Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Déficit de France Télévisions : va-t-on faire les poches du contribuable ?

31 juillet 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Déficit de France Télévisions : va-t-on faire les poches du contribuable ?

Déficit de France Télévisions : va-t-on faire les poches du contribuable ?

Nous vous informions début juin que Martin Ajdari, ancien directeur financier de France Télévisions, avait été intégré à l’inspection des Finances puis nommé directeur de la direction générale des médias et des industries culturelles. Un poste qui le place clairement en situation de conflit d’intérêt puisqu’il sera amené à juger le bilan financier de France Télévisions – très déficitaire – alors qu’il en a été le principal artisan.

Mieux encore : de source syn­di­cale, il serait aus­si chargé de redress­er le Titan­ic de l’au­dio­vi­suel pub­lic avec l’ar­gent du con­tribuable. L’af­faire pour­rait bien devenir un nou­veau scan­dale d’État.

Les con­seilleurs ne sont pas les payeurs : l’adage qui est l’une des prin­ci­pales règles de la poli­tique est con­nu de tous. Mais quand ceux-ci ont la pos­si­bil­ité de faire pay­er le con­tribuable pour leurs erreurs, c’est encore plus scan­daleux. En effet, on apprend de source syn­di­cale que « Mar­tin Ajdari sem­ble par­ti­c­ulière­ment préoc­cupé par le trou qu’il a lais­sé », que le syn­di­cat éval­ue à 206 mil­lions d’eu­ros depuis 2010 – la moitié du cap­i­tal social de France Télévi­sions. Des chiffres con­fir­més par le bul­letin con­fi­den­tiel « la Let­tre A » récem­ment : « plus de 200 mil­lions d’eu­ros de déficit cumulé entre 2012 et 2014 ». Une par­tie impor­tante de ces pertes est due à la restruc­tura­tion-fusion de France Télévi­sions qui a coûté plus de 100 mil­lions d’eu­ros. D’ailleurs cette année les pertes attein­dront le dou­ble de ce qui était prévu – 10 mil­lions au lieu de 5, tan­dis que les recettes pub­lic­i­taires prévues seront inférieures de 13 mil­lions d’€ à celles qui étaient atten­dues. Une paille.

Selon la CGC de France Télévi­sions, en pointe dans le com­bat con­tre la dégra­da­tion de la sit­u­a­tion de l’au­dio­vi­suel pub­lic, Mar­tin Ajdari « chercherait à combler [le déficit] arti­fi­cielle­ment avec des solu­tions brux­el­lo-com­pat­i­bles con­sis­tant à injecter de l’ar­gent frais dans les fonds pro­pres de l’en­tre­prise », mais sans aug­menter une fois encore la rede­vance. Celui qui se fait épauler au sein de France Télévi­sions par ses anciens col­lègues restés en place pour lui suc­céder – notam­ment Fab­rice Lacroix et Patrice Papet – envis­agerait un « recours à un fonds de sou­tien » comme celui qui existe pour aider les col­lec­tiv­ités locales asphyx­iées par les emprunts tox­iques. Prob­lème, celui-ci ne peut pas inter­venir en cas de prob­lèmes de ges­tion clas­sique comme à France Télévi­sions. C’est donc une solu­tion tail­lée sur mesure pour le navire en perdi­tion de l’au­dio­vi­suel pub­lic qui devra être mise en place, tout en évi­tant de s’asseoir trop vis­i­ble­ment sur la régle­men­ta­tion européenne ou d’en­cour­ager les ban­ques à se désen­gager des sociétés publiques si l’ob­jet dudit fonds venait à être trop large pour plan­quer un tant soit peu les résul­tats peu glo­rieux d’A­j­dari à France Télévi­sions. Une seule cer­ti­tude, alors que la tré­sorerie disponible est en passe d’être épuisée cette année et que les ban­ques rechig­nent à remet­tre au pot : le con­tribuable paiera.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.