Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
France Télévisions épinglé pour ses notes de taxi pharaoniques

4 octobre 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | France Télévisions épinglé pour ses notes de taxi pharaoniques

France Télévisions épinglé pour ses notes de taxi pharaoniques

Temps de lecture : 3 minutes

L’affaire des notes de taxi mirobolantes d’Agnès Saal à l’INA et au Centre Pompidou avait fait grand bruit au début de l’été. Mais il semblerait que les pratiques révélées par ces notes ne soient pas aussi exceptionnelles que cela dans le monde de l’audiovisuel public. La Cour des Comptes a déclenché une véritable panique à France Télévisions depuis qu’elle est tombée sur une montagne de frais de taxi : pas moins de 2 à 3 millions d’euros par an.

France Télévi­sions ne manque pas de soucis : le groupe, qui ne s’est pas encore remis de la tour­mente causée par la nom­i­na­tion dans des con­di­tions con­testées de son nou­veau PDG – Del­phine Ernotte – n’ayant rien à voir avec le monde de la télévi­sion, est englué dans l’af­faire des fich­es et des sus­pi­cions de destruc­tion de preuves. À cela s’a­joute encore la dégra­da­tion très nette de sa sit­u­a­tion finan­cière au cours des dernières années, ce qui laisse crain­dre que le con­tribuable ne soit in fine appelé à la rescousse – d’au­tant que les respon­s­ables de la déban­dade finan­cière ont été promus…

Le Canard Enchaîné du 30 sep­tem­bre revient sur cette déli­cate affaire qui donne bien des sueurs froides aux cadres du groupe. Une dizaine de dirigeants a reçu ces jours-ci un mail signé du patron de l’au­dit interne, Philippe Maréchal, accom­pa­g­né de la liste de leurs frais de taxi depuis 2011 auprès de la société G7 où ils ont un abon­nement. En mode exhaus­tif : dates, heures de départ, heure d’ar­rivée, par­cours, temps d’at­tente du chauf­feur et coût pour l’en­tre­prise. Les dirigeants sont priés de jus­ti­fi­er cha­cune de leur course et ce dans les meilleurs délais.

Les cadres par­ti­c­ulière­ment ciblés par l’au­dit interne – et la Cour des Comptes – ont accu­mulé cha­cun plusieurs mil­liers ou dizaines de mil­liers d’eu­ros de frais de taxi. Par­mi eux, on retrou­ve Frédéric Olivennes, directeur de la com­mu­ni­ca­tion de Rémy Pflim­lin, avec 17 000 € de dépens­es en trois ans, aux­quels s’a­joutent 10 000 € util­isés par ses deux ex-assis­tantes, ou encore Yann Chapel­lon, ex-patron de France Télévi­sions Dis­tri­b­u­tion, qui est som­mé de jus­ti­fi­er plus de 20 000 € de frais de taxis. Dans le même petit groupe se trou­vent aus­si Nathalie André, direc­trice des pro­grammes et des diver­tisse­ments de France 2, ou encore Anne Holmes, patronne des fic­tions de France 3. Le mon­tant des frais qu’elles ont à jus­ti­fi­er reste cepen­dant inconnu.

De source syn­di­cale, l’af­faire des notes de taxis était un secret de polichinelle dans l’en­tre­prise. Un syn­di­cat, la CGC-Médias, a du reste souf­flé une autre piste à la Cour des Comptes : les tra­jets en avion, qui étaient ensuite passés en note de frais : « ain­si Chapel­lon pour­ra expli­quer le mon­tant exor­bi­tant des vols Paris-Nice-Paris qu’il pre­nait chaque week­end !!!!! ».

Crédit pho­to : mon­tage Ojim (DR)