Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
François-Régis Hutin, l’emblématique patron de Ouest-France, s’est éteint

20 décembre 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | not_global | François-Régis Hutin, l’emblématique patron de Ouest-France, s’est éteint

François-Régis Hutin, l’emblématique patron de Ouest-France, s’est éteint

François-Régis Hutin, emblématique patron de Ouest-France, est mort le 10 décembre 2017 à Rennes après avoir constitué autour du journal rennais l’un des plus puissants groupes de presse régionale en France. Cependant, au fil des années, la croissance du groupe Ouest-France a participé à l’effacement de l’esprit démocrate-chrétien du journal, voire chrétien tout court, si ce n’est pour défendre… les migrants.

Né le 26 juin 1929 à Rennes, c’est le deux­ième des cinq enfants de Paul Hutin Des­grées et petit fils d’Em­manuel Des­grées du Lou, cofon­da­teur avec l’ab­bé Trochu de L’Ouest-Éclair en 1899 qui devient rapi­de­ment le héraut des chré­tiens démoc­rates proches du Sil­lon. Après avoir passé deux ans au Sémi­naire des Mis­sions Français­es de 1948 à 1950, puis divers­es péré­gri­na­tions et études, il revient au bercail en entrant comme jour­nal­iste sta­giaire en 1961 chez Ouest-France, directeur général adjoint en 1965, directeur général en 1970, PDG enfin en 1984.

Sous sa houlette Ouest-France grandit et dépasse la ville de Rennes. Les quo­ti­di­ens Presse-Océan (Nantes), Le Cour­ri­er de l’Ouest (Angers) et Le Maine libre (Le Mans) sont rachetés, ain­si que la Presse de la Manche (Cher­bourg). Ouest-France met aus­si la main sur 79 heb­do­madaires locaux à tra­vers sa fil­iale Pub­li­heb­dos, dans le nord-ouest de la France et l’Ile-de-France (77 heb­do­madaires payants, 9 heb­do­madaires gra­tu­its et 2 men­su­els gra­tu­its), s’é­tend dans les petites annonces et les sites inter­nets spé­cial­isés, dans la dis­tri­b­u­tion d’im­primés pub­lic­i­taires ou encore l’édi­tion.

Com­man­deur de l’or­dre nation­al du Mérite le 11 novem­bre 2010, il pub­lie édi­tos et reportages où il affiche ses con­vic­tions chré­ti­ennes. Celles-ci l’ont con­duit à défendre suc­ces­sive­ment l’in­ter­dic­tion de la peine de mort, l’amélio­ra­tion du sort des pris­on­niers, la préser­va­tion de l’é­cole libre, l’adop­tion du traité de Maas­tricht puis de la Con­sti­tu­tion Européenne – si la France la rejette, les départe­ments où est dif­fusé Ouest-France l’ap­prou­vent – sans oubli­er l’ac­cueil des migrants. Un com­bat partagé par cer­tains jour­nal­istes du groupe qui n’hési­tent pas à utilis­er leur méti­er pour servir leur vie privée. En 2012–2013 cepen­dant, à rebours de la qua­si-total­ité de la presse française, François-Régis Hutin s’op­pose dans ses édi­to­ri­aux au « mariage pour tous ».

Salué par les témoignages de tristesse de l’ensem­ble des nota­bles des départe­ments de l’ouest de la France – toutes ten­dances poli­tiques con­fon­dues, François-Régis Hutin laisse der­rière lui un groupe région­al puis­sant mais aux per­for­mances hétérogènes. Alors que les petites annonces se sont effon­drées et que le groupe s’est désen­gagé de la plu­part de ses sites inter­net spé­cial­isés, les titres papi­er n’échap­pent pas à la crise de crédi­bil­ité des médias tra­di­tion­nels. Fil­trage des infor­ma­tions, par­ti-pris dans le traite­ment de cer­taines infor­ma­tions, pres­sions vis-à-vis de cer­tains témoins pour favoris­er cer­tains acteurs économiques ou poli­tiques…

Les inquiétudes pour l’avenir de Presse-Océan sont-elles fondées ?

Pen­dant ce temps les tirages ne cessent de reculer et les fusions entre rédac­tions con­tin­u­ent, ain­si que les baiss­es de moyens, même si le site inter­net car­tonne. À Nantes, ces « syn­er­gies » sont par­ti­c­ulière­ment vis­i­bles dans le quo­ti­di­en local Presse-Océan, déjà bien moins dif­fusé que Ouest-France et dont le con­tenu ne cesse de s’ap­pau­vrir. Il est fréquent main­tenant que le reportage en Une du jour­nal soit le même, à quelques mots près, que celui de la page 5 du Ouest-France.

« Lorsque Hutin avait racheté le titre, ça avait fait beau­coup de remous. Hervé Louboutin, l’an­cien rédac-chef, était par­ti [et avait fondé le Nou­v­el Ouest, qui tient jusqu’au­jour­d’hui, réfugié dans la niche de la presse économique], beau­coup craig­naient que le titre ne dis­paraisse », con­fie un jour­nal­iste nan­tais. « Hutin avait pris l’en­gage­ment que tant qu’il vivrait Presse-Océan serait main­tenu. Ce qui n’a pas empêché nos col­lègues de vider le jour­nal de son con­tenu, de dimin­uer les moyens hors de l’ag­gloméra­tion de Nantes et de sabr­er la dif­fu­sion. Main­tenant qu’il n’est plus là, il est à crain­dre que Presse‑O ne dis­paraisse et ne devi­enne une sim­ple édi­tion locale d’Ouest-France. Ce sera la fin de la presse général­iste décidée à Nantes pour les nan­tais ». Sur le papi­er tout au moins.

Crédit pho­to : Frank Per­ry via Wikimé­dia (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).