Accueil | Actualités | Médias | Déficit de France Télévisions : va-t-on faire les poches du contribuable ?
Pub­lié le 31 juillet 2015 | Éti­quettes : ,

Déficit de France Télévisions : va-t-on faire les poches du contribuable ?

Nous vous informions début juin que Martin Ajdari, ancien directeur financier de France Télévisions, avait été intégré à l'inspection des Finances puis nommé directeur de la direction générale des médias et des industries culturelles. Un poste qui le place clairement en situation de conflit d'intérêt puisqu'il sera amené à juger le bilan financier de France Télévisions – très déficitaire – alors qu'il en a été le principal artisan.

Mieux encore : de source syndicale, il serait aussi chargé de redresser le Titanic de l'audiovisuel public avec l'argent du contribuable. L'affaire pourrait bien devenir un nouveau scandale d’État.

Les conseilleurs ne sont pas les payeurs : l'adage qui est l'une des principales règles de la politique est connu de tous. Mais quand ceux-ci ont la possibilité de faire payer le contribuable pour leurs erreurs, c'est encore plus scandaleux. En effet, on apprend de source syndicale que « Martin Ajdari semble particulièrement préoccupé par le trou qu'il a laissé », que le syndicat évalue à 206 millions d'euros depuis 2010 – la moitié du capital social de France Télévisions. Des chiffres confirmés par le bulletin confidentiel « la Lettre A » récemment : « plus de 200 millions d'euros de déficit cumulé entre 2012 et 2014 ». Une partie importante de ces pertes est due à la restructuration-fusion de France Télévisions qui a coûté plus de 100 millions d'euros. D'ailleurs cette année les pertes atteindront le double de ce qui était prévu – 10 millions au lieu de 5, tandis que les recettes publicitaires prévues seront inférieures de 13 millions d'€ à celles qui étaient attendues. Une paille.

Selon la CGC de France Télévisions, en pointe dans le combat contre la dégradation de la situation de l'audiovisuel public, Martin Ajdari « chercherait à combler [le déficit] artificiellement avec des solutions bruxello-compatibles consistant à injecter de l'argent frais dans les fonds propres de l'entreprise », mais sans augmenter une fois encore la redevance. Celui qui se fait épauler au sein de France Télévisions par ses anciens collègues restés en place pour lui succéder – notamment Fabrice Lacroix et Patrice Papet – envisagerait un « recours à un fonds de soutien » comme celui qui existe pour aider les collectivités locales asphyxiées par les emprunts toxiques. Problème, celui-ci ne peut pas intervenir en cas de problèmes de gestion classique comme à France Télévisions. C'est donc une solution taillée sur mesure pour le navire en perdition de l'audiovisuel public qui devra être mise en place, tout en évitant de s'asseoir trop visiblement sur la réglementation européenne ou d'encourager les banques à se désengager des sociétés publiques si l'objet dudit fonds venait à être trop large pour planquer un tant soit peu les résultats peu glorieux d'Ajdari à France Télévisions. Une seule certitude, alors que la trésorerie disponible est en passe d'être épuisée cette année et que les banques rechignent à remettre au pot : le contribuable paiera.

Crédit photo : DR

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux