de lit, lors de son émis­sion sur Europe 1 cette fois. Il ne pose pas de ques­tions qui fâchent mais porte le débat sur l’actualité immé­di­ate : dans un lycée parisien, l’ensemble des pro­fesseurs fait val­oir son droit de retrait et refuse donc de tra­vailler tant l’établissement est infesté de punais­es de lit. Les médias se tour­nent alors vers les étab­lisse­ments sco­laires et l’on décou­vre, ce même jour, que de nom­breux étab­lisse­ments sco­laires, depuis les écoles jusqu’aux lycées, ain­si que plusieurs inter­nats infestés doivent fer­mer leurs portes : à Louhans, Saint-Dié… Le 7 octo­bre, c’est un deux­ième lycée parisien qui est con­sid­éré comme infesté.

Tou­jours selon Europe 1, les locaux de la police aux fron­tières de l’aéroport d’Orly seraient aus­si infestés. La ques­tion soulevée par Pas­cal Praud, celle de l’origine de la recrude­s­cence des punais­es de lit, n’est plus seule­ment une polémique, c’est devenu une ques­tion de salubrité publique. Qui osera répon­dre à sa question ?

ENCADRE https://www.ojim.fr/portraits/portrait-pascal-praud-le-dandy-nantais/